Alejandro Valderde n'a pas encore gagné le Critérium du Dauphiné Libéré. En tout cas, il ne l'a pas perdu. Vues les difficultés éprouvées par l'Espagnol, c'est bien l'information principale de cette 6e étape. Mais le leader de la Caisse d'Epargne, en difficulté dans l'ascension finale vers La Toussuire, a pu compter sur son courage, son expérience mais aussi sur le manque d'audace de ses deux rivaux les plus directs au classement général, Cadel Evans (Silence-Lotto) et Levi Leipheimer (Astana) qui se sont peut-être rendus compte trop tard de la fébrilité de Valverde.

Imperturbable dans la pourtant terrible montée du col de la Croix-de-Fer, le maillot jaune contrôle parfaitement la course, laissant les échappés du jour s'entre-déchirer avant de fondre sur la plupart d'entre eux. Ces hommes sont vingt à l'origine : Goubert (AG2R La Mondiale), Oroz (Euskaltel), Efimkin (AG2R La Mondiale), Lopez Garcia (Caisse d'Epargne), Sorensen (CSC), Wegelius (Liquigas), Coppel (Française des Jeux), Di Grégorio (Française des Jeux), Moncoutié (Cofidis), Flecha (Rabobank), Weening (Rabobank), Van de Walle (Quick Step), Moinard (Cofidis), Rubiera (Astana), Clement (Bouygues Telecom), Halgand (Crédit Agricole), Rolland (Crédit Agricole), Lang (Gerolsteiner), Voeckler (Bouygues Telecom), Aerts (Silence Lotto). Parmi eux, le plus remuant est sans conteste l'espoir tricolore Pierre Rolland (Crédit Agricole), qui se trouve également être le coureur le plus menaçant au classement général : 10e à 4'24 de Valverde.

Dauphine Libere
Rolland, comme un grand
14/06/2008 À 11:00

Rolland, qui va craquer comme tant d'autres dans l'ascension finale, va néanmoins passer en tête des trois premiers cols répertoriés au Grand Prix de la Montagne, dont le fameux passage au sommet de la Croix-de-Fer (classé hors catégorie avec 29,5km de montée à 6% de moyenne) et se consoler avec le maillot à pois du meilleur grimpeur. Sur les vingt hommes initialement échappés, ils ne sont plus que quatorze avant d'attaquer la montée vers La Toussuire, avec un certain Mikel Astarloza (Euskaltel) aux trousses. Le Basque, huitième au général, est ainsi le premier à tenter de faire vaciller le maillot jaune. Mais il est bien seul. Trop seul. Et sera finalement avalé dans les derniers kilomètres, comme 13 de ces 14 échappés...

Sörensen première !

Parmi eux, un homme s'est en effet fait la belle à trente kilomètres de l'arrivée. Sans que cela ne suscite un émoi particulier au sein du groupe des fuyards. Qui a peur de Chris Sörensen, un jeune coureur de 23 ans dont le palmarès est absolument vierge de tout succès ? Pourtant, au culot, le Danois de la CSC va réussir un formidable coup de poker. Il profite ainsi de la passivité de ses ex-compagnons d'échappée pour filer vers la victoire au prix d'une dernière ascension pleine d'autorité sur les sévères pourcentages des derniers kilomètres. Au final, il va s'imposer avec plus d'une minute d'avance sur Pierrick Fedrigo, surprenant deuxième et qui confirme l'excellente tenue des Bouygues Telecom après la victoire de Trofimov la veille.

Troisième, Levi Leipheimer ne prend qu'une poignée de secondes à Valverde, cinquième et Evans, sixième. L'Américain et l'Australien ont bien attaqué l'Espagnol dans les derniers kilomètres mais trop timidement sans doute. Sans jamais céder à la panique, Valverde va s'accrocher aux roues ennemies pour protéger sa précieuse tunique. Avec 39 secondes d'avance sur le leader de la Silence-Lotto avant la dernière étape dimanche, Valverde espère que les mailles de son maillot jaune seront assez solides...

Dauphine Libere
Fin de saison pour Vanendert
16/06/2008 À 11:31
Dauphine Libere
Valverde: "Le Tour? Au jour le jour"
16/06/2008 À 09:15