Cyclisme
Critérium du Dauphiné

Impey profite des malheurs de Kwiatkowski

Partager avec
Copier
Partager cet article

Pascal Ackermann

Crédit: Getty Images

ParJulien Chesnais
05/06/2018 à 14:24 | Mis à jour 05/06/2018 à 16:02

CRITÉRIUM DU DAUPHINÉ - Le Sud-Africain Daryl Impey (Mitchelton-Scott) est le nouveau leader du classement général. Grâce aux bonifications, il a ravi le maillot jaune à Michal Kwiatkowski (Sky). Le Polonais a été victime d'une chute dans le final de la 2e étape, remportée par Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe).

Changement de leader sur le Dauphiné. Victorieux de la première étape lundi à Saint-Just-Saint-Rambert, Daryl Impey (Mitchelton-Scott) s’est cette fois offert le maillot jaune ce mardi à Montbrison, où Pascal Ackerman (Bora-Hansgrohe) s’est imposé au sprint. Grâce aux quatre secondes de bonifications liées à sa 3e place de la 2e étape, le champion d’Afrique du Sud déloge Michal Kwiatkowski (Sky) de la place du leader. Le Polonais a été doublement malheureux. En plus d’avoir perdu sa tunique, l’ancien champion du monde a été victime d’une lourde chute dans un rond-point. Après trois longues minutes au sol, il a fini par repartir, le côté gauche rapé, pour franchi la ligne d’arrivée sans blessure sérieuse apparente.

  • Le film de la course
Critérium du Dauphiné

Bardet, Monsieur régularité

11/06/2018 À 09:25

Il s’en sort bien dans son malheur puisque sa cabriole s’est produite dans les trois derniers kilomètres, peu avant la flamme rouge. Classé dans le même temps que le peloton, Kwiatkowski ne recule donc qu’à la 2e place au général, à deux secondes d’Impey avant le chrono par équipes de mercredi. Une journée qui devrait redistribuer les cartes de ce Dauphiné avant le début de la haute montagne.

Coquard encore loin du compte

Le scénario a été quasi-identique à celui de la veille. Avant l’explication au sprint d’un peloton en mode demi-portion, une échappée peu conséquente s’est dessinée rapidement. Elle est partie dès le départ, sans intéresser beaucoup de monde. Seuls Antoine Duchesne (Groupama-FDJ), Pierre-Luc Périchon (Fortunéo-Samsic), Frederick Backaert (Wanty-Groupe Gobert) et Nikita Stalnov (Astana) ont pris les devants. Le quatuor de tête a compté jusqu’à 6’40’’ d’avance sur un parcours en montagne russe dans la seconde partie de l’étape, qui comprenait cinq ascensions répertoriées.

Avec un sommet placé à 30 kilomètres de l’arrivée, le col du Fût d’Avenas (3e catégorie, 3,8km à 6%) était le dernier de la journée. Il était aussi le plus dur. Aucune attaque sérieuse ne s’y est produite. Seuls Jesus Herrada (Cofidis) et Antwan Tolhoek (Lotto-NL Jumbo) ont tenté de fausser compagnie au peloton, qui montait grand train. Beaucoup de coureurs ont lâché prise. À l’image de Bryan Coquard, qui a longtemps espéré revenir dans le peloton en basculant avec 30’’ de retard dans la descente. Devant, Guillaume Martin (Wanty-Groupe Gobert) a tenté sa chance en emmenant Gianni Moscon (Sky) dans sa roue.

Kwiatkowski au sol, Ackermann au sprint : l'arrivée de la 2e étape

00:02:32

Un coup qui a contraint l’équipe Mitchelton-Scott de prendre les choses en main. La formation australienne de Dary Impey a vite repris les contre-attaquants. Et elle a ensuite poursuivi son tempo pour éviter le retour de Coquard dans le peloton. Une opération réussie puisque le Français, encore frustré après sa 20e place de la veille, a franchi la ligne avec plus de cinq minutes de retard.

Deuxième victoire en carrière pour le prometteur Ackermann

L’échappée, elle, a fait de la résistance. Dernier rescapé du quatuor, Stalnov n’a été repris qu’après la flamme rouge. Au sprint, Ackermann s’est offert une victoire de prestige en devançant deux coureurs expérimentés, Edvald Boasson Hagen (Dimension Data) et Impey. Troisième la veille, l’Allemand de 24 ans ne comptait jusque-là qu’une victoire chez les pros. C’était sur les routes du Tour de Romandie, le 29 avril dernier (5e étape). Mercredi, sur le contre-la-montre par équipes de 35 kilomètres, le Dauphiné prendra un nouveau visage. Impey peut tout à fait rêver de conserver son maillot jaune vu la culture du chrono que possède sa formation australienne. Mais l’équipe favorite reste la Sky, malgré l’inconnu que constitue l’état de santé de Kwiatkowski.

Dans le même sujet
CyclismeCritérium du Dauphiné
Partager avec
Copier
Partager cet article