From Official Website

Entrez, c'est ouvert !

Entrez, c'est ouvert !
Par Eurosport

Le 16/03/2012 à 18:56Mis à jour Le 16/03/2012 à 22:00

Qui succèdera à Matthew Goss au palmarès de Milan-Sanremo? L'édition 2012 de la Classicissima apparait très ouverte. Bien sûr, les sprinters, omniprésents au palmarès depuis une quinzaine d'années, veulent une fois de plus régner en maîtres. Mais les puncheurs comme Nibali ont leur mot à dire.

Reuters

Vainqueur de la Classicissima dès sa première participation, en 2009. Un exploit majuscule. A l'époque, beaucoup pensaient que le Britannique n'avait ni l'expérience ni la caisse suffisante pour mettre dans le mille du premier coup. Mais Cavendish n'est pas un champion comme les autres. Ses deux participations suivantes ont été nettement moins réussies puisqu'il n'a jamais été dans le coup pour la gagne. Avec le maillot de champion du monde sur le dos, on le dit très motivé. S'il garde le contact dans la Cipressea et surtout le Poggio, il sera très difficile à battre.

__________________________________________________________________________________________________

Getty Images

Le tenant du titre. Mais sa victoire ne fut pas vraiment une victoire au sprint. Goss a réglé un petit groupe où il était l'unique sprinter survivant au milieu des grands puncheurs, comme Gilbert, Cancellara et Nibali. On parle assez peu de lui mais l'Australien, premier coureur non-européen à écrire son nom au palmarès de la Primavera, se dit en excellente condition. "Je ne vois pas pourquoi, à la régulière, je n'arriverai pas à passer les principales difficultés comme l'année dernière", a-t-il prévenu. Si les autres sprinters calent comme en 2011, attention à lui. Il n'est sans doute pas le plus rapide, mais s'il est seul...

__________________________________________________________________________________________________

dpa

Le favori numéro un de notre consultant, Jacky Durand et celui, aussi, de Fabian Cancellara. Véritable phénomène, Peter Sagan est encore tout jeune (22 ans) mais il n'en finit plus de progresser. 2012 sera-t-elle l'année de sa consécration sur une grande classique? C'est tout à fait possible. Il possède désormais le fond pour tenir la distance. Il passe remarquablement les bosses et dispose d'une bonne pointe de vitesse. Deux arguments précieux sur Milan-Sanremo. Vainqueur d'une étape de plus de 250 kilomètres le week-end dernier sur Tirreno. Reste à savoir s'il saura maîtriser le stress du final d'une épreuve aussi importante.

__________________________________________________________________________________________________

Eurosport

Une fois deuxième, une fois troisième, une fois quatrième... Tom Boonen a souvent tourné autour du pot à Sanremo, mais sans jamais rafler la mise. On pensait que sa chance était définitivement passée puisqu'il n'avait pas réussi à gagner dans ses meilleures années, mais l'Anversois retrouve une seconde jeunesse cette saison. Très en verve depuis le début de l'année, il a déjà signé cinq victoires. "J'ai confiance en un bon résultat et je n'ai peur de me mesurer à personne, pas même à Cavendish", a-t-il confié.

__________________________________________________________________________________________________

EFE

Avec Erik Zabel, il est le meilleur spécialiste de Milan-Sanremo de ces vingt dernières années. Avec trois victoires à son actif et, tout aussi impressionnant, neuf places dans le Top 10 depuis le début de sa carrière. Personne ne maitrise mieux que lui tous les paramètres de cette course complexe et nerveuse. A 36 ans, le poids des ans joue contre lui et on voit mal comment il pourrait damer le pion à tous les sprinters. Mais on disait déjà ça il y a deux ans lors de sa troisième victoire... A jouer plutôt placé que gagnant, quand même.

__________________________________________________________________________________________________

Eurosport

Il rêve toujours de s'offrir une grande victoire contre Cavendish. S'il devance son meilleur ennemi samedi, ce sera à coup sur le plus grand moment de sa carrière. Sans faire trop de bruit, l'Allemand a déjà signé cinq succès en 2012. Mais son expérience de Milan-Sanremo reste assez limitée. Aura-t-il les capacités de franchir le Poggio après quasiment 300 kilomètres de course ? L'an dernier, il avait terminé à une anonyme 33e place.

__________________________________________________________________________________________________

AFP

Parmi les puncheurs, Vincenzo Nibali est peut-être le mieux à même de faire la différence samedi. Il est dans une forme éblouissante et sa confiance est optimale après sa victoire dans Tirreno-Adriatico. L'Italien a promis de tout faire pour dynamiter la course. Il n'a de toute façon pas le choix s'il veut s'imposer; Il doit faire la différence dans le Poggio, voire un premier écrémage dans la Cipressa. Ses qualités de descendeur peuvent jouer pour lui après le Poggio, s'il parvient à provoquer un petit écart. L'Italie attend une victoire dans un des cinq monuments depuis 2008 et la victoire de Cunego en Lombardie. Elle croit en Nibali..

__________________________________________________________________________________________________

Eurosport

Le héros malheureux de la campagne des classiques 2011, lorsqu'il était monté sur le podium à Sanremo, au Tour des Flandres et sur Paris-Roubaix, mais jamais sur la première marche. Cancellara espère avoir davantage de réussite cette année. Sur sa forme du moment, le Bernois fait un candidat très crédible. Il a bien préparé son affaire sur les routes de Tirreno-Adriatico. Pour s'imposer, il lui faudra sans doute réussir le même type d'exploit qu'en 2008, quand il était sorti dans le dernier kilomètre. Le grand favori, selon Philippe Gilbert, c'est lui.

__________________________________________________________________________________________________

Imago

En l'absence de Thor Hushovd, malade, Edvald Boasson Hagen porte les espoirs du cyclisme norvégien. Le prodige scandinave a le profil pour remporter Milan-Sanremo, clairement. Mais ses ambitions sont liées à celles de Mark Cavendish. Chez Sky, la donne est très claire. "Edvald sera protégé, mais si Cav' parvient à franchir le Poggio avec les meilleurs, il devra se sacrifier et courir pour Mark", a prévenu le directeur sportif de Kurt-Asle Arvesen. Mais si jamais Cavendish coince, ne vous étonnez pas de voir EBH jouer la gagne. "Il en a les moyens", assure Arevesen.

__________________________________________________________________________________________________

dpa

Le grand battu des derniers Mondiaux. L'Italie avait beaucoup travaillé pour lui, mais Bennati avait déçu. Du coup, il lui manque toujours une très grande victoire dans une course d'un jour. Le Toscan a néanmoins quelques atouts. D'abord, il reste un sprinter, même s'il n'est pas le plus rapide du lot. D'autre part, la présence de Cancellara à ses cotés lui ôte toute forme de pression. Enfin, il est en forme. Il a pris la deuxième place du contre-la-montre de Tirreno... derrière Cancellara.

__________________________________________________________________________________________________

A SUIVRE AUSSI: Comme l'a souligné Eddy Merckx, Milan-Sanremo est très ouvert cette année. La liste des favoris est particulièrement large. Outre les dix coureurs cités ci-dessus, on peut ajouter quelques noms. Chez les puncheurs, d'abord. L'Italien Damiano Cunego (Lampre) sera à surveiller dans le Poggio. BMC compte beaucoup sur les duettistes Alessandro Ballan et Philippe Gilbert. Mais le Belge parait bien loin de sa forme du printemps 2011. A moins d'une résurrection, toujours possible avec un coureur de sa trempe, la victoire semble hors de portée.

Parmi les sprinters, Heinrich Haussler n'a pas oublié que seul Cavendish l'avait devancé voilà trois ans. Mais l'Australien, très discret sur Paris-Nice, a du mal à retrouver son niveau de cette époque. Il a le profil pour briller, mais aura-t-il les jambes? On gardera aussi un oeil sur Alessandro Petacchi et John Degenkolb, même si le premier parait un peu vieux et le seconde un peu jeune. Petacchi sort d'un abandon sur Tirreno-Adriatico. Et les Français dans tout ça? Yoann Ofrredo, suspendu, n'est pas là. Sylvain Chavanel, malade, non plus. Sans eux, on a du mal à imaginer nu tricolore jouer un rôle majeur samedi.

0
0