Getty Images

Etape et général, Lopez a réussi le coup parfait à La Molina

Etape et général, Lopez a réussi le coup parfait à La Molina

Le 28/03/2019 à 16:34Mis à jour Le 28/03/2019 à 18:13

TOUR DE CATALOGNE - Coup double pour Miguel Angel Lopez à La Molina ! Le Colombien d'Astana, qui a attaqué en deux temps, a remporté la 4e étape du Tour de Catalogne, ce jeudi. Un succès, le deuxième de sa saison, décroché en solitaire qui offre aussi à Lopez la tête du classement général. Bernal, Quintana et Yates ont tous été piégés. C'est la 20e victoire pour Astana en 2019.

Un Colombien peut en cacher un autre. Alors que l’on attendait Egan Bernal ou Nairo Quintana, c’est Miguel Angel Lopez qui a réalisé un festival sur la 4e étape du Tour de Catalogne. Parti en deux temps à 7km de l’arrivée, le Colombien d’Astana a distancé ce jeudi tous les favoris pour s’imposer en solitaire devant Gregor Muhlberger (Bora-Hansgrohe) et Marc Soler (Movistar). Il s’empare par la même occasion du maillot de leader, logiquement perdu par Thomas de Gendt (Lotto-Soudal) sur les pentes de la Molina.

Vidéo - A La Molina, c'est le plus malin qui s'est imposé : le final de l'étape

03:00

Bernal impatient

Décidément, l’ascension de la Molina offre de bien belles étapes. Déjà auteur d’un feu d’artifice l’an dernier avec la victoire de Valverde, la Movistar a voulu remettre ça sur cette 4e étape. Après un début de course très rapide où l’échappée a dû attendre plus de quarante kilomètres pour pourvoir sortir, on a retrouvé pas moins de 24 coureurs à l’avant. Pas forcément une surprise en soi. Sauf que l’on retrouvait des coureurs dangereux, à l’image de James Knox (Deceuninck-Quick Step), 17e du général à 2'14" de De Gendt ou encore Marc Soler (Movistar), 27e. Bien aidé par son équipier Carlos Verona, le vainqueur de Paris-Nice 2018 a réussi un numéro impressionnant dans les 50 derniers kilomètres pour s’isoler en tête en course, seulement suivi par Gregor Muhlberger (Bora-Hanshgrohe). Avec près de trois minutes d’avance sur le groupe des favoris, l’Espagnol rêvait alors de victoire d’étape, voire de maillot de leader.

Mais la Sky ne pouvait pas se permettre de laisser filer Soler. Alors la formation britannique a fait ce qu’elle fait de mieux, à savoir asphyxier et essorer le peloton. A 9km du sommet, ils n’étaient plus que seize dans le groupe des favoris. Pinot (Groupama-FDJ), Zakarin (Katusha-Alpecin), Keldermann (Sunweb) ou encore Carapaz (Movistar) avaient déjà sauté. On pensait alors la Sky en place. Mais l’attaque de Miguel Angel Lopez à 8,5km de l’arrivée a tout changé. Alors qu’il était le seul leader à pouvoir encore compter sur un équipier, Egan Bernal s’est un peu affolé de l’attaque de Lopez et a bougé à son tour pour aller chercher son compatriote avant de tenter de le contrer. Sans réussir à le sortir de sa roue, pas plus que Nairo Quintana (Movistar) ou Adam Yates (Michelton-Scott).

Vidéo - Lopez a isolé Bernal avant de porter l'estocade

02:37

Lopez vers une 2e course par étapes World Tour

On a finalement retrouvé les mêmes acteurs que la veille, à l’exception de Dan Martin (UAE Team Emirates), incapable de suivre l’allure et finalement repoussé à une quarantaine de secondes après avoir demandé à son équipe de rouler toute la journée. Comme la veille, Yates, Quintana et Bernal se sont alors regardés, personne ne voulant rouler pour l’autre. Et Lopez n’a pas tardé à en profiter. D’une attaque puissante à 7km de l’arrivée, le Colombien d’Astana s’est isolé et a rapidement pris une vingtaine de secondes d’avance. Ils le reverront plus. Surpuissant, reprenant tour à tour Guillaume Martin, Gregor Muhlberger et Marc Soler pour mieux les lâcher, Lopez aura parfaitement joué le coup dans l’ascension de la Molina pour aller chercher sa 2e victoire de la saison, sa 14e en carrière.

Malgré l’aide provisoire de son frère Simon et les relais passés par Bernal, Adam Yates concède finalement 16’’ sur la ligne, comme le leader de la Sky, alors que Quintana et Kruijswijk sont un peu plus loin (+19"). Mieux que la veille, Romain Bardet (AG2R La Mondiale) termine avec Alejandro Valverde (Movistar) et Dan Martin. Il remonte ainsi à la 8e place (+1’44") d’un général désormais dominé par le leader d’une formation Astana décidément insatiable cette saison. A trois jours de la fin de ce Tour de Catalogne, il possède 14’’ d’avance sur A. Yates, 17" sur Bernal et 25" sur Quintana. C’est peu. Mais, vu le parcours restant, on voit mal ce qui pourrait empêcher Miguel Angel Lopez d’aller chercher sa deuxième course par étapes World Tour. Près de trois ans après le Tour de Suisse 2016.