Getty Images

Cavendish : "On me disait déjà fini en 2010..."

Cavendish : "On me disait déjà fini en 2010..."

Le 21/12/2019 à 11:23Mis à jour Le 21/12/2019 à 13:17

SAISON 2020 - C’est un nouveau départ pour Mark Cavendish. Le sprinteur aux 146 victoires sur route va tenter de se relancer cette saison au sein de Bahrain-McLaren, après trois dernières années décevantes chez Dimension Data. Dans un entretien accordé à Sigma Sports, il rappelle qu’on lui a déjà prédit un déclin plus d’une fois… mais celui-ci semble bien s’opérer maintenant. Moralement y compris.

Mark Cavendish ne gagne plus. Il a vécu en 2019 sa première saison blanche depuis son passage chez les pros. Sa non-sélection pour le Tour de France a été le point d’orgue d’une saison catastrophique, autant que le symbole de trois années d’errances chez Dimension Data. Brillant à son arrivée dans cette formation, surtout lors de la Grand Boucle en 2016 (quatre étapes remportées), il l’a quittée par la petite porte à l’intersaison, s’engageant avec Bahrain-McLaren pour une année. L’occasion de prouver qu’il n’est pas terminé.

Le refrain de son déclin, Cavendish le connaît par cœur. C’est ce qu’il a expliqué dans le cadre de la série The Cafe Ride de Sigma Sports, dans un entretien accordé début novembre et publié jeudi : "On me disait déjà fini en 2010… et chaque année depuis. Mais ils (les gens qui disent cela, ndlr) n’en ont pas la moindre idée. Peu importe ce qu’ils pensent." Sauf que le sprinteur de 34 ans, lui, sait ce qu’il en est. Et il n’est pas sûr de pouvoir retrouver son niveau d’antan. Pour des raisons mentales plus encore que physiques.

Dans sa tête, tout a changé

"La chose la plus difficile n’était pas de perdre, c’était d’être blâmé pour une chose sur laquelle je n’avais aucun contrôle, raconte celui dont la baisse de régime est partie, en 2017, d’une mononucléose. La pression que j’ai ressentie a engendré du stress et a nui à ma santé mentale. J’en parlerai à l’avenir." Un constat difficile à faire pour Cavendish, qui renchérit : "J’avais l’état d’esprit le plus fort que je connaissais… et j’ai maintenant des problèmes de santé mentale."

Mark Cavendish n'est effectivement plus le même, au-delà de sa moindre vélocité. Si casse-cou en début de carrière, il semble maintenant avoir peur de frotter. La résultante d'un cercle vicieux. Propulsé dans les barrières par Peter Sagan lors du Tour 2017, il collectionne depuis les gadins. En mars 2018, notamment, il avait enchaîné une chute dès le chrono par équipes inaugural de Tirreno-Adriatico avec un énorme soleil, dix jours plus tard lors de Milan-Sanremo, après avoir percuté un îlot directionnel.

Mark Cavendish (Dimension Data), impliqué dans une chute, lors de la 1re étape du Tour de Pologne 2019

Mark Cavendish (Dimension Data), impliqué dans une chute, lors de la 1re étape du Tour de Pologne 2019Getty Images

Retrouvailles salvatrices ?

Cavendish affiche 146 victoires sur route au compteur. Dont 30 bouquets décrochés sur le Tour de France. Cela fait trois ans et demi qu’il est à quatre unités du record en la matière, détenu par Eddy Merckx. Cet objectif structurant de sa fin de carrière paraît de plus en plus lointain. Renouer avec la gagne serait, déjà, une première étape.

Pour cela, Cav' pourra compter sur Rod Ellingworth, ancien directeur de la performance de l’équipe Ineos (ex-Sky), avec qui il a déjà travaillé, et qui a pris les commandes du staff de Bahrain-McLaren cette année. Mais il l'a bien compris : retrouver son explosivité n'est pas le seul prérequis à son retour sur le devant de la scène.

Victoires sur route de Mark Cavendish... Dont sur le Tour de France
2019 0 -
2018 1 0
2017 1 0
2016 10 4
2015 14 1
2014 11 0
2013 19 2
2012 15 3
2011 12 5
2010 11 5
2009 23 6
2008 17 4
2007 11 0
2006 1 -
Total : 146 30
0
0