L'arc-en-ciel pour BMC Racing. L'officialisation n'a pas trainé. Vingt-quatre heures après avoir officialisé son départ de Silence-Lotto, Cadel Evans a signé dans la foulée un contrat de trois ans avec BMC. Une union qui, de prime abord, peut surprendre. En effet, la formation américano-suisse n'évolue qu'en Continental Pro. Mais les transferts initiés par le Suisse Andy Rihs, patron des cycles helvètes BMC et ancien dirigeant de Phonak, et le manager John Lelangue, donnent l'eau à la bouche. En plus de l'Australien, deuxième du Tour de France en 2007 et 2008, BMC s'est offert cet été le champion du monde 2008, l'Italien Alessandro Ballan, l'ancien lieutenant de Lance Armstrong, l'Américain Georges Hincapie, le lauréat de Gand-Wevelgem en 2007, l'Allemand Marcus Burghardt, ou encore le spécialiste des classiques, l'expérimenté Néerlandais Karsten Kroon.
Un recrutement qui a fini de convaincre Cadel Evans : "Une très belle opportunité s'est présentée à moi de rejoindre une équipe en pleine expansion comme BMC, composée d'individualités marquantes. J'attends avec impatience de m'attaquer avec le groupe BMC aux mêmes objectifs, y compris le Tour de France", s'est empressé de commenter l'ancien de Saeco (2001), Mapei (2002), T-Mobile (2003-2004) puis Silence-Lotto. La formation BMC Racing signe donc un énorme coup mais s'assure également une plus grande légitimité.
Le bon coup de BMC
Tour d’Italie
Madiot : "Evenepoel, il doute de peu de choses, je demande à voir dans le temps"
IL Y A 8 MINUTES
Avec la présence d'Evans, elle devrait s'assurer quelques invitations capitales sur les courses majeures, son statut de continental pro ne lui donnant pas un accès immédiat aux grands rendez-vous du calendrier Pro Tour. "Il est maintenant certain que l'effectif de l'équipe lui permettra d'être compétitive lors de toutes les grandes courses de la saison. Nous prévoyons de participer aux épreuves majeures, y compris les grands Tours. Cela sera possible car notre niveau sportif s'est considérablement amélioré en qualité", s'est réjoui John Lelangue le directeur sportif. Et force est de constater que son équipe n'a pas grand chose à envier à la plupart des formations du Pro Tour.
Tour d’Italie
L'éclatante revanche de Van der Hoorn : "Il y a 5 mois, j'ai envisagé d'arrêter"
IL Y A 19 MINUTES
Tour de France
Madiot : "Il y a une chance sur un million que Pinot soit au départ du Tour"
IL Y A UNE HEURE