Le Tour de France vampirise tout. Même son annonce du prochain parcours lors d'une belle cérémonie à la mi-octobre oblige ses deux "rivaux", le Giro et la Vuelta, à s'adapter. L'un comme l'autre communique après la Grande Boucle. Et le Giro a même innové cette année pour occuper l'espace médiatique, évidemment vide sur la planète cyclisme en ce début novembre. Une annonce en cinq temps : les étapes du Grand Départ en Hongrie, celle pour les sprinteurs, les journées de moyenne montagne, les étapes de haute montagne et enfin le parcours de l'ultime chrono à Vérone. Un détail ? Pas vraiment, et voici pourquoi.Le Tour d'Italie n'est pas le Tour de France, c'est une évidence, mais de l'autre côté des Alpes, on ne considère pas que l'ultime étape doit être une parade. Il ne fait absolument aucun doute que le fait que le premier grand tour de l'année ne se termine pas toujours dans la même ville - il y a eu Turin, Rome, Milan ou Vérone ces dernières années -, joue dans cette décision.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !

Souviens-toi le Giro 2020...

Tour d’Italie
De Budapest à Vérone en passant par l'Etna : "L'un des Giro les plus durs de ces dernières années"
30/11/2021 À 16:34
Finir à Paris sur les Champs-Elysées est au moins autant une évidence qu'une facilité pour les organisateurs de la Grande Boucle. Les images de la Ville Lumière et de "la plus belle avenue du monde", rehaussées ces dernières années par un passage par le Louvre ou la galerie du Grand Palais, rendent, quoiqu'il arrive, cette ultime journée magique d'un point de vue visuel. Puisque l'Italie ne mise pas sur ça, elle a choisi de maintenir le suspense jusqu'au bout.
Mortirolo, Blockhaus, Etna, quatre arrivées au sommet… le Giro 2022 dévoile ses hauteurs
Souvenez-vous de 2020. Ce Giro si particulier couru en octobre pour cause de pandémie et achevé par un contre-la-montre à Milan. Ce matin-là, Tao Geoghegan Hart et Jai Hindley, les deux derniers prétendants à la victoire, étaient dans la même seconde. L'affaire avait tourné en faveur du premier, le Britannique d'Ineos, mais c'était surtout un formidable coup de pub pour le deuxième grand tour du point de vue du prestige. Aussi, ce contre-la-montre final sera évidemment de la partie en 2022. A Vérone cette fois, trois semaines après le départ de Hongrie et de Budapest pour être précis. Vingt jours après le premier chrono
Deux contre-la-montre, vous vous dîtes que c'est assez courant pour un grand tour. En fait, c'est quasiment la tendance haute en ce qui concerne la Grande Boucle et la Vuelta. Le Giro a parfois tenté d'en placer trois comme en 2019 et 2020. Précisément les années où le Tour de France n'en mettait qu'un sur son parcours. Peut-être pas un hasard d'ailleurs, même si personne du côté de RCS, l'équivalent d'ASO en Italie, n'oserait l'affirmer. Non, la vraie surprise cette année, c'est le total de kilomètres de chrono entre Budapest et Vérone : 26, seulement ! Neuf en Hongrie et 17 dans la ville de Roméo et Juliette. Jamais dans l'ère moderne, un grand tour n'était allé aussi loin.

Bernal intouchable, Bardet opportuniste, Yates décroché : le résumé de la 16e étape

Le contre-pied du Tour de France

Pourquoi ce choix ? Pour se démarquer du Tour de France ? Certains avanceront que le Tour d'Italie ne décide pas de son parcours une fois que le Tour a dévoilé le sien. Ce n'est pas idiot de le penser mais force est de constater que ces dernières années, le Giro a souvent pris le contre-pied du Tour pour ce qui est du nombre de kilomètres de contre-la-montre individuel :
  • 2022 : 53 km pour le Tour, 26 km pour le Giro
  • 2021 : 57 km pour le Tour, 39 km pour le Giro
  • 2020 : 36 km pour le Tour, 64 km pour le Giro
  • 2019 : 27 km pour le Tour, 59 km pour le Giro
En 2022, ce sont donc les grimpeurs que le Giro drague. Comme en 2021, quand Egan Bernal avait dominé Damiano Caruso et Simon Yates. Il ne fait aucun doute que les organisateurs avaient espéré un meilleur plateau mais Tadej Pogacar visait le doublé sur le Tour alors que Primoz Roglic en rêve encore. Miguel Angel Lopez croyait pouvoir briller en juillet… mais il devrait revenir sur les routes italiennes en 2022. Au-delà des Alpes, on espère sans doute que les Carapaz, Mas, Pinot, Vingegaard ou Bardet seront là. Bernal n'en sera pas, mais quid de Pogacar ?

Danemark, pavés du Nord, Super Planche et Alpe d'Huez : Découvrez la carte du Tour 2022

De tous temps, l'identité du Giro était ces terribles cols dont fait partie le Mortirolo, au programme en 2022. Le Slovène cédera-t-il aux mythes italiens ? Rien n'est moins sûr tant l'enchaînement Giro-Tour s'est avéré difficile ces dernières années. Du côté des organisateurs, on cultive en tout cas sa différence. Les puristes regretteront, à raison, le total ridicule de kilomètres à faire en solitaire. Mais dans l'ombre du Tour, le Giro cherchera toujours à se démarquer.
Tour d’Italie
Le Giro drague Pogacar : "Je ne pense pas que gagner le Tour 3 ou 4 fois change grand-chose"
15/11/2021 À 12:28
Tour d’Italie
Mortirolo, Blockhaus, Etna, quatre arrivées au sommet… le Giro 2022 dévoile ses hauteurs
10/11/2021 À 13:53