AFP

Giro 2014 : Victoire de Nairo Quintana (Movistar) qui prend le maillot rose

Quintana avait promis un coup de force, il a tenu parole

Le 27/05/2014 à 17:23Mis à jour Le 27/05/2014 à 19:42

Vainqueur d'une 16e étape dantesque, Nairo Quintana a endossé le maillot rose, au détriment de Rigoberto Uran, ce mardi. Troisième à Val Martello et quatrième du général, Pierre Rolland n'est plus qu'à cinq secondes du podium de ce Giro 2014.

C’était le favori au départ de ce Giro mais il n’avait pas montré grand-chose jusque-là. Sans doute Nairo Quintana (Movistar) se gardait–il pour cette 16e étape. Entre Ponte di Legno et Val Martello, le Colombien a réalisé un énorme numéro dans des conditions dantesques (neige, pluie) pour reléguer tous les favoris à plus de 3’30’’ et s’emparer du maillot rose à cinq jours de l’arrivée. Troisième de l’étape à 1’12’’, Pierre Rolland (Europcar) réussit également une belle opération au général puisqu’il remonte au 5e rang, à 3’19’’ de Nairo Quintana.

Neige dans le Gavia et dans le Stelvio, pluie jusqu’au pied du Val Martello. A la vue des conditions climatiques extrêmement difficiles, on a longtemps cru que l’étape serait, comme l’an passé, escamoté par les organisateurs. Mais pas cette fois-ci. Mais alors vraiment pas du tout. Dès le départ, on a senti que Nairo Quintana était dans un bon jour. Notamment quand on a vu l’ensemble de l’équipe Movistar, pourtant assez discrète jusque ici, se lancer à toute vitesse à l’assaut du Gavia. Le train de l’équipe espagnole, constant jusqu’au sommet du Stelvio, deuxième difficulté du jour, a fait énormément de dégâts dans le peloton. Ils étaient à peine une cinquantaine au sommet de la première ascension et une trentaine tout juste à la Cimma Coppi, au sommet du Stelvio.

Des écarts abyssaux

Nairo Quintana (Movistar), en compagnie de Pierre Rolland (Europcar), avait encore repris du temps sur Rigoberto Uran à l'arrivée de la 15e étape du Giro 2014

Nairo Quintana (Movistar), en compagnie de Pierre Rolland (Europcar), avait encore repris du temps sur Rigoberto Uran à l'arrivée de la 15e étape du Giro 2014AFP

Dans la descente de ce col, déclarée très dangereuse par le directeur de course Mauro Vegni, s’est déroulé le premier fait marquant de l’étape. Sans que personne n’ait jamais su ni quand ni comment, deux Movistar (Quintana et G. Izagirre), deux Europcar (Rolland et Sicard), Hesjedal (Garmin-Sharp) et Rabottini (Neri Sottoli) ont faussé compagnie au groupe maillot rose, dans lequel le leader Uran (Omega Pharma-Quick Step) ne pouvait plus compter que sur un seul équipier, Pauwels. Un scénario totalement inattendu que l’on a longtemps imputé à une erreur de communication des organisateurs. Selon plusieurs équipes (comme Saxo-Tinkoff, Omega Pharma-Quick Step ou Trek), une demande avait été faite de la part de la direction de course de neutraliser la descente. Mais Mauro Vegni a confirmé en fin d’étape "qu’il n’y avait jamais eu une telle demande."

Avec plus de 1’40’’ d’avance sur le groupe maillot rose, les trois hommes de tête (Rabottini, Sicard et Izagirre ayant cédé) ont abordé la montée finale avec une marge conséquente pour la victoire d’étape. Mais ce n’était pas l’objectif de Quintana. Seul à rouler tout au long de l’ascension vers Val Martello (22,3km à 6,4%), le Colombien n’a cessé de creuser l’écart avec le groupe des favoris où Uran a tardé à prendre ses responsabilités, visiblement dans le dur. Un sentiment confirmé par son incapacité à suivre les diverses attaques de Majka, Keldermann ou Pozzovivo dans les derniers kilomètres. Devant,  Quintana s’est dégagé dans le final et s’en est allé chercher la victoire d’étape et le maillot rose.

Nairo Quintana (Movistar) à l'arrivée au Val Martello

Nairo Quintana (Movistar) à l'arrivée au Val MartelloAFP

Les écarts avec le Colombien sont tout simplement abyssaux. Rolland est à 1'13’’, Kelderman à 3'32’’, Majka à 4'08’’, Evans à  4'48’’… Pis, le 20e (Monfort) est à 11’28’’, le 39e (Montaguti) à 31’35’’ ! Avec pas moins de 1’41’’ d’avance sur Uran, deuxième du général, Nairo Quintana est bien parti pour remporter ce Giro 2014. Et dire que ce mardi matin, il était à 2’40’’.

0
0