Getty Images

Matthews a tenu la distance, Lopez garde les commandes

Matthews a tenu la distance, Lopez garde les commandes

Le 30/03/2019 à 16:57Mis à jour Le 30/03/2019 à 22:05

TOUR DE CATALOGNE - Michael Matthews (Sunweb) a remporté samedi la 6e étape du Tour de Catalogne au sprint. L'Australien, déjà vainqueur mardi, a devancé d'une demi-roue Phil Bauhaus (Bahrain-Merida) au terme des 169km disputés entre Valls et Vila-seca. Miguel Angel Lopez (Astana) conserve son maillot de leader avant la dernière étape, dimanche.

Cette fois, on n’aura pas échappé à une arrivée massive. Piégés le premier jour, battus vendredi, les sprinteurs ont fait la loi samedi sur le Tour de Catalogne. Et c’est Michael Matthews (Sunweb) qui a été le plus fort pour remporter la 6e étape, son deuxième succès de la semaine après la 2e étape. L’Australien a résisté au sprint au retour de Phil Bauhaus (Bahrain-Merida) et Daryl Impey (Michelton-Scott) pour lever les bras à Vila-seca alors que Miguel Angel Lopez (Astana), vu à l’attaque dans le final, conserve sans problème son maillot de leader.

Jusqu’au bout, on a bien cru que l’on n’aurait jamais droit à une vraie arrivée massive pour sprinteurs. Non que l’échappée matinale ait été dangereuse, malgré toute la bonne volonté de Josef Cerny (CCC), Geoffrey Bouchard (AG2R-La Mondiale), Mikel Iturria (Euskadi-Murias), Oscar Riesebeek (Roompot-Charles) et Floris De Tier (Jumbo-Visma). Mais le peloton n’a jamais laissé plus de 3’30’’ d’avance aux cinq hommes qui ont finalement été repris à 12km de l’arrivée. Et c’est alors que la folie s’est emparée du peloton.

Lopez à un jour du sacre

Ce sont d’abord les Movistar qui ont essayé un audacieux coup de bordure à 7km de l’arrivée, profitant d’un passage en bord de mer, un peu exposé au vent. Mais ça n’a pas suffi à faire casser le peloton, qui s’est tout de même bien étiré, après une dernière heure de course déjà ultra rapide (46km/h de moyenne). En revanche, cela a donné des idées aux grimpeurs. C’est d’abord Brice Feillu (Arkéa-Samsic) qui est sorti du peloton où il a rapidement pris place avant que Davide Formolo (Bora-Hansgrohe) ne tente sa chance à 3,5km. Mais le plus dingue était à venir.

Un kilomètre plus loin, c’est Miguel Angel Lopez (Astana) en personne qui sortait très facilement du peloton, sur un final pourtant totalement plat. Le leader du général est vite revenu sur l’Italien mais le peloton ne s’est pas fait surprendre bien longtemps par les velléités offensives du Colombien. Ce dernier se contentera toutefois bien de rester leader à la veille de l’arrivée finale, à Barcelone.

Et de deux pour Matthews

Sous l’impulsion d’Enric Mac (Deceuninck-QuickStep), le peloton a recollé sous la flamme rouge mais, privé d’équipiers par l’allure infernale, les sprinteurs ont du se montrer malins.Mais, lorsque Michael Matthews (Sunweb) a lancé son effort, on a vite compris que la victoire se jouerait entre lui et Phil Bauhaus.

L’Allemand de la Bahrain-Merida, bien resté dans les roues au maximum pour éviter le vent de face, a même semblé revenir sur la ligne mais c’est bien l’Australien qui s’est offert une nouvelle victoire. Sa deuxième sur ce Tour de Catalogne, sa deuxième aussi de la saison. Daryl Impey (Michelton-Scott) complète le podium d’une étape qui aura vu Hugo Hofstetter (Cofidis) enfin prendre une place d’honneur (6e) après une semaine jusqu’ici compliquée.

Vidéo - Matthews a bondi pour coiffer Bauhaus d'une demi-roue

02:16