AFP

Contador déjà au top

Contador déjà au top
Par Eurosport

Le 09/03/2009 à 06:45Mis à jour

Grand favori de Paris-Nice, Alberto Contador s'est déjà installé en tête du classement général. L'Espagnol a remporté la 1re étape dimanche, un contre-la-montre de 9,3 kilomètres disputé à Amilly. Il a devancé Bradley Wiggins (Garmin) et Luis Leon Sanchez (Caisse d'Epargne).

Alberto Contador est incroyable. Annoncé comme le grandissime favori de cette 63e édition de la Course au Soleil, l'Espagnol était surtout attendu vendredi sur les pentes de la Montagne de Lure où les observateurs le voyaient tuer la course de sa pédalée aérienne et explosive. Mais voilà, le vainqueur du Tour de France 2007, auteur l'an dernier d'un historique doublé Giro-Vuelta, n'entendait pas attendre six jours pour rappeler à tous qu'il est bien le patron du peloton. Sur un parcours dénué de toute difficulté, le Castillan a en effet posé les jalons d'une déjà probable deuxième victoire dans Paris-Nice. Certes, le leader de la formation Astana est encore loin d'avoir gagné mais la manière dont il a remporté, sous la pluie, un chrono qui favorisait pourtant les purs rouleurs, résonne comme un coup de semonce ne laissant aucun doute sur sa condition avancée.

Vainqueur il y a un peu plus de deux semaines du Tour d'Algarve après avoir construit son succès dans l'exercice solitaire de l'épreuve, l'Espagnol a confirmé ses progrès contre-la-montre en dominant cette première étape de la tête et des épaules. En tête dès le point de chronométrage intermédiaire, Contador s'est ensuite payé le luxe de battre le champion olympique de poursuite Bradley Wiggins (Garmin-Slipstream) pour 7 secondes. L'Allemand Tony Martin (Team Columbia) et l'Ecossais David Millar (Garmin-Slipstream), autres spécialistes de l'effort solitaire, respectivement devancés par Contador de 11 et 14 secondes, devaient pour leur part se contenter des 4e et 5e rangs. C'est dire la portée de la performance de l'Espagnol sur les routes d'Amilly... "C'est une surprise pour moi de gagner, surtout par rapport aux spécialistes et sur un parcours plat. (...) L'explication, c'est qu'aujourd'hui j'ai eu de très bonnes sensations", a-t-il modestement déclaré une fois descendu du podium protocolaire.

Déjà des écarts

Parmi les autres postulants à la "gagne" sur la Promenade des Anglais, l'Espagnol Luis Leon Sanchez (Caisse d'Epargne), vainqueur en février du Tour Méditerranéen, est de ceux qui s'en sortent le mieux. N'accusant au final qu'un débours de 9 secondes sur son compatriote, le vainqueur de l'étape d'Aurillac sur le dernier Tour de France, peut estimer avoir limité la casse ce dimanche en se classant 3e de ce chrono pluvieux. A son image, Antonio Colom (Team Katusha) a également réalisé un bon contre-la-montre qui lui permet de se placer en embuscade à l'aube d'une semaine de course dont le parcours pourrait lui convenir. Le vainqueur du classement général officieux du récent Challenge de Majorque qui s'était ensuite offert le scalp d'un certain Alberto Contador lors de l'arrivée en altitude du Tour d'Algarve, ne concède que 19 secondes au nouveau maillot jaune et peut espérer réitérer son exploit portugais lors de l'étape de vendredi.

L'addition est en revanche plus salée pour Cadel Evans (Silence-Lotto), 19e à 31 secondes, ou pour le champion olympique Samuel Sanchez (Euskaltel) et le très prometteur Tchèque Roman Kreuziger (Liquigas) qui perdent tous deux 33 secondes sur le coureur d'Astana quand Frank Schleck (Saxo Bank), pourtant très bien parti, accuse au final un retard de 36 secondes sur le nouveau leader de l'épreuve. Victime d'une chute, l'Américain Christian Vandevelde (Garmin-Slipstream), 5e de la Grande Boucle 2008, a pour sa part perdu presque tout espoir de bien figurer sur la course en chutant sur la chaussée glissante et en achevant ce chrono en 141e position à 1 minutes et 15 secondes de Contador.

Les Français dans le coup

Dans cette soupe à la grimace généralisée où certains regretteront déjà que la course ait livré un verdict s'apparentant à une sentence quasiment sans appel, deux coureurs peuvent avoir le sourire. Les Français Sylvain Chavanel (Quick-Step) et Rémi Pauriol (Cofidis) ont en effet tous deux réalisé une belle opération dans les rues d'Amilly. Pour le Poitevin, 7e après avoir été longtemps leader provisoire, comme pour l'Aixois surprenant 10e de chrono malgré sa condition avancée, cette première journée de course est une réussite. Respectivement pointés à 19 et 22 secondes de l'ogre d'Astana, les deux Tricolores demeurent à portée de fusil au général. Pour Thomas Voeckler (35e à 38''), Sandy Casar (41e à 44'') et David Moncoutié (83e à 51''), les pertes sont plus importantes sans que rien de rédhibitoire n'ait pour autant été enregistré.

Dans ces conditions, pour les coureurs français comme pour les autres, il faudra parier sur une course de mouvement dans les jours à venir pour mettre en difficulté Contador. Lucide, le maillot jaune sait ce qu'il attend et ne perd pas de vue son objectif final: "il faudra rester attentif mais le plus important, c'est d'avoir le maillot jaune dimanche prochain à l'arrivée à Nice." Le leader espagnol devrait pouvoir compter sur le concours des formations de sprinter lors des étapes de lundi et mardi. En revanche, son équipe, amputée des Américains Levi Leipheimer et Chris Horner, pourrait être mise en difficulté par des assauts à répétition d'adversaires qui feraient cause commune. "Toute la responsabilité de la course incombera à l'équipe Astana", explique malicieusement Luis Leon Sanchez qui a visiblement quelques idées dans la tête. Alberto Contador ayant frappé si fort ce dimanche, il faudra sans doute au moins cela pour l'empêcher de triompher dimanche prochain sur la Côte d'Azur.

0
0