AFP

Tour d'Italie : La descente du Stelvio ne passe pas pour Patrick Lefevere (Omega)

Lefevere n'entend pas lâcher l'affaire du Stelvio et Quintana
Par Julien Chesnais via AFP

Le 28/05/2014 à 19:30Mis à jour Le 28/05/2014 à 20:08

Deux réunions avec les directeurs sportifs et les organisateurs du Giro ont eu lieu au départ de la 17e étape mercredi, suite à l'imbroglio dans la descente du Stelvio. Si le classement de l'étape de mardi est entériné (Quintana ne perdra pas deux minutes), Patrick Lefevere a demandé la démission du directeur de course Mauro Vegni et entend porter plainte contre lui.

Le sujet du litige porte sur les consignes au sujet de la moto munie d'un drapeau rouge dans la descente du Stelvio. Elle a été vite dépassée par Quintana et quelques autres coureurs (Hesjedal et Rolland notamment), alors que le porteur du maillot rose, le Colombien Rigoberto Uran, restait dans le groupe.

"L'intention était de garantir la sécurité des coureurs dans la première partie de la descente du Stelvio (les 6 premières épingles, environ 1500 m), où la visibilité était réduite en raison des nuages bas et du brouillard", a expliqué mardi soir la direction du Giro en précisant qu'il n'avait jamais été question d'une "neutralisation". Un tweet indiquant le contraire était pourtant bien apparu sur le compte officiel de la course. Tweet qui a ensuite été effacé.

Quintana avait finalement survolé la montée finale du Val Martello où Uran a pris la 9e place, à plus de quatre minutes. Le Colombien ne comprend pas la polémique qui lui est tombée dessus : "On monte une histoire qui n'a pas de réalité. Enlever l'avantage que j'ai gagné sur la route ? Ce serait une injustice."

"A mon avis, les résultats auraient dû être annulés", a estimé pour sa part le propriétaire de l'équipe Tinkoff, le milliardaire russe Oleg Tinkov, plutôt actif sur les réseaux sociaux mardi soir.

Bref, la descente du Stelvio n'a pas fini de faire parler.

0
0