Il est des victoires qui ont une saveur particulière. Même pour Thor Hushovd, 35 succès au compteur parmi l'élite avant son déboulé rageur sur la chaussée de Modesto, lever les bras sur la ligne procure encore des frissons. Pour sa première course sous les couleurs de la formation Cervelo qu'il a rejoint à l'intersaison, le Norvégien espérait lancer sa saison sous les meilleurs auspices. Loin des certitudes qui avaient accompagné sa carrière durant les huit saisons passées au Crédit Agricole, Hushovd, contraint de quitter Roger Legeay à l'intersaison, voulait se rassurer sur sa capacité à s'exprimer au plus haut niveau dans un nouvel environnement.
Sa victoire au sprint au terme de la 3e étape de ce Tour de Californie l'a sans doute comblé. A l'image du train vert et blanc qui se mettait en branle à son service à l'approche de l'arrivée, le maillot vert du Tour 2005 a pu compter sur le travail de ses nouveaux coéquipiers. Déjà appréciée sur le Tour du Qatar, la cohésion et la force collective des hommes au sobre maillot noir se sont ainsi à nouveau exprimées dans les rues de Modesto. Pour le plus grand bonheur de Thor Hushovd "lâché" à seulement 150 mètres du terme par son impressionant poisson pilote australien Brett Lancaster : "Ils m'ont emmené dans un fauteuil tout au long du dernier kilomètre, l'équipe a fait un super travail d'autant que c'était notre premier sprint ensemble".
Leipheimer au tapis
Tour de Californie
Leipheimer se pare de jaune
17/02/2009 À 04:15
Impressionnant de puissance lors des derniers hectomètres, le sculptural norvégien a devancé sur la ligne l'Espagnol Oscar Freire (Rabobank) et son ex-coéquipier australien Mark Renshaw (Team Columbia). Le Britannique Mark Cavendish, nouvelle terreur du sprint, termine, pour sa part, à une décevante 5e place après avoir été gêné dans le dernier virage. "Le final était très dangereux avec cet angle droit près de la ligne, la route mouillée et les marqueurs au sol", a expliqué Renshaw. "J'avais Cavendish dans ma roue avant ce virage mais quand j'ai regardé après le virage, il n'était plus là. Il a perdu ma roue avant de virer après avoir frotté avec un coureur de Rock Racing et ensuite il était trop tard" , a ainsi pousuivi le nouveau "lanceur" du natif de l'île de Man, finalement contraint de jouer sa carte personnelle dans le sillage de son ancien leader.
Au cours de cette étape également marquée par la longue fugue du Néerlandais Bauke Mollema (Rabobank), du Danois Brian Vandborg (Liquigas) et des Américains Jeff Louder (BMC Racing) et Brad White (OUCH-Maxxis), deux hommes se sont faits peur. Leader du classement général depuis sa démonstration sur la route de Santa Cruz, Levi Leipheimer a goûté au bitume détrempé de cette 3e étape. Heurté par son coéquipier Lance Armstrong, le double tenant du titre ne se ressent pas de son vol plané. Plus de peur que de mal donc pour Leipheimer, rapidement dépanné et toujours en tête du classement général au terme d'une étape une fois de plus disputée sous des conditions météorologiques exécrables. "Encore une sale journée", expliquait Lance Armstrong dont le coup de pédale souple et alerte semble démontrer une condition qui va crescendo. Ça tombe bien pour le Texan, le Tour de Californie est encore loin d'être terminé.
Tour de Californie
Armstrong sera là
22/10/2009 À 16:55