"Plus les jours passent, plus Vinokourov semble fort." Le compliment vient tout simplement d'Alejandro Valverde, leader de la Vuelta après dix jours de course et favori annoncé. Si l'Espagnol de la Caisse d'Epargne semble parfaitement - et patiemment - gérer sa route vers la victoire, l'incroyable retour du Kazakh a de quoi l'inquiéter un petit peu. "Avec Kashechkin à ses côtés, les deux Kazakhs représentent le plus gros danger pour la victoire finale", renchérit-il. Le Murcien pensait n'avoir à surveiller que le plus jeune des deux, troisième au général, après la mise en retrait de Vinokourov à la Covatilla, garder un oeil sur Sastre et attendre que Brajkovic atteigne ses limites. Mais le week-end a fait resurgir sur le devant de la scène l'intenable Vino, relégué à plus de deux minutes vendredi.

Après la victoire surprise de Lugo que l'on croyait un coup d'orgueil, le leader Astana a récidivé dès le lendemain au sommet de la Cobertoria. Une victoire sous forme de tour de force, parfaitement épaulée par Kashechkin. "Quand Vinokourov et Kashechkin se sont échappés, j'ai dit à Karpets de garder le rythme dans la montée", explique un Valverde sûr de son fait. "J'ai contré avec l'idée d'aller au bout. L'objectif était de tout donner, si je les rattrapais, tant mieux. Sinon, il fallait prendre du temps à mes rivaux qui étaient derrière. J'ai tenté de revenir sur Vinokourov, mais quand j'ai vu qu'il était trop loin, je me suis contenté d'assurer le maillot."

Tour d'Espagne
Bouhanni abandonne
31/08/2012 À 14:36

"Ne jamais baisser sa vigilance"

Un maillot auquel le leader du Pro Tour a longtemps rêvé et qu'il n'est pas décidé à lâcher de sitôt. "Revêtir le maillot or est quelque chose de très spécial. J'avais déjà été tout près de l'endosser en 2003 et 2004. A présent, je vais devoir le défendre et éviter les complications," annonce l'Espagnol. Reste qu'il va lui falloir mater les velléités de rivaux qui sont encore nombreux à moins de deux minutes. "Il y a cinq ou six coureurs de même niveau sur cette Vuelta. Il est clair que Vinokourov est de mieux en mieux chaque jour. Sans oublier Marchante et Sastre, qui se situent à moins de deux minutes au général", analyse Valverde. Un Kazakh qui a soif de victoire et paraît à présent un ton au-dessus de la concurrence.

Les tracés en dents de scie à venir, avec des difficultés quasi quotidiennes relayées par des portions roulantes: voilà de quoi satisfaire les deux Alexandre dans le bras de fer qu'ils s'apprêtent à livrer, avec l'avantage pour Valverde d'être soutenu par une équipe Caisse d'Epargne qui semble plus forte que la formation kazakhe malgré ses trois derniers succès d'étape. "Il n'y aura pas une étape tranquille d'ici à Madrid, prévient le maillot or. Celles qui arrivent sont casse-pattes, ce qui peut les rendre parfois plus dures que des étapes de montagne. Il faudra être très attentif, ne jamais baisser sa vigilance. Mais, je me sens en très grande forme."

Il n'en restera qu'un. Toute l'Espagne souhaite que ce soit Valverde. Pour sa pugnacité et son audace, Vinokourov aurait également fière allure en vainqueur à Madrid. La Vuelta a pour le moment choisi son Alexandre, ou plutôt Alejandro. Mais l'intenable coureur Astana ne fait qu'entrer dans la danse.

Tour d'Espagne
Cummings en finisseur
31/08/2012 À 11:15
Tour d'Espagne
La Vuelta rêve de stars
13/12/2006 À 17:15