AFP

Giro 2014 - 13e étape : Canola gagne au sprint devant Rodriguez et Tulik, Uran toujours leader

Canola en avait encore sous la pédale

Le 23/05/2014 à 17:53Mis à jour Le 23/05/2014 à 18:13

Après plus de 150 km d’échappée, Marco Canola (Bardiani) a remporté au sprint la 13e étape, devant Jackson Rodriguez (Androni) et Angelo Tulik (Europcar). Rigoberto Uran (Omega Pharma – Quick-Step) reste en rose.

Pour la deuxième fois sur ce Tour d’Italie, les échappés ont réussi à piéger les sprinteurs. Disputée dans des conditions climatiques difficiles, cette 13e étape a vu une nouvelle victoire italienne, la troisième de ce Tour d’Italie, grâce à Marco Canola (Bardiani-CSF). Le coureur de 25 ans a devancé au sprint le Vénézuélien Jackson Rodriguez (Androni Giocattoli) et le Français Angelo Tulik (Europcar), au terme d’une échappée de 154 km. Vainqueur du sprint du peloton, Nacer Bouhanni (FDJ.fr) finit au pied du podium et conforte son maillot rouge de meilleur sprinteur. Avant les premiers forts pourcentages de ce samedi sur la route d’Oropa, le maillot rose reste sur les épaules de Rigoberto Uran (Omega Pharma-Quick Step), qui n’a pas été mis en danger ce vendredi.

On le savait, ce Giro est vraiment surprenant. Les échappés ont gagné là où l’on s’attendait à voir les leaders (9e étape) faire leur loi. Michael Matthews (Orica GreenEdge, désormais hors-course) s’est imposé au somment de Montecassino où l’on pensait voir un puncheur comme Ulissi faire la passe de deux. Mais, c’était clair, cette treizième étape, dont le parcours cours et plat était dépourvu de difficulté et où le vent n’était pas présent pour faire les dégâts attendus, ne pouvait pas échapper aux sprinteurs. Et ce n’est pas une échappée de six coureurs, parti au troisième kilomètre qui plus est, qui allait changer la physionomie prévue de la course. Quand bien même les coureurs présents dans le groupe de tête avaient l’habitude des longs barouds : Marco Canola (Bardiani-CSF), Gert Dockx (Lotto-Belisol), Maxim Belkov (Katusha), Jackson Rodriguez (Androni-Giocattoli), Jeffry Romero (Colombia) et un Français, Angelo Tulik (Europcar).

Canola le plus rapide, Bouhanni aussi

Et, surtout, les coéquipiers des différents sprinteurs semblaient vouloir se disputer la victoire ce vendredi, maintenant l’écart en-dessous de 4’00’’. Longtemps mené par les FDJ.fr, quelques fois relayés par l’équipe Giant-Shimano, le peloton est revenu rapidement sur les six hommes de tête pour ne compter que 1’30’’ de retard à vingt kilomètres de l’arrivée. Mais, alors que tout semblait en place pour assister à une explication entre les hommes rapides de ce Giro, le peloton a soudainement cessé de rouler. Bouhanni esseulé, aucune équipe n’a osé prendre en main la course. Peur de voir le Français devancer leur sprinteur ? Possible. Fatigue trop importante ? Probable. Car, ce vendredi, la pluie et le froid ont fait leur retour sur les routes italiennes. Si ils n’ont causé aucune chute importante (seul le Katusha Vladimir Gusev et le Garmin Thomas Dekker sont tombés), ils ont fortement durci la course, comme l’avouait Angelo Tulik, présent dans l’échappée : "Ca a été dur toute la journée. A la fin, j’avais les jambes coupées avec la pluie."

Lorsque l’échappée s’est scindé en deux, Canola, Rodriguez et le Français se sont retrouvés en course pour la gagne. Le dernier kilomètre s'est transformé en course sur piste, chaque coureur observant ses deux adversaires. A 250m de la ligne, Marco Canola a accélèré dans le dernier virage et a pris l’avantage sur le Français et le Vénézuélien. Cinquième du sprint massif de la 3e étape du Tour d’Oman en février puis meilleur grimpeur de Tirreno-Adriatico, l’Italien a fait ensuite parler sa pointe de vitesse pour s’offrir sa première victoire de la saison, la vingt-et-unième de la Bardiani sur le Tour d’Italie. Trioisième, Angelo Tulik n’a pas caché sa déception à l’arrivée, au micro de BeinSport : "Canola était très fort. J'ai manqué de fraîcheur. Ca fait chier." Une déception partagée par son compatriote Nacer Bouhanni. Quatrième à l’arrivée, le sprinteur de la FDJ.fr a laissé passer une chance de gagner une quatrième étape sur ce Giro. Même s’il augmente son avance en tête du classement par points. Au général, pas de changement. Rigoberto Uran (Omega Pharma-Quick Step) conserve le maillot rose et abordera ce samedi les premières vraies difficultés de ce Tour d’Italie avec une marge confortable. A ses adversaires de jouer désormais.

0
0