Dessel: "Je suis choqué"

Dessel: "Je suis choqué"
Par Eurosport

Le 27/07/2006 à 17:15Mis à jour

Cyril Dessel, le meilleur Français du Tour 2006 (7e) est sidéré par le contrôle positif à la testostérone de Floyd Landis. Pour le coureur d'Ag2r, ce serait "le pire des coups que pourrait recevoir le cyclisme" si le vainqueur du Tour de France était effe

Cyril Dessel, 7e et premier Français du Tour (sur RMC):

Christian Prudhomme, directeur du Tour (sur Europe 1):

"On a envie de se battre. Nous avions dit que nous avions gagné une bataille, mais pas la guerre. On ne lave pas plus blanc que blanc et il y aura encore des moments difficiles à passer. Mais cela prouve que l'étau se resserre. Notre volonté est intacte. Il va falloir être fou pour continuer à tricher".

Tom Boonen, Quick Step:

Thomas Voeckler, Bouygues Telecom:

"Ça m'énerve. Mais à force, je suis davantage déçu que surpris. On n'est plus à un scandale de dopage près malheureusement... Ça montre qu'il y a toujours des coureurs qui prennent les gens pour des imbéciles. Ça prouve encore une fois que l'on se fait voler par des tricheurs. Le public va encore se sentir floué. Il va avoir tendance à mettre tout le monde dans le même sac et on ne pourra pas lui en vouloir".

Marc Madiot, directeur sportif de la Française des Jeux:

Koos Moerenhout, équipier de Landis:

"Je suis très ému. Le ciel me tombe sur la tête. Je n'ai jamais rien remarqué dans l'équipe concernant une éventuelle prise de produit dopant. Et j'espère encore que l'analyse de l'échantillon B pourra nous apporter des éclaircissements et une explication".

Patrick Lefevere, manager Quick Step:

Erik Breukink, manger de Rabobank

"C'est dramatique pour le cyclisme qui vit décidément une période bien noire. Cela prouve aussi que la lutte antidopage doit encore s'améliorer. Les équipes ont beau prendre des mesures contre le dopage, il reste toujours des individus dont le comportement est difficilement contrôlable. C'est vraiment un drame. Le Tour avait déjà bien mal débuté avec les exclusions de Basso et Ullrich et voilà que trois jours après l'arrivée, on peut déjà rayer le nom du vainqueur. J'imagine que Landis a été désespéré après sa défaillance dans la seizième étape".

Greg Lemond, ancien vainqueur:

Christian Frommert, porte-parole T-Mobile:

"Si l'analyse de l'échantillon B devait confirmer celle de l'échantillon A, cela serait un nouveau coup dur pour le cyclisme. Mais c'est aussi quelque chose de positif que ce soit un grand nom du cyclisme soit concerné: tout le monde va enfin prendre conscience qu'un changement radical et profond est nécessaire dans le cyclisme professionnel. Les contrôles doivent être améliorés pour que les spectateurs arrêtent de penser: "De toute façon, ils prennent tous quelque chose". Je me refuse encore à penser comme eux".

Christophe Bassons, ancien coureur, considéré comme le "Mr propre" du cyclisme:

"C'est encore dommage. Il ne fallait pas se faire trop d'illusions. Il y a encore eu des titres dans les magazines spécialisés, selon lesquels c'était vraiment un tour à visage humain. Ils se sont bien trompés! C'est facile de le dire maintenant, mais je me souviens de l'arrivée de Morzine, c'est l'une des rares que j'ai vues, et j'ai été impressionné par la nervosité qu'il y avait, son regard. Maintenant, se faire prendre à la testostérone, c'est une erreur de débutant, c'est vraiment idiot. Jouer avec la "testo" alors qu'on a la possibilité d'utiliser des hormones de croissance, des corticoïdes sans risquer d'être contrôlé positif, c'est là que je ne comprends pas, je trouve cela fort étonnant".

0
0