Cyclisme

Nibali à Roubaix, Pinot à Liège, Bernal sur le Giro : ce que l'on a très envie de voir à l'automne

Partager avec
Copier
Partager cet article

Thibaut Pinot

Crédits Getty Images

ParChristophe Gaudot
16/05/2020 à 22:17 | Mis à jour 17/05/2020 à 08:15
@ChrisGaudot

SAISON 2020 - Un calendrier inhabituel ouvre des nouvelles possibilités. En annonçant qu'il aimerait participer au Tour des Flandres et à Paris-Roubaix, Romain Bardet nous a donné des idées. De Nibali à Roubaix en passant par Pinot à Liège et jusqu'à Bernal sur le Giro, voilà ce qu'on aimerait voir de nouveau à l'automne.

"C'est clair que le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, j'ai vraiment envie d'y participer". Placés après le Tour de France en 2020, les deux Monuments flandriens vont-ils attirer de nouveaux adeptes. Si l'on en croit les mots de Romain Bardet au Monde, oui. Avec un Tour de France qui précède la plupart des grandes classiques du calendrier, les programmes habituels sont chamboulés et certains vont peut-être s'essayer sur des terrains qu'ils connaissent pas ou qu'ils ont oublié. Voici notre sélection.

Vincenzo Nibali sur Paris-Roubaix

Tour d’Italie

"Giro d'Italia Classic Stages" : Eurosport propose de revivre les grandes étapes du Tour d'Italie

07/05/2020 À 11:09

Vincenzo Nibali est un amoureux du cyclisme, de son histoire. Il se fait souvent le défenseur de ses traditions séculaires et peut facilement être comparé à Gino Bartali, l'héroïsme pendant la Seconde Guerre mondiale en moins évidemment. Lui le romantique a déjà gagné les trois Grands Tours, un Milan-San Remo et deux Tours de Lombardie. Sur la décennie 2010, personne ne peut en dire autant. Loin de l'hyper spécialisation initiée par Indurain, prolongée par Armstrong et utilisée par Ineos, Nibali cultive l'éclectisme. A ce jour, un seul Monument a échappé à son programme.

En 2018, le Requin de Messine avait tenté sa chance sur le Tour des Flandres. Le résultat final (24e) ne rend pas hommage à sa prestation sur les pavés et côtes belges tant il avait été présent pour animer la course. Le voir courir Paris-Roubaix, placé on le rappelle après le Tour de France, serait une nouvelle preuve de son amour pour son sport.

A 35 ans, rien ne dit que Nibali sera encore présent dans les pelotons dans quelques années et s'il veut poursuivre sa découverte des courses emblématiques du cyclisme, 2020 est une belle opportunité. Seul problème, Paris-Roubaix se disputera cette année le dimanche 25 octobre, soit le jour de l'arrivée du Giro. Nibali devra choisir. Vendredi il a annoncé sa volonté de découvrir Roubaix un jour...

Thibaut Pinot sur Liège-Bastogne-Liège

C'est une incongruité que l'on aurait presque du mal à croire : Thibaut Pinot n'a jamais participé aux courses ardennaises. Alors que Julian Alaphilippe y a brillé (2 victoires sur la Flèche Wallonne) et que Romain Bardet y a glané un podium (3e à Liège en 2018), lui ne s'est jamais essayé sur ces routes qui colleraient pourtant parfaitement à ses qualités. La raison principale est évidemment un calendrier et des ambitions pas toujours compatibles avec une semaine ardennaise à la mi-avril. D'abord parce que briller en avril est parfois un frein pour le faire en juillet et parce que Pinot a aussi misé quelques fois sur le Giro qui s'élance peu après Liège-Bastogne-Liège.

Thibaut Pinot célèbre sa victoire lors de la 14e étape du Tour de France au Tourmalet

Crédits Getty Images

Si notre choix s'est porté sur Liège-Bastogne-Liège, c'est qu'elle correspond plus à Pinot. Sur l'Amstel Gold Race, frotter est primordial, ce qui est loin d'être son fort alors que sur la Flèche Wallonne, son manque d'explosivité lui ôte toute chance de jouer la victoire.

En revanche, à Liège, sur des côtes longues, ses qualités de grimpeur peuvent parler. Pinot l'a prouvé sur le dernier Tour de France, il est l'un des tous meilleurs du monde dans le domaine. Ajoutez à cela que sa victoire au Tour de Lombardie prouve que les 250 kilomètres ne lui font pas peur et vous obtenez un cocktail qui donne envie.

Geraint Thomas au Tour des Flandres

Geraint Thomas a eu trois vies dans le cyclisme. Celle de pistard qui l'a mené à deux titres olympiques, celle de leader qui l'a vu remporter le Tour de France mais aussi une vie de coureur de classiques du nord. Vous l'avez peut-être oublié à l'aune de son succès sur la Grande Boucle mais le Gallois a déjà remporté le Grand Prix E3, le "petit Tour des Flandres", et pris deux places dans le top 10 du Ronde et une sur Paris-Roubaix.

Il a donc été un coureur qui compte sur ces courses qu'il a logiquement délaissées depuis que ses ambitions se sont décalées sur les Grands Tours. Il n'a plus terminé Paris-Roubaix depuis 2014 et zappe les Flandres depuis 2016. Le voir revenir sur le Ronde qui se disputera le 18 octobre, soit près d'un mois après l'arrivée du Tour de France, serait un beau clin d'oeil en forme de souvenir.

Geraint Thomas sur le Tour des Flandres 2015

Crédits Getty Images

Surtout, rien ne dit que Geraint Thomas ne peut plus y briller. Ce qui était à son avantage sur le Tour des Flandres, à savoir sa force dans les hanches, n'a pas disparu. Bien sûr, il a perdu du poids pour briller en montagne mais son style n'a pas vraiment changé. Thomas se met rarement en danseuse et tire sur ses hanches et ses bras. Un style qu'il faut adopter sur les monts pavés flandriens.

Egan Bernal sur le Giro

Les courses de second niveau du temps de Androni-Giocattoli puis les programmes tournés vers le Tour de France d'Ineos, Egan Bernal est encore loin d'avoir fait le tour de la question cycliste. Et heureusement à 23 ans ! Nous aurions pu choisir pour lui aussi, à l'instar de Thibaut Pinot, les Ardennaises, mais son rendez-vous raté avec le Tour d'Italie en 2019 donne envie de le voir se régaler sur les majestueux cols italiens.

Premièrement parce que Bernal et l'Italie c'est une histoire d'amour. C'est Gianni Savio, le boss de sa première équipe, qui l'a découvert et qui l'a couvé avant qu'il ne vole de ses propres ailes chez Sky. Loin de sa Colombie natale, le vainqueur du dernier Tour de France, a trouvé un pays chaleureux où il se sentait bien. Deuxièmement parce qu'avec des cols aux pourcentages plus indigestes que ceux du Tour, Bernal y trouverait un merveilleux terrain de jeu.

Alors certes on imagine mal Ineos le mettre ailleurs que sur le Tour en septembre et doubler avec le Giro semble difficile en 2020. Richard Carapaz a annoncé que conserver sa couronne serait son objectif principal ? Qu'il soit le leader d'Ineos avec un Bernal prêt à reprendre la barre s'il craque.

Cyclisme

Naesen prolonge avec AG2R jusqu'en 2023

IL Y A 12 HEURES
Cyclisme

L'équipe Israël SN reprendra début juillet en Roumanie

IL Y A 13 HEURES
Dans le même sujet
Cyclisme
Partager avec
Copier
Partager cet article

Dernières infos

Cyclisme

Naesen prolonge avec AG2R jusqu'en 2023

IL Y A 12 HEURES

Vidéos récentes

Tour d’Italie

L'image du Giro 2017 : En rose, Dumoulin s'arrête en catastrophe pour satisfaire un besoin naturel

00:01:40

Les plus lus

Sports mécaniques

Pas de GP mais Leclerc a joué l'acteur au volant d'une Ferrari dans les rues de Monaco

HIER À 19:42
Voir plus