Getty Images

Tour d'Espagne - La fin de l'été arrive, Pinot aussi

La fin de l'été arrive, Pinot aussi

Le 23/08/2018 à 16:29

TOUR D’ESPAGNE - Loin de la grande fête de juillet, qu’il a encore manquée, Thibaut Pinot aborde la fin de saison dans des conditions idéales pour briller sur les trois objectifs qu’il s’est fixés : Vuelta, Mondial et Tour de Lombardie.

Après les frustrations de mai et juillet, le Français veut faire de cette Vuelta "une chance". Cela dépendra beaucoup de lui, mais on peut aussi penser que le contexte lui est favorable et que l’épreuve espagnole offre un terrain à la mesure de ses talents. Déjà, "on n’aborde pas la Vuelta comme un Tour ou un Giro", Thibaut Pinot est le premier à nous le dire. Comprendre : ce n’est pas bien grave si le Franc-Comtois tire la langue sous le soleil andalou ou est pris dans le vent en bord de mer, il vient en Espagne sans la pression qu’il accepte ou subit selon les pays et les saisons.

Une orgie de montagne pour compléter sa collection de bouquets

Simon Yates Michal Kwiatkowski Thibaut Pinot

Simon Yates Michal Kwiatkowski Thibaut PinotGetty Images

Quand bien même le général s’envolerait (cela me semble tout de même l’option la plus probable), il y a surtout une collection de bouquets à compléter pour celui qui a déjà triomphé sur les routes du Tour et du Giro. Après une mise en jambes exigeante en Andalousie, le vainqueur de l’Alpe d’Huez trouvera une invraisemblable série d’arrivées au sommet dans la deuxième moitié de cette Vuelta (13e, 14e, 15e, 17e, 19e et 20e étapes).

Sur le Tour 2015 ou le Giro 2017, c’est tout au bout des trois semaines, à la 20e étape, qu’il avait magnifié son bilan et la Vuelta 2018 réserve un parcours des plus musclés (4 000m de dénivelé positif en 106km) pour la veille de l’arrivée à Madrid. Pinot espère justement boucler la Vuelta avec du jus, pour mieux se projeter sur ses autres objectifs de la fin de saison.

La Vuelta, pour s’imposer en leader au Mondial ?

"Passer par le Tour d’Espagne peut s’avérer un réel avantage, à condition bien sûr de ne pas finir ce Grand Tour épuisé", a d’ailleurs glissé "le Druide" Guimard. Ce n’est naturellement pas l’intention de Pinot qui, après la Vuelta et le Mondial, ne manquera pas de pousser vers l’Italie, pour s’aligner sur son très cher Tour de Lombardie. À 28 ans, sa constance sur trois semaines est encore sujette à caution, pas sa capacité à enchaîner les efforts pour briller sur un parcours exigeant comme sur Il Lombardia ou à Innsbruck.

Le Franc-Comtois ne s’est jamais aligné sur les autres Monuments, pas même Liège-Bastogne-Liège, mais il a déjà participé six fois à la classique italienne (en 2016, seule année où il ne s’est pas aligné, il avait mis un terme à sa saison après son abandon sur le Tour). L’an dernier, il a même fait décaler d’une semaine un mariage où il officiait comme témoin et dont la date initiale coïncidait avec celle de l’épreuve italienne. Il avait fini 5e à Côme (3e en 2015). En 2018, la route semble parfaitement dégagée pour que Pinot brille cet automne.

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), sur la dernière étape du Tour de Pologne 2018

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), sur la dernière étape du Tour de Pologne 2018Getty Images

0
0