Si le surnom de Paris-Nice, "la course au soleil", est parfois usurpé, il était heureux que Tirreno-Adriatico, son pendant italien, ne jouisse pas du même sobriquet ce dimanche. Rien de ce qu'ont vécu les coureurs sur la 5e étape entre Castellato et Castelfidardo ne ressemblait à une journée à se prélasser au soleil. Il fallait non seulement se coltiner plusieurs murs très raides dans le circuit final mais d'autres éléments sont venus se greffer à ce menu déjà copieux. Les conditions dantesques déjà, mais aussi un Mathieu van der Poel qui a lancé les hostilités très tôt.
Voir le Néerlandais attaquer une première fois à 66 kilomètres du but puis une seconde pour s'isoler quinze bornes plus loin n'est plus une surprise. "MVDP" est un coutumier du fait. S'il peut être létal dans un final de course, il aime aussi partir de loin. Mieux, ce dimanche, il en avait besoin. "Il faisait terriblement froid, remet-il pour Sporza. J'espérais me réchauffer en attaquant." Mission accomplie a priori puisqu'il a rapidement fait le trou avec ses rivaux plus concentrés par le classement général dont il n'est plus un acteur depuis samedi.

Il a eu très chaud : Comment van der Poel a résisté à Pogacar dans le final

Tirreno - Adriatico
Vainqueur au bout d'un raid de 51km, Van der Poel a senti sur la fin le souffle de Pogacar
14/03/2021 À 14:54

Un dernier tour de folie

"C'était très difficile à partir du moment où nous sommes entrés sur le circuit final, particulièrement avec la pluie, assure Wout Van Aert. Mathieu s'est isolé très tôt, les autres nous étions concentrés sur le classement général". Tadej Pogacar, leader de Tirreno-Adriatico, a accordé le bon de sortie à van der Poel préférant "rester calme". Il restait alors une cinquantaine de kilomètres et certains, Julian Alaphilippe par exemple, avaient déjà compris qu'ils ne seraient pas acteurs.
Il a fallu attendre l'ultime tour de circuit pour que l'étape n'entre dans une autre catégorie. Assurément l'une dont on se souviendra en fin de saison 2021. Au passage sur la ligne, van der Poel comptait plus de trois minutes d'avance sur le groupe Pogacar. Vingt-quatre kilomètres plus tard pour l'arrivée ? Seulement dix secondes. Entre temps ? Un scénario haletant. Bien décidé à reprendre du temps à son plus proche poursuivant, l'épatant Wout Van Aert, Tadej Pogacar a accéléré à 17 kilomètres de la ligne.

Tirreno 2021: Van Aert, Pogacar, van der Poel

Crédit: Getty Images

"Quand j'ai vu Wout van Aert souffrir, j'ai essayé d'aller gagner du temps au classement général", explique le Slovène quand le Belge reconnaissait sa supériorité. Le but pour Pogacar était simple : prendre le plus de marge possible avant le chrono de mardi où "WVA" aura, théoriquement, l'avantage. "Je n'ai jamais pensé que je serais près de rattraper Van der Poel", précise-t-il. Et pourtant…
Les 10-15 derniers kilomètres, c'était l'enfer pour moi
Il a manqué un souffle au vainqueur du Tour 2020 pour revenir sur le Néerlandais. Quand le Slovène a accéléré, van der Poel a vu son avance fondre. "Je me sentais bien jusqu'au dernier tour et ensuite j'étais complètement vide. Je ne sais même pas comment je suis arrivé jusqu'à la ligne d'arrivée aujourd'hui. Les 10-15 derniers kilomètres, c'était l'enfer pour moi". Van der Poel est passé proche d'une énorme déception après un numéro de soliste magnifique. "Je suis content d'être récompensé avec la victoire", souriait-il encore transi de froid devant les micros.
"Van der Poel a réussi une grande course avec ce froid terrible. Il a été incroyable aujourd'hui", salue Pogacar alors que Van Aert, désormais repoussé à 1'15'' au général disait "avoir tout donné". Tous ont été au bout mais van der Poel, parce qu'il a longtemps été seul et qu'il a un temps cru avoir fait tout ça pour rien est peut-être le plus méritant. "Je ne me souviens pas avoir autant donné dans une course", a-t-il dit. Ultime témoignage d'une journée vraiment pas comme les autres.
Tirreno - Adriatico
Bardet, Alaphilippe, Pinot : Trois courses différentes mais le même constat encourageant
17/03/2021 À 10:45
Tirreno - Adriatico
Pogacar, toujours plus complet, toujours plus dominant
16/03/2021 À 17:36