Mardi, quand les images de Julian Alaphilippe restant au sol et se tenant l'épaule tournaient en boucle, ce devait être tempête sous un crâne pour Thomas Voeckler, le sélectionneur de l'équipe de France, pour qui des Mondiaux sans ou avec le double tenant du titre, ne sont pas tout à fait les mêmes. Les premiers examens en Espagne avaient révélé une luxation, ceux réalisés en Belgique jeudi n'ont décelé aucun dommage plus important selon la Quick-Step Alpha Vinyl. Alaphilippe va remonter sur le vélo rapidement. Aussi, tout espoir de le voir en Australie le 25 septembre n'est, semble-t-il, pas mort.
"Le scanner n'a révélé aucun autre dommage que la luxation initialement diagnostiquée, ce qui signifie que Julian peut commencer [...] à s'entraîner sur ses rouleaux. Si le mouvement et la douleur sont gérables, il devrait être en mesure de commencer un entraînement complet dans un avenir pas trop lointain." Dans sa communication, l'équipe de Julian Alaphilippe reste très prudente. Pas question de se projeter sur une quelconque reprise ou sur les Mondiaux, évidemment.
Mondiaux sur route
"J’ai les larmes qui ont coulé" : Gilbert a été touché par le sacre d’Evenepoel
11/10/2022 À 22:59

Des Strade Bianche à la Vuelta : Une saison en enfer pour Alaphilippe

Lefevere estime qu'Alaphilippe sera "probablement trop court"

Ces championnats du monde avaient d'ailleurs été un point d'achoppement dans la relation Lefevere-Alaphilippe. Le premier avait sommé le second de ne pas prendre la Vuelta comme une session d'entraînement grandeur nature pour un éventuel triplé mondial, aussi insensé qu'historique. Le second avait refusé d'entrer dans la polémique et en Espagne, il a fait ce que l'équipe lui demandait, à savoir travailler à la quête de succès final de Remco Evenepoel. Celle-ci s'est arrêtée sur la 11e étape, mercredi.
Jeudi, Patrick Lefevere s'est empressé de dire que son coureur serait "probablement trop court" pour remporter avec le maillot de l'équipe de France un troisième titre mondial. Thomas Voeckler assiste pour l'instant de loin à tout ça. "C'est un gros coup sur la tête, d'autant qu'il était dans une phase d'approche idéale de l'événement, a-t-il confié à l'AFP vendredi. Mais chaque chose en son temps, on va voir si on fait avec ou sans lui".

Voeckler joue la montre

Dans un des deux cas, les Bleus jouent le titre, dans l'autre ils espèrent des circonstances de course pour jouer placés. Voeckler encore : "je ne veux pas faire de langue de bois en disant qu'on aborde la course avec la même idée en tête si Julian est là ou non. Bien sûr, le temps ne joue pas en notre faveur. Mais il faut plus de recul, c'est encore tout frais. J'espère qu'il se rétablira au plus vite et qu'on en tirera les conclusions en temps utile", poursuit encore le sélectionneur qui a prévu d'échanger avec Lefevere.

Irrésistible Alaphilippe : Revivez son attaque décisive à 17km de l'arrivée

L'avantage, c'est que les règles UCI permettent à Voeckler de penser sa sélection avec Alaphilippe sans mettre de côté un autre coureur. En tant que tenant du titre, "Alaf'" est d'une certaine manière hors-quota. Celui-ci s'établit à huit pour l'équipe de France, comme pour les meilleures nations du monde. Le compteur affiche J-23 avant les Mondiaux qui se disputeront à Wollongong. C'est évidemment très court et voir Julian Alaphilippe triompher pour un troisième titre mondial serait une immense surprise. Mais l'espoir existe.
Mondiaux sur route
"Alaphilippe est soulagé de ne plus avoir ce maillot arc-en-ciel, ce sera du grand Julian en 2023"
10/10/2022 À 19:27
Mondiaux sur route
Leur champion est de retour : Evenepoel accueilli en héros à Bruxelles
27/09/2022 À 17:06