Eurosport

Paris - Nice : Thomas, Costa, Vichot... Ils espèrent encore battre Betancur (ce sera dur)

Ils espèrent encore battre Betancur... mais ce sera dur

Le 14/03/2014 à 21:09Mis à jour Le 14/03/2014 à 21:37

Le maillot jaune Carlos Betancur attaque le dernier week-end de Paris - Nice en favori mais certains rivaux veulent croire qu'il reste des ouvertures.

Thomas, en bon Sky

2e du général à 0'08"

En envoyant Richie Porte sur Tirreno - Adriatico, la Sky ne pouvait pas s'attendre à dominer Paris - Nice aussi outrageusement que lors des deux dernières éditions. Elle conserve pourtant de belles chances d'aller chercher le général avec Geraint Thomas. Le Gallois a perdu le maillot jaune mais reste à seulement huit secondes de Carlos Betancur. Surtout, il n'a presque rien lâché sur le mur de Fayence, peut-être le rendez-vous le plus effrayant pour lui cette semaine. Samedi comme dimanche, s'il est distancé en montée, il pourra toujours exprimer toute sa puissance pour se refaire avant l'arrivée. Cette puissance lui permettra aussi de jouer les bonifications, bien placées par les organisateurs pour rythmer la course.

Encore deux grosses journées à affronter, annonce-t-il sur Twitter.

Rui Costa, en champion du monde

3e à 0'18"

Notre avis : Un maître tacticien pour aller chercher une course réservée aux fins coursiers, ça fait sens.

Carlos Betancur Rui Costa Paris - Nice 2014

Carlos Betancur Rui Costa Paris - Nice 2014AFP

Vichot ou Gautier, en Français

Vichot : 7e à 0'27"
Gautier : 9e à 0'31"

Notre avis : L'un comme l'autre vont devoir sortir un très gros numéro à l'avant pour aller chercher la victoire. On les attend plutôt dans le top 5, éventuellement sur le podium.

Fuglsang, en remplaçant de Nibali

6e à 0'25"

Ça ne suffit pas à réfréner ses intentions offensives mais Vincenzo Nibali n'affiche pas encore sa meilleure condition. Heureusement pour Astana, Jakob Fuglsang fait un joli leader de rechange. Jusqu'à présent, le Danois a parfaitement accompagné les manœuvres de Nibali. Il s'est même porté à l'avant jeudi et lorsque l'Italien a coincé dans le mur de Fayence, vendredi, lui a résisté (7e à 7"). Les reliefs du week-end n'ont pas à effrayer le 7e du dernier Tour de France.

Notre avis : Les capacités de Fuglsang ne font aucun doute mais il parvient rarement à les exploiter pour créer des différences.

Rojas, en sprinteur tenace

5e à 0'24"

Le parcours de Paris - Nice a eu beau être décrié comme trop facile, les sprinteurs ont bien reculé dans la hiérarchie du classement général. Aujourd'hui, on n'en trouve plus qu'un dans l'allure : l'ex-champion d'Espagne Jose Joaquin Rojas (Movistar), également reconnu pour ses capacités à (très) bien accepter les pourcentages. Bien entouré par ses équipiers, il ne perdra pas de temps samedi et pourrait même en gagner grâce aux bonifications. L'arrivée lui convient, le placement des bonifications (notamment le sprint intermédiaire au km 34) aussi. Dimanche, ce sera un peu plus dur.

Notre avis : Si Rojas est toujorus dangereux à ce stade de la course, il subira un harcèlement difficile à contenir dans la courte étape de dimanche.

Jose Joaquin Rojas Gil (Movistar)

Jose Joaquin Rojas Gil (Movistar)

N'oublions pas…

Et si Zdenek Stybar (OPQS, 4e à 0'22"), très en jambes, venait apporter une nouvelle preuve de son extraordinaire polyvalence ? Le puncheur Jan Bakelants (OPQS, 8e à 0'29") serait-il une meilleure carte pour la formation belge ? Très offensif ces derniers jours, Stefan Denifl (IAM, 10e à 0'31") peut-il faire mieux que le top 10 qu'il vise ?

0
0