Un cadeau contre le maillot. Deuxième au sommet du Mont-Ventoux, Alejandro Valverde a frappé un grand coup ce jeudi sur les routes du Dauphiné Libéré. Auteur d'un fantastique numéro lors de l'ascension du Géant de Provence et contre un fort vent de face, l'Espagnol a endossé le maillot jaune. Vainqueur sortant de l'épreuve, le Murcian s'est également illustré en offrant la victoire d'étape à Sylvester Szmyd, son compagnon d'échappée. A 31 ans, le Polonais de la Liguigas, 8e de l'édition 2008 et victime d'un inattendu problème mécanique en fin d'étape, n'avait jamais gagné la moindre course chez les professionnels. Grâce à l'offrande de Valverde, la statistique ne vaut plus.

C'est à neuf kilomètres de la ligne qu'Alejandro Valverde a pris les choses en main. Si l'homme avait l'ambition de marquer les esprits, à trois semaines du départ d'un Tour de France, qu'il n'est pas certain de disputer, le message est bien passé. Pointé à près de deux minutes (1'54") de Cadel Evans au départ de cette 5e étape, l'Espagnol a repris 2'10" à l'Australien, bien trop attentiste lors de l'ascension finale et qui a dû se contenter d'une décevante 6e place. Relégué désormais à 16 secondes de Valverde au classement général, le leader de la Silence-Lotto avait décidé de calquer sa course sur celle d'Alberto Contador. Mais venu sur le Dauphiné pour parfaire sa condition avant le rendez-vous juilletiste, le Madrilène, désormais 3e du général à 1'04" de son compatriote, est resté tranquillement dans la roue du dauphin des deux dernières éditions.

Critérium du Dauphiné Libéré
Valverde, si loin de Monaco
15/06/2009 À 04:30

Moncoutié avec les meilleurs

"Il fallait que je reprenne du temps aujourd'hui (jeudi). J'ai rapidement compris que j'avais des jambes. Lors du début de l'ascension, j'ai remarqué que les autres (coureurs) n'étaient pas aussi bien que moi. Je suis là pour jouer la gagne", a commenté le héros du jour qui aura pour tâche de défendre sa tunique de leader vendredi lors de la montée de l'Izoard. Un autre homme avait décidé de se mettre en valeur ce jeudi. Après un contre-la-montre réussi la veille, Robert Gesink a rapidement montré à la concurrence ses ambitions de victoire finale. Toute la journée, le grand Néerlandais, 4e au Mont-Ventoux, a fait rouler sa formation, la Rabobank. A l'arrivée, le succès n'a pas été au rendez-vous pour le quatrième de l'édition 2008. Mais les intentions étaient là. D'autres ne peuvent pas en dire autant.

Le début d'étape avait été marqué par l'échappée de quatre hommes. Profitant de la mansuétude du peloton après une chute qui a notamment mis sur le carreau l'Allemand Sebastien Lang (Silence-Lotto), le Français Christophe Kern (Cofidis), les Espagnols José Luis Arrieta (AG2R La Mondiale) et Alan Perez (Euskaltel) et le Belge Frederik Willems (Liquigas) ont décidé de mettre les voiles. Les quatre fuyards ont compté jusqu'à 8'25" d'avance sur le peloton. A 20 km du sommet du Ventoux, le groupe maillot jaune était encore pointé à cinq minutes, mais l'attaque d'Alejandro Valverde a condamné l'échappée. Outre Kern, un autre Français s'est illustré lors de cette 5e étape. Présent dans la chute survenue après 40km de course, David Moncoutié a ensuite joué avec les meilleurs. Sur la ligne, celui, qui attend un deuxième succès sur le Dauphiné depuis 1999, s'est classé à la 7e place, juste derrière Cadel Evans. Mais lui n'avait pas de maillot à défendre...

Critérium du Dauphiné Libéré
Valverde double la mise
14/06/2009 À 17:30