Les inséparables Julian Alaphilippe, Mathieu van der Poel et Wout Van Aert ne le sont plus tant que ça. Le qualificatif fonctionne à merveille sur la première partie de saison, celle des classiques, beaucoup moins depuis. Il n'y a qu'à voir le Tour de France où chacun a vécu des expériences bien différentes. Et depuis, les chemins ne se sont pas vraiment rapprochés même si Alaphilippe et Van Aert se sont retrouvés coude à coude sur le Tour de Grande-Bretagne. Cette course justement a consacré le Belge comme favori quasiment unique pour la course en ligne des Mondiaux. Tout semble d'ailleurs aller dans le sens de "WVA".
Ne ratez rien des Championnats du monde 2021 en vous abonnant à Eurosport !
Au pays de la Reine, Van Aert a tout fait. Sa victoire au général, le Belge l'a construite jour après jour, démonstration physique après démonstration physique et l'épisode de la crevaison de Pascal Eenkhoorn sur le contre-la-montre par équipes n'a fait que créer un suspense qui n'aurait pas dû être. Au sprint sur la première étape puis sur la dernière face à Greipel et Cavendish, ou encore sur la 6e devant Ethan Hayter, son adversaire au général, Van Aert n'a jamais été inquiété. Le seul à l'avoir poussé dans ses retranchements est Julian Alaphilippe mais même là, ce n'est pas tout à fait une bonne nouvelle pour la concurrence.
Mondiaux sur route
La terreur Van der Breggen tire sa révérence avec émotion : "Cela m'a donné la chair de poule"
05/10/2021 À 16:57

Même un Alaphilippe sur son terrain a souffert

Car ce duel magnifique sur les pentes de Great Orme, juge de paix d'un peu moins de deux bornes à 9% de moyenne de la 4e étape, a tourné en faveur du Belge sur le terrain du Français. Qu'on soit bien clair, Van Aert fait partie des meilleurs mondiaux dans le domaine mais Alaphilippe peut aisément être qualifié de numéro 1. La forme du moment a fait pencher la balance en faveur d'un Van Aert sorti fatigué du Tour mais requinqué par une coupure d'un bon mois après les Jeux. "WVA" n'a pas besoin de courir beaucoup pour performer et comptez sur lui pour être à 100% dès ce dimanche pour le chrono.

Souvenirs, clés de la course et favoris : Wiggins décrypte les Mondiaux

Quand on a demandé à Nicolas Fritsch, notre consultant, d'établir une liste de favoris pour l'épreuve solitaire - qui occupe cette année une place plus importante en se disputant un dimanche -, il a donné quatre noms. Les trois médaillés du récent championnat d'Europe, dans l'ordre Stefan Küng, Filippo Ganna et Remco Evenepoel. Le Belge, absent en Italie, ensuite. Il faut dire qu'avant sa 6e place sur le chrono des Jeux, Van Aert restait sur neuf Top 5 dans la discipline depuis 2019. On exclut ici le contre-la-montre inachevé de Pau sur le Tour 2019. On a là affaire à un vrai spécialiste. Et pour en revenir aux JO de Tokyo, il faut voir sa performance relativement décevante (6e) à la lumière d'un Tour de France qu'il a fini rincé par ses efforts presque quotidiens.
Dates, parcours, diffusion et chaîne, favoris, Français : le programme complet des Mondiaux 2021

Un doublé jamais-vu ?

Sur un parcours plat de 43,3 kilomètres, les spécialistes auront l'avantage ce dimanche. C'est pourquoi le titre ne devrait pas échapper à l'un des quatre susmentionnés. Van Aert tirera-t-il son épingle du jeu ? Ce serait tout sauf une surprise et ça le sacrerait comme coureur tout-terrain. Un titre dimanche ouvrirait aussi la possibilité d'un formidable doublé chrono-course en ligne jamais vu à ce jour. Miguel Indurain, champion du monde du contre-la-montre et deuxième de la course en ligne après s'être sacrifié pour Olano s'en était rapproché en 1995 tout comme... Van Aert lui-même, deux fois en argent en 2020 à Imola.
A bien y regarder, on aurait presque tendance à dire que dans l'affaire, ce sera sur le chrono que Van Aert aura la tâche la plus dure. On ne dit pas qu'il a déjà titre gagné sur la course en ligne mais enfin, il l'approche avec une pancarte de favori au moins aussi grosse que celle de Julian Alaphilippe l'année dernière. Le parcours ressemble à une Flèche Brabançonne, entre Flandriennes et Ardennaises, à une Amstel Gold Race presque, les kilomètres en plus (268 km).

Rendez-vous dimanche : le contre-la-montre des Mondiaux a enfin la place qu’il mérite

Mettre fin à la litanie de places d'honneurs pour Van Aert

Deux courses qu'il a dominées en début de saison même si Pidcock l'a battu sur la première. Sur les côtes pavées, il aura l'avantage quasiment sur tout le monde, à moins que Mathieu van der Poel soit au top de sa forme mais on est en droit d'en douter. Et sur les autres, il a prouvé récemment que même le champion du monde sortant avait du mal à le mettre dans le rouge.
Et comme si la forme du moment ou le profil de la course ne suffisaient pas, Van Aert aura le soutien d'une équipe de Belgique de rêve où Philippe Gilbert et Greg Van Avermaet ne sont que remplaçants… Le plat pays a le personnel pour contrôler (Declercq et Campenaerts) puis pour essorer (Stuyven, Benoot, Teuns) et même pour accompagner son leader dans le final (Evenepoel et Lampaert).
En argent au championnat d'Europe, Evenepoel a assuré à son compatriote son entière dévotion. Pour le leader, un titre mettrait fin à une litanie de résultats brillants mais frustrants (3e de Milan-Sanremo, 2e des Jeux en 2021, deux fois 2e des Mondiaux et 2e du Tour des Flandres 2020). La Belgique est en mission, Wout Van Aert est son homme.

Il y a quatre favoris, et Cavagna n’en fait pas partie : les explications de Fritsch

Mondiaux sur route
Les Belges lavent leur linge sale après les Mondiaux : Van Aert répond à Evenepoel
01/10/2021 À 13:32
Mondiaux sur route
Alaphilippe, idole du plat pays : "Les Belges aiment Julian"
28/09/2021 À 12:00