Getty Images

Chaves ne laisse pas passer sa chance, Carapaz tranquille

Chaves ne laisse pas passer sa chance, Carapaz tranquille
Par Eurosport

Le 31/05/2019 à 17:18Mis à jour Le 31/05/2019 à 17:50

TOUR D'ITALIE - Esteban Chaves (Mitchelton-Scott) a remporté la 19e étape du Giro entre Trévise et San Martino di Castrozza. Le Colombien qui s'est imposé en solitaire au sommet de la dernière ascension du jour, décroche son quatrième succès sur le Tour d'Italie. Si Miguel Angel Lopez a récupéré 44 secondes, les autres favoris se sont neutralisés.

Cette fois, Esteban Chaves n’a pas laissé passer sa chance de gagner une étape. Il n’y avait pas de Nans Peters pour l’en priver. Profitant d’une nouvelle échappée victorieuse, la 9e déjà sur ce Tour d’Italie 2019, le Colombien de la Mitchelton-Scott s’est imposé en solitaire à San Martino di Castrozza, au terme de la 19e étape. Derrière, les grands favoris se sont neutralisés même si Miguel Angel Lopez (Astana), sorti dans le final, a repris 44’’. A deux jours de l’arrivée à Vérone, Richard Carapaz (Movistar) reste en rose.

Statu quo pour le podium

Cette première étape de montagne dans les Dolomites n’avait rien d’un parcours du combattant et l’on pressentait que la guerre entre les favoris serait repoussée à samedi. Cela aura été le cas. La montée finale vers San Martino di Castrozza ne présentait pas de pentes suffisantes (13km à 5,7%) pour voir les principaux favoris de ce Tour d’Italie tenter véritablement leur chance. Parmi les quatre premiers, seul Primoz Roglic (Jumbo-Visma) – dont les jambes semblaient un peu de retour - a tenté une timide attaque sous la flamme rouge, immédiatement suivi par Richard Carapaz (Movistar).

Pour le reste, le maillot rose aura encore parfaitement géré sa journée. Lorsque Miguel Angel Lopez (Astana) a porté son offensive à quatre kilomètres de l’arrivée, il a de suite demandé à Mikel Landa de laisser le Colombien partir. Sixième du général au départ à 6’17’’ de l’Equatorien, le vainqueur du Tour de Catalogne ne représentait aucun danger. Pas plus que Rafal Majka (Bora-Hansgrohe), Hugh Carthy (EF Education First) ou Pavel Sivakov (Team INEOS), qui ont tenté en vain de s’échapper à leur tour. Pour espérer mettre le maillot rose en difficulté, il faudra donc tout miser sur samedi et les cinq ascensions au programme. Avec 1’54’’ d’avance sur NIbali et 2’16’’ sur Roglic, Carapaz peut voir venir. Mais pas trop non plus.

Mitchelton-Scott sauve son Giro

Loin de cette montée en deux temps, l’échappée aura eu encore l’honneur de se jouer une étape. Comme à chaque fois depuis que la Movistar a récupéré le maillot rose. Partis dès les premiers killomètres, les douze coureurs échappés ont compté jusqu’à près de dix minutes d’avance . Et, malgré les tentatives plus lointaines de Boaro (Astana) puis Canola (Nippo Vini Fantini Faizanè), tout se sera joué dans l’ascension finale. De loin le meilleur grimpeur de l’échappée, Esteban Chaves a fait une grande partie du travail de sape.

En scindant le groupe en deux d’abord, partant avec Bidard (AG2R La Mondiale), Serry (Deceuninck-Quick Step) et Vendrame (Androni Giocatolli-Sidermec). Mais l’Italien a connu deux problèmes mécaniques dans la montée alors que les deux autres ont été incapables de suivre l’ultime accélération du Colombien à 2,7 kilomètres de l’arrivée. Le 2e du Giro 2016 s’est alors envolé pour aller décrocher sa première victoire de la saison, sa première depuis son succès en haut de l’Etna sur le dernier Tour d’Italie. De quoi sauver surtout le Giro de la Mitchelton-Scott. Venu pour remporter la course avec Simon Yates, elle a vu le Britannique être loin de ses ambitions (8e à 7’17’’), sans jamais parvenir à décrocher un succès. Cette fois, c’est fait. A deux jours de l’arrivée, il était temps.

0
0