Getty Images

Weylandt et Vino au bout du slalom

Weylandt et Vino au bout du slalom
Par Eurosport

Le 10/05/2010 à 11:17Mis à jour

Le Belge Wouter Weylandt (Quick Step) a remporté lundi à Middelburg la 3e étape du Tour d'Italie. Marquée par des coups de bordure et de nombreuses chutes, cette troisième journée batave a vu Cadel Evans (BMC) céder sur incident sa tunique rose à Alexandre Vinokourov (Astana).

Il était grand temps que le Giro regagne l'Italie. Après trois jours aux Pays-Bas où le succès populaire de la course au maillot rose ne pourra faire oublier les tracés tortueux et dangereux que les organisateurs ont mis sous leurs roues, les coureurs du Tour d'Italie vont accueillir la première journée de repos et la fin du cauchemar batave avec un réel soulagement. Sur la route de Middelburg ce lundi, comme dimanche vers Utrecht, le peloton du Giro s'est retrouvé confronté à un véritable gymkhana. De ralentisseurs en chicanes pavées et autres séparateurs de chaussée, c'est un gigantesque parcours du combattant qu'Angelo Zomegnan a proposé au peloton. Cadel Evans, comme la veille Bradley Wiggins, en a fait l'amère expérience en cédant son maillot rose à l'impressionnant Alexandre Vinokourov à l'arrivée d'une étape remportée par le véloce Belge Wouter Weylandt.

    Pris dans une chute collective à l'entrée d'un virage dangereux situé à une douzaine de kilomètres du terme de cette longue étape (224 km), le champion du monde est rapidement remonté sur sa machine et a ensuite tout donné pour refaire son retard sur ceux qui avait su éviter l'incident. Privé d'équipiers après une longue partie de manivelles consécutive à un coup de bordure de l'équipe Astana, Evans a dû se débrouiller tout seul pour limiter la casse. Piégé comme lui dans ce deuxième groupe, Carlos Sastre a ainsi fait preuve d'une passivité peu en phase avec les ambitions qu'il affiche sur ce Giro. Devant, la trentaine de rescapés de ce slalom géant menait grand train sous l'impulsion du Team HTC -Columbia qui croyait dur comme fer à un succès d'André Greipel si bien que, sur la ligne, le malheureux Evans accusait un retard de 46" sur le groupe de tête.

    Evans au tapis

    Rien n'est évidemment rédhibitoire pour l'Australien qui reste à portée de fusil au général même si les limites affichées ce lundi par ses équipiers sont de nature à l'inquiéter dans la perspective du contre-la-montre par équipes de mercredi et des futures étapes de montagne. A l'inverse, Vinokourov, plein d'assurance depuis le départ d'Amsterdam, a fait preuve d'un sens de la course et d'une science du placement qui l'ont systématiquement tenu éloigné des chutes. Nouveau maillot rose, le Kazakhe peut pour sa part compter sur le soutien d'une équipe équilibrée et totalement dévouée à sa cause. Outre le récent vainqueur de la Doyenne, nouveau maillot rose de ce Giro, les duettistes de la Liquigas Ivan Basso et Vicenzo Nibali figurent parmi les grands gagnants de cette étape pour casse-cou. Très vigilants, les deux Transalpins, qui n'ont pas hésité à faire rouler leurs hommes dans le final, font preuve de la vigilance qui sied à tout postulant à la victoire finale.

    En revanche, c'est déjà fini pour Christian Vandevelde. L'Américain qui figurait parmi les principaux outsiders de ce Giro a été contraint à l'abandon après... une mauvaise chute. De son côté, Bradley Wiggins a définitivement perdu toute ambition pour le général. A terre pour la deuxième journée consécutive, le premier leader de ce Giro a perdu près de quatre minutes ce lundi sur le surprenant vainqueur d'étape.

    Wouter Weylandt, puisqu'il s'agit de lui, a su trouver les ressources pour déborder André Greipel aux 250 mètres et résister à l'approche de la ligne au retour de l'Australien Graeme Brown. Lauréat d'étape sur la Vuelta 2008, le sprinteur belge, souvent cantonné dans un rôle d'équipier de Tom Boonen, a su profiter de sa rare liberté pour remporter son premier succès depuis sa victoire dans le Grand Prix Samyn 2009. Tandis qu'il savourera surement ce précieux bouquet durant les 24 prochaines heures, l'immense majorité du peloton mettra sans doute à profit la journée de repos qui s'annonce pour panser ses plaies et récupérer de la tension nerveuse accumulée aux Pays-Bas. Il était décidément temps que le Giro regagne l'Italie et ce n'est pas Cadel Evans qui dira le contraire.

    ETAPE 3 - CLASSEMENT

    1. Wouter Weylandt (BEL/QUI) les 224 km en 5 h 00: 06
    2. Graeme Brown (AUS/RAB) m.t.
    3. Robert Förster (ALL/MIL) m.t.
    4. Danilo Hondo (ALL/LAM) m.t.
    5. Adam Blyth (GB/OME) m.t
    6. André Greipel (ALL/HTC) m.t.
    7. Linus Gerdemann (ALL/MIL) m.t.
    8. Vicenzo Nibali (ITA/LIQ) m.t
    9. Thomas Rohregger (AUT/MIL) m.t.
    10. Alexandre Vinokourov (KAZ/AST) m.t.

    13. Stefano Garzelli (ITA/ACQ) m.t.
    15. Ivan Basso (ITA/LIQ) m.t.
    19. Michele Scarponi (ITA/AND) m.T.
    20. Vladimir Karpets (RUS/KAT) m.t.
    31. Cadel Evans (AUS/BMC) à 46"
    39. Damiano Cunego (ITA/LAM) m.t.
    51. Carlos Sastre (ESP/CER) m.t.
    63. Bradley Wiggins (GB/SKY) à 3'59"

    CLASSEMENT GENERAL

    1. Alexandre Vinokourov (KAZ/AST) en 10 h 07: 18
    2. Richie Porte (AUS/SAX) m.t.
    3. David Millar (GB/GAR) à 1"
    4. Vicenzo Nibali (ITA/LIQ) à 5"
    5. Marcel Sieberg (ALL/HTC) à 7"
    6. Matthew Goss (AUS/HTC) à 10"
    7. André Greipel (ALL/HTC) m.t.
    8. Linus Gerdemann (ALL/MIL) à 12"
    9. Stefano Garzelli (ITA/ACQ) à 15"
    10. Pieter Weening (P/RAB) à 16"
    175. Gilberto Simoni (ITA/LAM) à 7'59"

    11. Michele Scarponi (ITA/AND) m.t.
    12. Vladimir Karpets (RUS/KAT) à 17"
    14. Ivan Basso (ITA/LIQ) à 18"
    24. Cadel Evans (AUS/BMC) à 43"
    43. Carlos Sastre (ESP/Cervelo) à 1'40"
    50. Damiano Cunego (ITA/LAM) à 2'07"
    55. Bradley Wiggins (GB/SKY) à 4'28"
    135. Gilberto Simoni (ITA/LAM) à 9'24"

    0
    0