dpa

Bilan équipes (2)

Tour 2006: Bilan équipes (2)
Par Eurosport

Le 25/07/2006 à 10:45Mis à jour

Equipe par équipe, voici le bilan complet de la 93e édition du Tour de France, de la meilleure à la plus mauvaise. Deuxième volet avec cinq équipes au-dessus de la moyenne, notamment AG2R et CSC. Toutes deux privées de leur leader, elles ont su changer l

. TEAM CSC

- Bilan: A l'instar de la T-Mobile, le Team CSC a dû composer avec le retrait forcé de son leader, Ivan Basso, pour les mêmes raisons que Jan Ullrich. Il a fallu une moitié de Tour aux hommes de Bjarne Riis pour digérer l'affront, d'autant que l'abandon de Bobby Julich, victime d'une chute lors du premier chrono, a encore fragilisé l'ensemble. Dans ce contexte particulier, le bilan de l'équipe danoise apparait presque inespéré.

Carlos Sastre, venu pour jouer les fidèles lieutenants, a su se muer en général. Le grimpeur espagnol a joué crânement sa chance dans les Alpes. On l'a vu un instant en possible vainqueur du Tour. Il échoue finalement au pied du podium. Difficile de lui en vouloir, il a tenu son rang. Double coup de chapeau à Jens Voigt et Frank Schleck, vainqueurs d'étapes. Et les CSC terminent deuxièmes du classement par équipes. Sans Basso, c'est tout de même fort.

- Le Top: L'avènement de Frank Schleck à l'Alpe d'Huez. La victoire d'un grand, annonciatrice d'autres succès sur le Tour, et ailleurs.

- Le Flop: David Zabriskie. L'Américain, considéré depuis 18 mois comme un des meilleurs rouleurs du monde, visait une voire plusieurs victoires dans les chronos. Il est complètement passé à côté.

. CAISSE D'EPARGNE-ILLES BALEARS

- Bilan: Alejandro Valverde contraint à l'abandon dès la 3e étape, on ne donnait pas cher des chances de la Caisse d'Epargne de bien figurer dans ce Tour. Par un coup du sort, la formation espagnole s'est retrouvée propulsée sur le devant de la scène, contrainte de défendre pendant cinq jours le maillot jaune offert à Oscar Pereiro. Et le contrat fut bien rempli avec les moyens du bord. Vladimir Karpets une fois de plus décevant et relégué au second plan, l'Espagnol s'est retrouvé leader de circonstance et a chèrement vendu sa peau pour ne céder que la veille de l'arrivée. Pas une seule victoire d'étape à l'actif de la formation ibérique, mais un excellent comportement d'équipe autour de Pereiro.

- Le Top: Les cinq jours en jaune de Pereiro

- Le Flop: Vladimir Karpets devait être le nouveau leader de l'équipe après le départ de Valverde. Mais, il a une fois de plus déçu. On attend toujours la confirmation de son maillot blanc et de sa 13e place de 2004, à 23 ans.

. CREDIT AGRICOLE

- Bilan: Heureusement, Thor Hushovd est là. Le Norvégien est à sa manière un vrai leader, capable par ses coups d'éclat de masquer les lacunes de son équipe. Vainqueur le premier (prologue) et le dernier jour (le sprint sur les Champs), Hushovd a tenu toutes ses promesses, même s'il n'a pu lutter pour le maillot vert comme il le souhaitait. Pour le reste, le Crédit Agricole a attaqué (Halgand, Le Mével, Hinault) sans connaitre beaucoup de réussite. Concernant le général, Roger Legeay attendait mieux de Pietro Caucchioli (16e), surtout après l'hécatombe des favoris. L'Italien avait tout de même zappé le Giro afin de se préparer pour le Tour. Il a globalement déçu, sauf à La Toussuire (7e).

- Le Top: Le sprint surpuissant d'Hushovd sur les Champs-Elysées. Une victoire inoubliable pour un sprinter.

- Le Flop: La discrétion du petit grimpeur russe Alexander Botcharov, habituellement plus offensif.

. LAMPRE-FONDITAL

- Bilan: Avec six coureurs qui découvraient le Tour de France, dont son leader Damiano Cunego, la Lampre a fait plus que bonne figure. Quatre coureurs terminent parmi les 22 premiers, sept dans les 70. Seul Righi est hors du Top100 (109e). La formation italienne n'a pas accroché la moindre victoire, mais s'en est approchée à de nombreuses reprises en attaquant sans cesse. Bennati, Ballan et Commesso se sont fait souffler la victoire au sprint, Cunego a dû laisser filer Schleck à l'Alpe d'Huez. Ballan n'avait, quant à lui, rien pu faire face à l'entente Discovery-Rabobank à Montélimar. L'expérience de Valjavec et Vila en montagne a été précieuse à Cunego dont le maillot blanc du meilleur jeune récompense quelque part le travail de toute l'équipe.

- Le Top: La dernière semaine de Cunego, impérial dans les Alpes et dans le chrono.

- Le Flop: L'absence de victoire d'étape, même s'il n'y a finalement pas grand-chose à lui reprocher.

. BOUYGUES TELECOM

- Bilan: Enfin ! Après des années de tentative infructueuses avec Bonjour, Brioches la Boulangère et Bouygues Telecom, Jean-René Bernaudeau tient sa victoire d'étape. Le succès de Pierrick Fédrigo à Gap suffit à faire du Tour 2006 une réussite pour la formation vendéenne. Au crédit des Bouygues, on mettra également la semaine passée par Jérôme Pineau avec le maillot à pois. Finalement, on a retrouvé cette équipe telle qu'on la connaissait, avec ses qualités (sens de l'offensive, punch) et ses défauts (absence de leader pour le général, incapacité à peser sur la course en montagne).

- Le Top: Le sang-froid de Pierrick Fedrigo lors de son sprint victorieux face à ce vieux briscard de Commesso.

- Le Flop: L'abandon de Laurent Brochard, que l'on n'a pas vu. En manque de condition et de compétition, l'ancien champion du monde avait-il vraiment sa place sur ce Tour?

0
0