Getty Images

Vuelta - Yates a son "arme secrète" et Valverde le leadership unique : à chacun sa raison de sourire

Yates a son "arme secrète" et Valverde le leadership : à chacun sa raison d'être optimiste

Le 12/09/2018 à 21:57Mis à jour Le 13/09/2018 à 16:59

TOUR D'ESPAGNE - La défaillance de Quintana offre à Valverde le statut de leader principal chez Movistar pour cette fin de Vuelta. L'Espagnol s'est rapproché à 25 secondes de Simon Yates. Mais l'optimisme est également de rigueur pour le Britannique, qui sait pouvoir compter sur son frère jumeau Adam, "son arme secrète", pour les deux dernières étapes de montagne vendredi et samedi.

Eurosport Player: Regardez toutes les étapes du tour d'Espagne en LIVE

Voir sur Eurosport

Les brumes du Balcon de Bizkaia ont considérablement éclairci la situation chez Movistar. Jusqu'à cette 17e étape, l'équipe espagnole ne voulait pas avancer une carte plutôt qu'une autre entre Alejandro Valverde et Nairo Quintana. Les deux hommes restaient scotchés en une poignée de secondes. Après tout, pourquoi choisir entre deux candidats aussi bien portants ? Finalement, le leadership de Valverde s'est imposé ce mercredi. Naturellement. Et un peu contre toute attente.

Si fort en troisième semaine généralement, Quintana s'éteint finalement à petits feux depuis le week-end dernier. À Las Praeres puis aux Lagos de Covadonga, il avait déboursé cinq puis deux secondes sur Valverde. Deux premières alertes prémonitoires de la défaillance connue par le vainqueur du Giro 2014 dans le Pays Basque. Distancé à trois kilomètres de l'arrivée, Quintana a cette fois perdu 1'04'' sur son coéquipier. Au général, le voilà à près de deux minutes de son aîné (1'46'').

Quintana : "Nous allons supporter Valverde"

Il n'a pas voulu se chercher d'excuse après l'arrivée. "Je ne vais pas mentir en disant que je suis malade ou quelque chose comme ça, a déclaré Quintana. Je me sens OK, mais c'est juste que je n'avais plus d'énergie. Je dois maintenant rester le plus proche possible de Valverde et jouer la stratégie que me demandera l'équipe."

Il précise : "L'objectif reste de gagner la Vuelta, avec Alejandro ou moi-même." Quintana n'a donc pas totalement abandonné l'idée de finir en rouge à Madrid malgré sa mauvaise passe. Mais il ne reste pas aveugle face à l'évidence. "Alejandro a été très fort ce mercredi. Et nous allons le supporter."

Nairo Quintana à l'arrivée de la 17e étape de la Vuelta 2018

Nairo Quintana à l'arrivée de la 17e étape de la Vuelta 2018Getty Images

Valverde, le déclin qui n'arrive pas

À chaque étape de montagne, beaucoup promettent le début de la fin pour Valverde (même parmi ses supporters). Mais jour après jour, le Murcien de 38 ans est toujours là. Et à quatre étapes du terme, il faut peut-être envisager l'idée que son déclin n'arrivera peut-être jamais sur cette Vuelta. Ce mercredi, il était tout simplement le plus fort dans le Balcon de Bizkaia. Une première attaque à trois kilomètres de l'arrivée, histoire de tester la compagnie. Et une autre dans les derniers hectomètres, lors de laquelle seul Enric Mas (l'autre belle surprise espagnole, remontée à la 3e place du général à 1'22'' de Yates) est parvenu à l'accompagner.

Vidéo - Woods s'arrache, Valverde grappille, Quintana capitule : les moments-clés de la 17e étape

02:10

Résultat de l'opération, il a grappillé huit secondes sur Yates. Il n'en compte plus que 25 de retard sur le Britannique. "Ça ne va pas si mal pour moi jusqu'à présent, souriait Valverde après cette 17e étape. Huit secondes sur Yates, c'est toujours bon de reprendre un peu de temps, même s'il reste toujours devant." Concernant le leadership avec Quintana, Valverde ne voulait pas jouer les devins avant d'entendre le débriefing de son staff dans la soirée. Mais il pouvait tout de même glisser : "Pour être honnête, les choses ont l'air meilleures pour moi maintenant."

Fort du soutien de toute son équipe désormais, Il lui reste deux étapes de montagne pour renverser Yates. Vendredi à La Rabassa, une montée qu'il connaît bien mais qui ne lui avait pas réussi en 2008 (une minute de perdue sur Contador). Et samedi lors de l'étape reine andoranne (six cols en 97 kilomètres).

Vidéo - Valverde : "On va continuer à attaquer pour gagner la course"

01:10

Yates et son "arme secrète"

Malgré le rapproché de Valverde, Yates ne s'affiche pas en maillot rouge inquiet. Le spectre du dernier Giro ne semble pas obscurcir ses pensées : "J'ai perdu quelques secondes lors du sprint. Ce n'est pas une honte face à Valverde. Et j'ai repris du temps sur d'autres coureurs." Hormis Quintana, Kruijswijk a en effet perdu une minute et pointe désormais à 1'48'' au général. Le maillot rouge a désormais moins d'adversaires à surveiller. Avant la 17e étape, le top 6 se tenait en 1'34''. Désormais, le 4e, Miguel Angel Lopez, est repoussé à 1'36''. Le terrain est un peu moins miné.

Autre raison d'avoir la banane pour le maillot rouge, Adam Yates, son frère jumeau, est subitement sorti de l'anonymat sur cette Vuelta. Le 4e du Tour 2016 était abonné à la dernière place du peloton depuis deux semaines et demi. Il a fait sauter Quintana et Kruijswijk dans la montée finale en imprimant un tempo infernal. Mitchelton-Scott a enfin employé "son arme secrète". Et elle sera d'une aide précieuse pour Simon Yates, tout heureux de pouvoir compter sur son frangin dans la quête de son premier sacre en grand tour, le premier tout court pour la fratrie. De quoi être optimisme avant les deux derniers rendez-vous au sommet en Andorre : "Je pense que ces deux étapes me correspondent mieux. Mais nous verrons bien."

Les frères Yates lors de la 17e étape de la Vuelta 2018

Les frères Yates lors de la 17e étape de la Vuelta 2018Getty Images

0
0