On ne l'attendait pas à pareille fête. Vous savez quoi? Lui non plus. "Je me suis surpris moi-même", a avoué Bradley Wiggins au terme de cette 9e étape dont il a tiré un profit inattendu. Des principaux candidats à la victoire finale, le Britannique est celui qui a réussi la meilleure opération dimanche à la Covatilla. "J'avais dans l'idée de perdre le moins de temps possible sur des gars comme Rodriguez ou Van den Broeck, mais tout s'est beaucoup mieux passé que prévu", note le leader de l'équipe Sky. Très attendu dans le contre-la-montre de Salamanque lundi, Wiggins a frappé avec 24 heures d'avance. Il ne s'en plaindra pas.
Pour lui, c'est une opération en or. Même s'il a été devancé dans le sprint final par Martin, Mollema et Cobo, il a pris quelques secondes à Nibali (7, exactement), une quinzaine à Van den Broeck, et beaucoup plus sur Joaquim Rodriguez et Michele Scarponi, qu'il a repoussé respectivement à 46 secondes et 1'46". Personne n'aurait pu imaginer cela au départ de ce 9e acte. Mais Wiggins se sentait extrêmement bien, contrairement à d'autres. "Je ne pensais pas être aussi fort dans cette arrivée au sommet, la première de ce niveau pour moi depuis le Dauphiné, même si mes jambes sont bonnes depuis le départ. Mais j'ai vu que certains n'étaient pas au mieux alors je me suis mis en mode contre-la-montre", s'amuse Wiggins.
"Presque du bonus pour moi"
Tour d'Espagne
Posez vos questions
20/08/2011 À 15:38
Il plaisante à peine. Il fallait le voir dans les trois derniers kilomètres, rouler à bloc dans le vent de face. Son compatriote et coéquipier, Christopher Froome, avait donné l'exemple quelques instants plus tôt. Sur une portion plus roulante que celles qui avaient précédé, Froome avait mis Rodriguez et Scarponi au supplice. "L'équipe a été super et Frommey est brillant. Il a prouvé à quel point il était précieux", se réjouit le vainqueur du Dauphiné. Wiggins allait ensuite se charger de passer la seconde couche. "Ce qu'a fait Wiggins était très impressionnant? Tout le monde a dû s'accrocher pour suivre", confie Daniel Martin, un des rares à résister, si bien même qu'il est allé chercher le gain de l'étape. Mais oui, Wiggins a vraiment impressionné tout le monde.
Le plus inquiétant pour tous ses adversaires, c'est que le rouleur de sa Majesté a toutes les chances de frapper plus fort encore lundi dans le contre-la-montre, à la fois long (48 kilomètres) et parfaitement taillé pour un spécimen comme lui. Désormais 13e du général, il ne compte qu'une minute de retard sur Bauke Mollema, le nouveau maillot rouge. Joaquim Rodriguez est 59 secondes devant lui. Il lui prendra beaucoup, beaucoup plus dans le chrono, le seul CLM individuel de cette Vuelta 2011. Voilà pourquoi il est si important pour lui. Vu la faiblesse des écarts entre les 20 premiers, il n'est d'ailleurs pas absurde d'imaginer Bradley Wiggins en tête du classement général lundi soir. "Aujourd'hui (dimanche), c'était presque du bonus pour moi, savoure-t-il. Je ne pouvais pas rêver mieux. Mais je sais que tout le monde s'attend à ce que je fasse de grosses différences lundi." Vrai. Et ça l'est encore davantage après sa démonstration de la Covatilla.
Tour d'Espagne
Froome remporte la Vuelta... 2011
18/07/2019 À 05:37
Tour d'Espagne
Un Grand Tour de plus en vue pour Froome : Cobo dépossédé de la Vuelta 2011 pour dopage ?
13/06/2019 À 14:56