Ils sont déjà placés

Aleksandr Vlasov est le mieux placé des favoris à la victoire finale, après cinq jours de course sur ce 104 Giro. Le leader d'Astana - Premier Tech a signé un bon chrono inaugural samedi à Turin (11e), puis s’est montré très en jambes mardi, lors d’une étape de moyenne montagne dantesque. Il pointe en 6e position, à 1'24" d’Alessandro De Marchi (Israel Start-Up Nation), leader grâce à une échappée lors de l’étape en question.

Madiot : "Evenepoel, il doute de peu de choses, je demande à voir dans le temps"

Tour d’Italie
Fracture d'une clavicule pour Landa, en observation à l'hôpital pendant la nuit
12/05/2021 À 20:43
Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) est sur les talons de Vlasov, 7e à 1'28". Il a légèrement devancé le Russe lors du contre-la-montre, mais lui a cédé onze secondes lors du premier test sur routes escarpées. Hugh Carthy (EF Education-Nippo, 9e à 1’38") et Egan Bernal (INEOS Grenadiers, 10e à 1’39") les suivent de près. Simon Yates (BikeExchange, 14e à 1'49") a légèrement déçu lors de la 4e étape mais il reste au contact.

Le profil de la 6e étape : 15,5km à 6,1% de moyenne, San Giacomo peut faire des dégâts

Ils ont déjà perdu un peu de temps

A peine plus loin et en bonne position à l'aune de ses difficultés en chrono, Romain Bardet (17e à 2'03") réalise une entame de Giro correcte. Il fait mieux que son co-leader chez DSM, le 2e du dernier Giro : Jai Hindley (24e à 2'20"). La 6e étape marquera un changement de braquet important (cap des 1500 mètres d’altitude franchi, longue ascension finale) dans l’optique de confirmer ou d’infirmer cette hiérarchie interne.

Bardet : "Il m'en manque un tout petit peu mais ça va pas mal"

Dan Martin (Israel Start-Up Nation, 19e à 2'08") n'est que légèrement en retrait. Vincenzo Nibali (22e à 2'15") ne sera peut-être pas la carte maîtresse de Trek-Segafredo, Giulio Ciccone étant devant lui (16e à 1’56"). Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe, 26e à 2'29") a aussi laissé des plumes dans la bagarre de mardi. Mais pas autant que George Bennett (Jumbo-Visma, 30e à 3'10").

Première victoire en Grand Tour pour Dombrowski, De Marchi en rose : le résumé de la 4e étape

Ils ont déjà perdu… le Giro

Il avait surpris en terminant 4e du Tour d’Italie 2020, en octobre dernier. Puis démarré cette édition de manière impressionnante (4e du chrono de samedi). Mais voilà Joao Almeida déjà hors du coup. Le coéquipier d’Evenepoel chez Deceuninck-Quick Step a craqué tôt lors de l’étape de mardi, en direction de Sestola. Il est 38e, à 5’38".

Joao Almeida peut sans doute dire adieu à ses chances de podium sur ce Tour d'Italie

Crédit: Getty Images

Déjà peu rassurant dans les reliefs, Pavel Sivakov a dit adieu à ses ambition mercredi, sur chute, à dix kilomètres de l’arrivée de la 5e étape. Il a perdu un quart d'heure, puis dans la soirée, son équipe a annoncé qu'il ne prendrait pas le départ de la 6e étape. Le lieutenant de Bernal chez INEOS Grenadiers se voyait bien jouer au leader de substitution. Il peut donc oublier pour cette fois. Bauke Mollema (Trek-Segafredo, 68e à 13’59") ne devrait pas non plus jouer au patron de rechange.

Un outsider à terre : Sivakov a chuté dans le final

Enfin, Mikel Landa (Bahrain-Victorious) avait fait forte impression mardi, lors des premières joutes de cadors sur une étape en ligne. Il était peut-être même le plus fringant des favoris. Mais le 3e du Giro 2015 a quitté la route de ce Tour d’Italie dès le lendemain. Ses espoirs de sacre se sont évaporés au détour d’un îlot directionnel qui a envoyé plusieurs coureurs au tapis, dont lui. Sa formation dispose de deux outsiders - Damiano Caruso (11e à 1'43") et Pello Bilbao (21e à 2'13") - pour prendre la relève.

La cata pour Landa : le Giro est déjà fini pour l'Espagnol

Tour d’Italie
Ewan plein pot, Landa K.-O. !
12/05/2021 À 15:37
Tour d’Italie
Lafay : "Je me suis testé dans le Zoncolan… Bernal m’a mis plus de 2 minutes en 3 kilomètres"
14/06/2021 À 17:42