AFP

Michael Rogers (Tinkoff) gagne la 20e étape, Quintana (Movistar) va décrocher le Giro

La victoire d'étape de Rogers se discute, pas le triomphe de Quintana

Le 31/05/2014 à 17:08Mis à jour Le 31/05/2014 à 18:38

Au terme d'un final perturbé par un supporter indélicat, Michael Rogers (Tinkoff) a remporté la 20e étape au Zoncolan. Nairo Quintana (Movistar) va remporter le Giro.

La bêtise des spectateurs est décidément sans limite. Sans ce tifoso portant un maillot de champion du monde, Francesco Manuel Bongiorno (Bardiani) aurait peut-être pu s’imposer au sommet du Zoncolan. Mais, poussé maladroitement par le supporter, l’Italien a dû laisser partir Michael Rogers (Tinkoff-Saxo), vainqueur de sa deuxième étape sur ce Tour d’Italie. Le 20e jour de course de ce Giro n’aura pas changé grand-chose au classement général, les favoris s’étant neutralisés lors de la dernière ascension de cette 97e édition. Jamais inquiété, Nairo Quintana (Movistar) devrait devenir ce dimanche le premier Colombien à remporter le Tour d’Italie. Pierre Rolland (Europcar), quatrième du général, n’a pas eu les capacités de passer à l’attaque ce samedi.

Ce serait dénigrer la victoire de Michael Rogers que de l’attribuer à la poussée maladroite d’un spectateur sur Bongiorno. Partis une nouvelle fois dans l’échappée matinale – qui a compté jusqu’à sept minutes d’avance - en compagnie de dix-sept autres coureurs (dont Monfort et Cataldo), les deux hommes se sont détachés dès le pied du Monte Zoncolan. Suivi de près par Franco Pellizotti, membre du groupe de tête le mieux classé (14e au général), le duo a rapidement creusé sur les autres échappés sans jamais pour autant placé une réelle accélération.

Des favoris incapables de s’attaquer

Il faut dire que les pourcentages terribles de la montée finale (10,1km à 11,2%) ne permettaient pas vraiment d’attaquer. Dans ces cas-là, c’est chacun pour soi. Alors que rien ne semblait pouvoir empêcher une explication entre l’Australien et le coureur de la Bardiani, un spectateur inconscient en a décidé autrement. Une étape aussi difficile et intense que celle-ci ne méritait pas un tel dénouement .

Surtout que derrière, les favoris n’ont pas franchement fait rêver les tifosi. Quatrième du général ce samedi matin, Pierre Rolland a bien semblé avoir des velléités d’attaque dans la deuxième ascension du jour, la Sella Razzo. Mais l’attaque préméditée du Français n’a jamais eu lieu. Il a fallu attendre le Zoncolan, épouvantail de cette avant-dernière étape, pour voir les meilleurs de ce Giro bouger. Kiserlovski (Trek) a d’abord tenté sa chance mais a très vite été rattrapé par les coéquipiers de Quintana, très fort une nouvelle fois.

Finalement, Uran (Omega Pharma-Quick Step) a été le seul à prendre ses responsabilité. Mais jamais le Colombien n’a réussi à sortir le maillot rose de sa roue. Le deuxième du Giro 2013 a tout de même assuré une nouvelle deuxième place puisque ni Aru (Astana), ni Rolland ne sont parvenus à suivre. Au général, si les écarts se sont encore creusés, les positions n’ont pas évolué. Et ce n’est pas l’étape de dimanche à Trieste qui devrait faire bouger le classement. Sauf incident, Nairo Quintana deviendra donc le premier Colombien depuis Lucho Herrera (Tour d’Espagne 1987) à s’imposer sur un Grand Tour. A seulement 24 ans.

Nairo Quintana vole vers la victoire finale

Nairo Quintana vole vers la victoire finaleAFP

0
0