A deux jours du départ, le Giro connait déjà ses petits remous extra-sportifs. Rien de grave certes. Le problème est dans l'air du temps: c'est la crise financière. Lors de la présentation à Venise, le sujet est venu sur le tapis car la rumeur court qu'Astana ne serait pas au mieux. Son manager Johan Bruyneel a confirmé les premières informations selon lesquelles les derniers salaires n'ont pas été versés. "On veut trouver une solution d'ici la fin du Giro", a estimé le Belge. On espère que nos sponsors (actuels) pourront résoudre le problème. Sinon, on trouvera une autre solution".

Lance Armstrong lui s'est voulu tout aussi rassurant. "L'équipe est très optimiste", a déclaré l'Américain qui touche un salaire symbolique pour son retour à la compétition. "Il y a un bon esprit quand on en parle le soir à l'hôtel entre nous" . Le coureur est d'ailleurs revenu sur son idée de monter sa propre équipe. Il a évoqué l'hypothèse d'un consortium afin de réunir des capitaux suffisants pour "avoir la meilleure équipe du monde" . Sur le risque de perdre la licence ProTour, Armstrong est resté évasif: "Je ne connais pas exactement les règles". Avant de répéter: "Nous trouverons une solution."

Tour d'Italie
Un siècle de légendes (4)
07/05/2009 À 14:45

Astana, qui compte notamment dans ses rangs Alberto Contador, Levi Leipheimer et Andreas Klöden, doit faire face à des difficultés financières du fait que plusieurs partenaires n'ont pas honoré leur engagement. Selon des médias nationaux au Kazakhstan, le vice-président de la fédération kazakh, Nikolai Proskurin, se serait montré pessimiste sur l'avenir de l'équipe sous sa forme actuelle. Interrogée par l'AFP, l'UCI a confirmé jeudi avoir envoyé une lettre au ministre des Sports du Kazakhstan sur ce problème.

Tour d'Italie
Zomegnan s'en va
26/07/2011 À 13:50
Tour d'Italie
Petacchi : "Je me suis retrouvé sec"
12/05/2011 À 20:24