Lance Armstrong, accusé de dopage et lâché par ses principaux sponsors, a confié vivre des temps "difficiles", vendredi à Austin (Texas) devant des invités de Livestrong, la fondation de lutte contre le cancer dont il a quitté la présidence mercredi.

"Ces deux dernières semaines ont été intéressantes, elles ont été difficiles pour moi et ma famille, mes amis et cette fondation", a déclaré Armstrong devant 1.500 invités lors d'un discours de cinq minutes qui a ouvert un gala de récolte de fonds marquant les quinze ans de Livestrong, qu'il a créée en 1997.

Cyclisme
Pourquoi Armstrong mentirait-il encore ? "Parce que c'est dans sa nature"
02/06/2020 À 09:46

L'Américain, dont le discours, fermé à la presse, a été mis en ligne sur You Tube, s'exprimait pour la première fois depuis la sortie la semaine dernière d'un rapport de l'Agence américaine antidopage (Usada) détaillant son rôle dans le "programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport".

Il a depuis perdu le soutien de plusieurs sponsors, dont son plus fidèle, l'équipementier Nike, à ses côtés depuis 1996, l'année où il vaincu un cancer, et qui a rompu en raison de "preuves apparemment rédhibitoires" de dopage.

Armstrong n'a cependant pas directement fait référence aux sérieuses accusations ni aux sanctions que lui a infligées fin août l'Usada, qui l'a radié à vie et privé de ses sept victoires dans le Tour de France (1999-2005).

Il a souligné qu'on lui avait beaucoup demandé comment il allait ces derniers temps. "Je réponds: +ça a été mieux, ça a été pire", a-t-il dit lors d'une soirée qui a permis de lever 2,5 millions de dollars selon Livestrong.

Le Texan de 41 ans, qui a reçu un accueil chaleureux avant de prendre la parole, a remercié les acteurs de la fondation pour leur appui.

"Cette mission (la lutte contre le cancer) est plus grande que moi, plus grande que n'importe quel individu", a-t-il aussi expliqué, enjoignant son audience à poursuivre le combat: "Il y a 28 millions de personnes touchées par cette maladie autour du monde."

"On ne nous arrêtera pas"

Armstrong a cité le respecté Martin Luther King en exhortant son audience à "accepter les déceptions passagères" mais ne "jamais perdre un espoir infini".

"Cette mission doit continuer. On ne nous arrêtera pas, nous continuerons à avancer", a-t-il dit devant un parterre incluant quelques vedettes, notamment les acteurs Sean Penn, Robin Williams et Ben Stiller ainsi que les chanteurs Norah Jones et Stephen Marley, le fils de Bob Marley.

Le nageur américain Eric Shanteau, survivant du cancer et médaillé d'or en relais aux jeux Olympiques de Londres, était également présent.

Armstrong a conclu son intervention avec "une dernière requête". "Passons du bon temps ce soir", a-t-il dit sous les applaudissements.

Livestrong a précisé dans un communiqué qu'elle avait reçu 240.000 dollars de donations (184.000 EUR) de mercredi, jour où Armstrong a annoncé sa démission de la présidence de la fondation et a été lâché par Nike, à vendredi.

Avant la soirée, le Pdg de la fondation Doug Ulman s'est borné à indiquer que le gala était destiné à récolter des dons et sensibiliser le public à la cause de la Livestrong, pas à parler des allégations contre Armstrong.

Sean Penn a de son côté affirmé être venu pour Armstrong et pour la fondation. "Je suis là pour les deux, a dit l'acteur. Lance a mis sur pied une organisation qui m'a inspiré et je pense que ça ne changera pas."

"Il faut séparer Lance l'athlète et Lance l'humanitaire", a indiqué Kurt Cannon, 40 ans, venu de Philadelphie. Tout le monde doit comprendre qu'il un jour être affecté d'une manière ou d'une autre par le cancer."

"Je pense que même s'il l'a fait (se doper), ce qu'il a fait contre le cancer est plus important, cela n'a pas de prix", a jugé Keri Kehr, 43 ans, venue de Minneapolis et portant au poignet le fameux bracelet jaune Livestrong.

Cyclisme
Tout est-il à jeter chez Lance Armstrong ?
02/06/2020 À 09:46
Cyclisme
"Armstrong a apporté énormément, sur plein d’aspects"
02/06/2020 À 09:45