AFP

Haussler comme une bombe

Haussler comme une bombe
Par Eurosport

Le 10/03/2009 à 09:15Mis à jour

L'Allemand Heinrich Haussler (Cervelo), déjà vainqueur en février de deux étapes du Tour d'Algarve, s'est imposé au sprint à l'issue de la 2e étape de Paris-Nice. Alberto Contador (Astana), victime d'une chute sans gravité dans le final de cette étape très venteuse, conserve le maillot jaune.

Les occasions de briller sur ce 63e Paris-Nice de l'histoire ne seront pas légion pour les sprinters. Avec au programme de son édition 2009 un parcours accidenté, ne réservant à priori que deux étapes sur huit aux équilibristes de la dernière ligne droite, la Course au Soleil n'a pas fait la part belle à ces héros de l'emballage. Aussi, il ne fallait pas se rater ce lundi à La Chapelle-Saint-Ursin pour ceux qui, peu nombreux, ont préféré l'épreuve française à Tirreno-Adriatico sur laquelle Tom Boonen, Mark Cavendish ou encore Daniele Bennati s'aligneront à partir de mercredi.

Heinrich Haussler est de ceux-là. Deuxième du Tour du Qatar début février puis lauréat de deux étapes sur le Tour d'Algarve il y a un peu plus de deux semaines, le jeune Allemand (25 ans), s'est aligné au départ d'Amilly avec l'ambition de ne pas se rater sur les deux premières étapes en ligne. Transfiguré par son arrivée chez Cervelo, l'ancien protégé de Hans Michael Holczer chez Gerolsteiner confirme enfin les promesses qu'avaient fait naître ses cinq victoires en 2006 (2 étapes du Tour de Murcie et 2 étapes du Circuit Franco-Belge notamment). "Je tenais à réussir le début de saison, vis-à-vis de ma nouvelle équipe", a-t-il ainsi expliqué à l'arrivée.

Le vent anime la course

Auparavant, ses coéquipiers n'avaient pourtant pas ménagé leur peine pour tenter d'opérer la sélection dans les plaines du Cher. Vigilants tout au long des 50 derniers kilomètres, les coureurs de l'équipe Cervelo avaient en effet été prompts à relayer l'équipe Rabobank qui avait mis en route au moment où le vent s'était intensifié. Le coup ne passa pas loin. A l'avant, outre les maillots orange de la formation néerlandaise et les tuniques noires de l'équipe helvético-canadienne, les coureurs de chez Saxo Bank et de chez Quick Step étaient de la partie.

Sous l'action conjuguée d'Eole et des équipes de tête, le peloton explosait. Cadel Evans, David Moncoutié, Vladimir Efimkin et Vladimir Karpets notamment, étaient rejetés à l'arrière mais après une belle partie de manivelles, sans que l'on se sache exactement pourquoi, le rythme à l'avant baissa soudainement et provoqua un regroupement général. Devant, les quatre échappés matinaux (Rooijakkers, Hernandez, Kuschynski et Laurent), partis quelques hectomètres après le baisser de drapeau, allaient faire les frais de cette subite accélération en étant repris par le gros de la troupe à 23 kilomètres du terme.

Pauriol se casse la clavicule

Dès lors, le sprint massif était quasiment inévitable. Dans le final, David Moncoutié, décidément mal à l'aise sur ce type d'étape, était irrémédiablement lâché par le peloton mais rien ne pouvait empêcher les funambules des derniers hectomètres d'en découdre sur la chausse de La Chapelle-Saint-Ursin. Pas même une chute qui jeta à terre une trentaine de coureurs, dont le leader Alberto Contador, à un peu plus de deux bornes de la ligne (comme le prévoit le règlement, les écarts occasionnés par un incident survenant dans les trois derniers kilomètres ne sont pas comptabilisés).

Alors que presque tout le monde repartait, Rémi Pauriol (Cofidis) se tordait de douleur. Victime d'une fracture de la clavicule, le vainqueur du GP d'Ouverture et du GP de Lugano, 10e du chrono d'Amilly dimanche, voyait ainsi s'envoler ses rêves de bien figurer sur la Course au soleil. A l'arrivée, Haussler qui n'en avait cure s'imposait donc en costaud après être sorti de la boîte aux 350 mètres. Mark Renshaw et Mirco Lorenzetto, restés scotchés une longueur derrière, n'ont rien pu faire. "Mon objectif était de gagner une étape, c'est fait", conclut le vainqueur du jour qui pourrait toutefois remettre le couvert dès mardi à Vichy.

0
0