Il n'en finit donc plus de monter. Du haut de ses 22 ans, Biniam Girmay (Intermarché – Wanty – Gobert Matériaux) a déjà montré l'étendue de son potentiel. Mais il sait aussi répondre aux attentes. C'est peu de dire qu'il attirait l'attention mardi sur la route de Jesi, cadre de la 10e étape du Giro. Qu'au bout de ce tracé accidenté, il avait des chances de remporter l'étape. Que pour cela, il allait probablement falloir se défaire de Mathieu van der Poel. "Biniam était très fort, on le savait, on l'attendait, a d'ailleurs reconnu Dries De Bondt, équipier de VDP chez Alpecin-Fenix. On savait qu'il ne fallait pas lui donner un petit avantage, parce que dans ces cas-là, il le prend." Et "Bini" l'a pris.
Van der Poel n'en doutait probablement pas, mais il a encore pu mesurer le talent du phénomène. Le Néerlandais est pourtant habitué à partir de loin, à prendre l'initiative. Quand il a vu l'Erythréen démarrer son sprint avant lui, le coureur d'Alpecin-Fenix n'a cependant pas été surpris bien longtemps. Il a pris sa roue immédiatement. Il a donné tout ce qui lui restait pour remonter le dernier vainqueur de Gand-Wevelgem. Mais VDP n'a pu que s'incliner. Le pouce levé avant même que Girmay ne franchisse la ligne. La preuve que le coureur de 22 ans était bien au-dessus de lui.
Giro
"Ils essayaient de me frapper" : Stephen Roche raconte son sacre tumultueux de 1987
02/06/2022 À 11:49

Van der Poel n'a pu que s'incliner avec fair-play : le sprint irrésistible de Girmay

"Bini" tournait autour de cette consécration. Avant d'offrir à l'Afrique noire sa première victoire sur un grand Tour, il avait quand même sérieusement tourné autour. Deuxième sur la première étape à Budapest, quatrième deux jours plus tard à Balatonfüred, puis cinquième à Messine, puis de nouveau quatrième à Scalea, puis encore cinquième à Naples… Toujours placé jusqu'ici, il a enfin été gagnant. "C'est incroyable !", s'est-il exclamé. "L'équipe a bien débuté ce Giro, toutes les étapes on essaie de contrôler, je suis vraiment très heureux je n'ai pas de mots pour décrire ce qu'ils ont fait aujourd’hui."

"Il fait l'unanimité"

Girmay était bien entouré. Si van der Poel et ses équipiers d'Alpecin-Fenix ont certainement commis des erreurs, l'Erythréen et sa formation ont récité la partition parfaite. "Toute l'équipe a poussé très fort, même ceux du classement général, s'est-il réjoui après sa victoire. J'avais besoin de tout le monde. C'est un super boulot. Pozzo (Domenico Pozzovivo, NDLR) a été juste incroyable, il m'a dit 'vient derrière moi' à 600 m, il a fait un super 'lead out'. Depuis le départ, on a des possibilités de gagner, de faire de bons résultats, cette équipe est une famille, ça fait partie de son succès. Tous les jours ils font le travail pour moi. Je suis très reconnaissant pour ça."

Van der Poel trop juste, Girmay en démonstration : le résumé de la 10e étape

Pourtant, sa formation joue sur plusieurs tableaux depuis le début de ce Giro. Pas forcément attendu à pareille fête, Domenico Pozzovivo s'est invité dans le Top 10 du classement général à la faveur d'une superbe performance dans le Blockhaus. Du haut de ses 39 ans, le coureur italien aurait pu être préservé, lui qui pointe à moins d'une minute du maillot rose, l'Espagnol Juan Pedro Lopez (Trek-Segafredo). Mais l'atout Girmay est trop fort pour être négligé. "Il tire l'équipe vers le haut, résumait Jacky Durand, consultant sur Eurosport. Les autres ont envie de se faire mal pour lui. Il fait l'unanimité."
Il lui faudra voir comment "Bini" va récupérer de sa mésaventure sur le podium, avec ce bouchon de bouteille de Prosecco qui lui a explosé dans l'œil et l'a contraint à passer par l'hôpital. Car l'Erythréen n'a pas seulement marqué l'histoire en remportant cette 10e étape du Giro. Il s'est aussi totalement replacé dans la course au classement par points en revenant à trois petites longueurs du porteur du maillot Cyclamen, Arnaud Démare. Il n'en sera que plus attendu sur la suite de ce Tour d'Italie. Mais manifestement, cela ne lui pose pas de problème.

Aie... Quand le bouchon de champagne termine dans l'oeil de Girmay

Giro
Girmay, Démare, Hindley... Voici en quoi ce Giro était spécial
02/06/2022 À 11:11
Giro
"On peut s’attendre à un très grand Van der Poel sur le Tour" : Le bilan de Fritsch
31/05/2022 À 00:59