Panoramic

PARIS-TOURS - Avant les Mondiaux de Doha, les sprinteurs devraient s'expliquer une dernière fois

Avant les Mondiaux de Doha, les sprinteurs devraient s'expliquer une dernière fois
Par AFP

Le 09/10/2016 à 00:04Mis à jour Le 09/10/2016 à 00:06

PARIS-TOURS - Plusieurs grands noms du sprint, comme Démare, Boonen, Cavendish et Bouhanni entendent en découdre sur ce Paris - Tours. Une bonne préparation à une semaine de la course en ligne des championnats du monde de Doha.

Cavendish, Boonen et Démare ont rendez-vous sur l'avenue de Grammont dimanche : à une semaine des Championnats du monde de Doha, les sprinteurs se jaugent une dernière fois sur les routes de Paris-Tours, au départ de Dreux. Tout plaide pour une arrivée sous forme de sprint massif au bout de la longue avenue du centre-ville de Tours.

"Avec la très bonne initiative prise par l'organisation d'augmenter le nombre de kilomètres et de changer la fin du parcours en prévision des Mondiaux à Doha, ça devrait arriver groupé", anticipe Marc Madiot, manager de la FDJ. Lors des dernières éditions, un coureur rescapé d'un coup de bordure, l'Italien Matteo Trentin, a succédé à un autre attaquant du matin, le Belge Jelle Wallays, tandis qu'en 2013 un sprint massif avait permis à l'Allemand John Degenkolb de remporter sa première grande classique.

Démare en forme

La 110e édition de cette course créée en 1896 - ce qui en fait l'une des plus anciennes du calendrier - et qui sera entourée de mesures de sécurité renforcées, est un objectif déclaré pour le Français Arnaud Démare. Monté sur le podium de Paris-Tours dès sa première participation en 2013, le leader de la FDJ est en forme. Juste avant la classique des sprinteurs, l'ancien champion de France (2014) s'est imposé avec autorité sur Binche-Chimay-Binche mardi en surclassant notamment le Tchèque Zdenek Stybar et le Belge Greg van Avermaet dans le final.

"Cela fait un bout de temps que j'ai de bonnes jambes, mais je n'avais pas eu l'occasion de le montrer", explique Démare. "Paris-Tours, c'est une course (...) qui est dans mes cordes. Je sais qu'il faudra être vigilant sur les bordures dans la matinée, mais c'est une édition un peu particulière avec la perspective des Mondiaux le dimanche d'après. Il serait logique qu'on ait une arrivée massive sur l'avenue de Grammont", poursuit le sprinter français, vainqueur de Milan-San Remo mi-mars.

La grande inconnue Cavendish

L'un de ses principaux concurrents, le Belge Tom Boonen, est du même avis : "Chacun veut profiter de cette course pour mettre au point son meilleur sprint en vue des Mondiaux. Ce sera un super test". L'ancien champion du monde (2005), surnommé "Roi du désert" en raison de ses nombreuses victoires dans le Tour du Qatar, assure avoir "préparé avec minutie (son) meilleur sprint", malgré un abandon sur chute il y a quelques semaines à l'Eneco Tour. Boonen surveillera notamment le comportement de Mark Cavendish. La forme du Britannique, venu pour se rassurer, est un point d'interrogation. Les Français Bryan Coquard (absent à Doha) et Nacer Bouhanni, ainsi que l'Italien Elia Viviani ont sans doute aussi un bon coup à jouer.

0
0