Le plus costaud, c'était bien André Greipel. Dans un final pour hommes forts, avec un passage pavé dans le dernier kilomètre, l'Allemand de la Lotto-Soudal s'est montré le plus rapide au sprint, devançant assez largement Arnaud Démare (FDJ) et Sonny Colbrelli (Bardiani-CSF) pour s'offrir son 4e succès sur les routes du Giro, le premier de l'édition 2016. Piégé par une cassure, Tom Dumoulin (Giant-Alpecin) a perdu 4 secondes sur Bob Jungels (Etixx-Quick Step) et Alejandro Valverde (Movistar) mais conserve son maillot de leader avec 16 secondes d'avance sur le Luxembourgeois.
Après les deux victoires de Kittel aux Pays-Bas, ce dernier apparaissait comme le favori logique de cette 5e étape, la deuxième plus longue de ce Giro (233km). Mais le rythme imposé dans le final et sur les faux-plats précédant l'entrée sur le circuit final dans Benevento a eu raison du sprinteur d'Etixx-Quick Step, très vite lâché. Du coup, c'est sur André Greipel qu'est revenu le costume de favori. Logiquement. Il faut dire que ses équipiers n'ont pas chômé dans le final. Si quatre hommes (Fofirov, Txurruka, Oss et Brutt) se sont échappés après une trentaine de kilomètres, jamais leur avance (6'30'' au maximum) ne leur a permis d'y croire véritablement.
Tour d’Italie
Nibali, Valverde, les Colombiens… C'était le Giro de tous les records
30/05/2016 À 06:35

Jungels, Zakarin et Valverde grapillent

Les Giant-Alpecin du maillot rose Tom Dumoulin ont longtemps roulé pour maintenir l'échappée à une distance respectable avant de réduire l'écart pour inciter les équipes de sprinteurs à prendre la chasse à leur compte. Ce qu'ont fait les Lotto-Soudal et les Lampre-Merida, pour Greipel et Modolo. Les deux hommes ont passé les derniers kilomètres dans les premières positions mais la chute d'un Katusha, à 1,5km de l'arrivée, a gêné la progression d'une bonne partie du peloton et de certains sprinteurs. Pas celle de Greipel, qui s'est envolé dans les 500 derniers mètres en faux-plat montant pour devancer Démare, deuxième pour la seconde fois sur ce Giro, et Colbrelli.
Quatrième surprise de l'étape sur la ligne, Jungels (Etixx-Quick Step) a tenté d'aller chercher des secondes de bonifications, en vain. Mais le Luxembourgeois a été récompensé de ses efforts par une cassure au sein du peloton qui lui a permis, comme à Valverde (Movistar) et à Zakarin (Katusha), de glaner quatre secondes sur le leader Dumoulin et sur les principaux leaders.
Une broutille, certes, sur l'ensemble des trois semaines mais qui permet à Jungels de revenir à 16 secondes du Néerlandais avant la première étape de montagne de ce Tour d'Italie, ce jeudi, entre Ponte et Roccaraso (157 km). La montée finale, longue mais plutôt roulante, devrait tout de même permettre aux leaders de se mettre en évidence. Et de créer ainsi les premiers écarts.
Tour d’Italie
Tout sourire, Nibali s'offre son deuxième Giro
29/05/2016 À 14:18
Tour d’Italie
Chaves : "Nibali était plus fort que moi"
28/05/2016 À 17:40