AFP

Di Luca sans surprise

Di Luca sans surprise
Par Eurosport

Le 13/05/2009 à 07:35Mis à jour

Danilo Di Luca (LPR) a remporté avec brio la 4e étape du Tour d'Italie, la première en montagne. Dans les Dolomites, l'Italien a devancé au sprint ses compatriotes Stefano Garzelli (Acqua e Sapone) et Franco Pellizotti (Liquigas), mardi. Le Suédois Thomas Lövkvist (Columbia) prend le maillot rose.

Le dénouement de cette 4e étape n'aura finalement pas surpris grand monde. Les favoris à la victoire finale ne se sont pas réellement dévoilés et c'est le plus attendu d'entre eux qui s'est imposé. Sans sourciller. Annoncé comme le principal favori de cette première étape de montagne, Danilo Di Luca a répondu présent en s'imposant à San Martino di Castrozza. Dans les Dolomites, le vainqueur du Giro 2007 a offert un troisième succès à la formation LPR, après le doublé d'Alessandro Petacchi lors des deux premières étapes de plat. Cette victoire, la septième de sa carrière sur le Giro, et les précieuses bonifications permettent à Di Luca de s'emparer de la deuxième place du classement général, à deux secondes du nouveau leader, le Suédois Thomas Lövkvist (Columbia).

Le courage de Voigt

Avant le coup de force de Di Luca, on avait pu assister à l'échappée au long cours de six hommes. Partis dès le 6e km, les Italiens Francesco Bellotti (Barloworld), David Vigano (Fuji-Servetto), Francesco De Bonis (Serramenti PVC Diquigiovanni), le mieux classé des fuyards (66e à 2'28"), l'Espagnol Serafin Martinez (Xacobeo Galicia), le Britannique Ian Stannard (ISD) et l'Allemand Jens Voigt (Saxo Bank) ont compté jusqu'à 7'26" d'avance sur le peloton, à moins de 80km de l'arrivée. Au sommet de la première difficulté du jour, le Croce d'Aune (8km à 7,8% de moyenne dont une courte portion à 12%), le contingent avait été réduit de moitié et ne possédait plus que 4'40" sur un paquet principalement mené par la Lampre de Damiano Cunego, la LPR du vainqueur du jour, et la Liquigas d'Ivan Basso.

Désireux de finir en solitaire, Jens Voigt n'a pas vu ses efforts récompensés. A bout de force, le grand Allemand a rendu les armes à moins de 3km de l'arrivée. C'est en roue libre que le coureur de Saxo-Bank a franchi la ligne (68e à 3'48"). Programmée rapidement par les organisateurs, cette première étape de montagne nous aura finalement laissés sur notre faim. Le premier écrémage n'a pas eu lieu. Di Luca, successeur de l'Argentin Vicente Belda, dernier vainqueur à San Martino di Castrozza (1982), a néanmoins marqué les esprits. Nul doute qu'on devrait le revoir aux avant-postes ce mercredi, dans les Dolomites. Plus difficile mais plus courte (125km), la 5e étape devrait permettre de dégager une première hiérarchie parmi les ténors de ce 92e Giro.

EFE

0
0