Le routier-sprinteur autrichien Bernhard Eisel a tiré parti du jeu tactique entre les équipes françaises pour remporter Paris-Bourges, dernière manche de la Coupe de France dont le classement final est revenu à Jérôme Pineau. Eisel, l'un des finisseurs de l'équipe Columbia, a devancé de justesse un autre Pineau, prénommé Cédric et sans lien de parenté avec Jérôme, au terme des 194 kilomètres d'une course logiquement favorable aux échappées.
Derrière le groupe de six coureurs en tête dès le 18e kilomètre (Eisel, C. Pineau, Charteau, Dalibard, Hartmann, Gourgue), plusieurs formations n'ont pas bougé. Soit pour protéger les positions dans la Coupe de France, les classements, individuel pour Jérôme Pineau (Bouygues Telecom), et par équipes pour la Française des Jeux, soit pour laisser sa chance aux membres de ce sextette qui s'est assuré jusqu'à 13 minutes d'avance. "C'est parti très vite (48 km dans la première heure). Je ne pensais pas que ça irait jusqu'au bout. Mais, à 13 minutes, c'était bon", s'est félicité Eisel.
Cédric Pineau s'affirme
Coupe de France
Victoire finale de Pineau
09/10/2008 À 15:24
Pour remporter sa deuxième victoire de la saison après une étape du Tour d'Algarve, Eisel (5e de Paris-Roubaix en 2006) a dû cependant se battre jusqu'au bout. La photo-finish a été nécessaire pour le déclarer vainqueur devant le Bourguignon Cédric Pineau, auteur de son meilleur résultat pour sa première année dans l'élite sous le maillot AG2R.
Franck Pineau, son père qui dirige une équipe rivale (Française des Jeux), a apprécié la performance: "Il faut lui laisser le temps. En début d'année, il a voulu faire des courses dures comme le Het Volk, il en retrouve le bénéfice en fin de saison. Il a une belle pointe de vitesse mais il n'en a pas conscience", a ajouté Franck Pineau qui, par coïncidence, a dirigé Eisel pendant quatre saisons. "Jusqu'à présent, Cédric emmenait les sprints pour d'autres. C'est normal, c'est la meilleure façon d'apprendre le métier. Un jour, on lui fera confiance pour ça. Ce sera à Vincent (Lavenu, directeur sportif d'AG2R) de décider".
Car Franck Pineau s'est bien gardé de faire venir son fils dans sa propre équipe. "Je préfère qu'il soit ailleurs, c'est plus facile pour nous deux". Alain Gallopin, directeur sportif d'Astana, n'a pas fait autrement pour son neveu Tony, un espoir prometteur qui grandit à son rythme dans l'équipe Auber 93.
Coupe de France
Pineau garde la main
06/10/2008 À 06:15
Coupe de France
Pineau reste leader
21/09/2008 À 15:27