Maxim Belkov a ouvert son palmarès de la plus belle des manières, il a signé sa première victoire en pro sur les hauteurs de Florence. Le Russe de la Katusha, dont c’est le deuxième succès après celui de Luca Paolini lundi, s’est imposé en solitaire lors de la neuvième étape du Giro dimanche. Issu d’une échappée, qui s’est détachée peu après le départ, il a bouclé seul les 60 derniers kilomètres en résistant à ses poursuivants. Cette étape de moyenne montagne n’a pas été le théâtre de grandes manœuvres entre les favoris, mais Bradley Wiggins a de nouveau montré des signes de faiblesse. Le vainqueur sortant, Ryder Hesjedal, a même perdu plus d’une minute dans le final.
Avant le premier jour de repos depuis le départ de Naples, l’étape a profité comme pressenti aux baroudeurs. Douze coureurs ont pris la poudre d’escampette, dont Robinson Chalapud (Colombia) et Stefano Pirazzi (Bardiani) se sont dégagés dans la première montée du jour. Maxim Belkov les a rejoints à la faveur des descentes et les a même lâchés pour creuser l’écart sur le plat, profitant de leur mésentente. Le spécialiste du contre-la-montre de 28 ans a compté jusqu’à 3’30 sur ses poursuivants et leur a résisté dans le final. Jarlinson Pantano (Colombia) et Tobias Ludvigsson (Argos-Shimano) ont tenté en vain de je rejoindre. Ils ont même été doublés dans les derniers hectomètres par Carlos Betancur, sorti du peloton dans les dix derniers kilomètres. Le Colombien d’AG2R pensait avoir gagné l’étape en levant les bras sur la ligne, mais il restait un échappé, 44 secondes devant.
Wiggins fragilisé, Hesjedal distancé
Tour d’Italie
3e étape: Agnoli (Astana) craint d'avoir une côte cassée
11/05/2014 À 20:19
Si le maillot de meilleur grimpeur change d’épaules, Stefano Pirazzi ayant engrangé 26 points de plus et passant devant Giovanni Visconti, tout comme celui du classement par points, pris par Cadel Evans aux dépens de Mark Cavendisj, le maillot rose n’a pas été en danger sous la pluie toscane. Vincenzo Nibali a même failli réussir un tour de force. Dans une descente à 40 kilomètres de l’arrivée, Bradley Wiggins a été distancé. Le Britannique a même compté près d’une minute de retard sur le peloton. Les Astana, aidés par les Garmin et BMC, ont imposé un rythme soutenu pour maintenir l’écart. Après 20 kilomètres de poursuite, Wiggins a tout de même effectué son retour en comblant l’écart en solitaire, et n’a rien perdu sur la ligne. Mais en manque de confiance dans les descentes, il a encore affiché un visage fébrile.
Ryder Hesjedal, lui, était avec les favoris durant toute l’étape. Jusqu’à la dernière montée, une quatrième catégorie longue de trois kilomètres. Le Canadien, tenant du titre, a été lâché et a perdu un peu plus d’une minute. Sixième au général au départ de Sansepolcro, à 2’05, il se retrouve désormais onzième à 3’11. Il devra probablement passer à l’attaque en haute montagne, lors de la prochaine étape ce mardi, pour revenir dans le coup.
Tour d’Italie
Marcel Kittel : "Je me suis surpris moi-même"
11/05/2014 À 19:10
Tour d’Italie
L'Irlande puis les sommets au programme 2014
07/10/2013 À 15:24