AFP

Valverde en impose

Valverde en impose
Par Eurosport

Le 11/06/2008 à 13:30Mis à jour

Vainqueur mercredi de la 3e étape du Dauphiné libéré, un contre-la-montre de 31 kilomètres, Alejandro Valverde (Caisse d'Epargne) confirme son excellente condition. L'Espagnol a profité d'un parcours vallonné pour devancer Levi Leipheimer (Astana) et Cade

On ignore encore si Alejandro Valverde remporte le Dauphiné Libéré dimanche soir à Grenoble. Mais quoi qu'il arrive d'ici là, l'Espagnol n'aura pas perdu son temps cette semaine. Il a signé à Saint-Paul-en-Jarez sa deuxième victoire en 48 heures. Lauréat lundi de la première étape en ligne, au sprint, devant Thor Hushovd, il a récidivé lors du contre-la-montre mercredi. Pas de doute, le leader de la Caisse d'Epargne, qui est aussi celui du classement général désormais, est bien l'homme fort de ce début de semaine. Il sprinte, il roule, reste maintenant à savoir s'il grimpe. Les quatre prochaines étapes, très corsées, apporteront la réponse.

En attendant, Valverde a frappé fort dans cet exigeant chrono. Certains s'étonneront peut-être de le voir devancer tous les spécialistes de l'effort solitaire. C'est oublier sa troisième place sur le prologue, dimanche. C'est omettre, également, que le tracé, à la fois sinueux et vallonné (rendu par ailleurs humide par l'orage qui s'est abattu sur la région en début d'après-midi), convenait parfaitement à ses qualités. Passé en tête aux deux pointages intermédiaires, situés au sommet des deux difficultés du parcours (aux kilomètres 12 et 19), il a ensuite logiquement cédé du terrain dans la portion finale, plus roulante, mais il s'était mis à l'abri.

Sastre prend cher

Mais Valverde a clairement marqué les esprits en signant sa première victoire majeure dans un contre-la-montre, dans une épreuve aussi relevée que le Dauphiné. A l'évidence, le Murcien a énormément progressé dans cet exercice, ajoutant à son arc la dernière corde qui lui manquait pour devenir un vrai grand coureur de course par étapes. Un mois et demi après sa victoire dans Liège-Bastogne-Liège, "El Imbatido", justifiant à nouveau son sobriquet, n'a donc pas perdu la main. Et si le Tour de France demeure évidemment sa principale cible, il ne crachera pas sur une possible victoire dans le Dauphiné". Pour la Caisse d'Epargne, une victoire sur une épreuve française d'envergure ne peut pas se refuser...

Si Valverde et Evans sont dans les temps, d'autres doivent commencer à se poser des questions à l'approche de la Grande Boucle. Carlos Sastre, par exemple, a concédé près de quatre minutes mercredi. Zubeldia (28e à 2'54"), ou Popovych (45e à 3'19") ont également déçu. Ils terminent loin du compte et même lion du meilleur coureur français, Laurent Lefèvre, 17e, juste devant Rémy di Gregorio, dont on attend avec impatience de voir ce qu'il donnera dans les Alpes. Car dès jeudi, la route va s'élever avec le franchissement du Salève. Quelque chose nous dit que Valverde pourrait bien y afficher un peu plus ses prétentions...

0
0