EPISODE 1: BLONDIN, LE CONTEUR DU TOUR
EPISODE 2: FIGNON, L'HOMME QUI A GAGNE DEUX TOURS
EPISODE 3: ROBIC, LE COUP DE BONSECOURS
Tour de France
Pour Contador, il n’y a pas de "polémique" entre lui et le duo Bruyneel-Armstrong
16/04/2020 À 22:24
EPISODE 4: OCANA, OMBRE ET LUMIERE
EPISODE 5: BAHAMONTES, LE PIONNIER
EPISODE 6: LE MECHOUI D'ANDORRE
EPISODE 7: BIENVENUE DANS LE MERCKXISME
EPISODE 8: LES MALHEURS DE SIMON
EPISODE 9: LE COUP DE FOLIE DE JAJA
EPISODE 10: GINO LE PIEUX
EPISODE 11: ARMSTRONG, PRENOM LANCE
Le Tour de France est parfois cruel. Il prend un plaisir sadique à faire mal quand on s'y attend le moins. Le 10 juillet 1960, Roger Rivière, victime d'une terrible chute en bas du col du Perjuret, perdit un Tour qu'il pensait dans la poche. Le champion ne s'en est jamais relevé. L'homme non plus. Ce n'était pourtant pas le Galibier. Ni le Tourmalet. Pas davantage l'Izoard. Ce n'était que le Perjuret. Sans le dramatique accident du 10 juillet 1960, personne, à part les habitants du coin, ne connaîtrait ce col perché dans les Cévennes. C'était d'ailleurs la première fois que le Tour l'empruntait. C'est pourtant là, dans un des derniers virages de la descente, que la trajectoire d'un champion s'est brisée net. En une fraction de secondes, Roger Rivière est passé du statut de vainqueur en puissance du Tour à celui de martyr. Sa carrière s'en est trouvée stoppée net.
Tout allait pourtant si bien pour Rivière. Idéalement placé à 1'38" de Gastone Nencini au général à une semaine de l'arrivée à Paris, le Forézien était convaincu de combler ce handicap lors du dernier chrono, long de 83 kilomètres. Une aubaine pour un ancien recordman de l'heure comme lui, considéré, avec Jacques Anquetil, comme le meilleur rouleur du monde à l'époque. Rivière s'est installé dans le costume du favori 10 jours plus tôt en s'imposant à Lorient au terme d'une offensive d'envergure. Seuls Nencini, Adriaenssens et Junkermann l'ont accompagné. Le quatuor a relégué le peloton à un quart d'heure. Le vainqueur du Tour se trouve donc parmi ces quatre hommes. Or Rivière est convaincu d'être le plus fort.
La prophétie d'Anglade
Reste que son action d'envergure a suscité une vive polémique au sein de l'équipe de France, puisqu'elle a condamné les ambitions d'Henry Anglade, alors porteur du maillot jaune. Légitimement, Anglade, le Lyonnais, se sent trahi par son voisin stéphanois. Il livre aussi cette prédiction, qui prendra malheureusement tout son sens dans la descente du Perjuret... "Nous venons de perdre le Tour, estime-t-il. Le combat est foutu d'avance parce que Rivière va commettre des erreurs. Ce que je redoute pour lui est pire encore. Il va tenter de filer Nencini dans les descentes de col et je crains qu'un jour, il ne passe pas."
En dépit de cette funeste prophétie, Anglade passe simplement pour un mauvais perdant aigri quand s'élance la 12e étape sous un franc soleil à Millau, en ce dimanche 10 juillet. Roger Rivière salue son épouse, Huguette, présente sur le bord de la route. Il a tout calculé. Pour gagner ce Tour, il lui "suffit" de suivre Nencini. Mais l'Italien, s'il n'a pas sa classe, est en revanche un exceptionnel descendeur. Il va le prouver dans la descente de ce maudit Perjuret, si vicelard, si sinueux. Rivière tente de suivre, tant bien que mal. Bernard Viot suit juste derrière. Inquiet. A chaque virage, il s'aperçoit que "Double R" freine beaucoup trop fort sur sa roue arrière.
"Roger a tombé!"
C'est maintenant l'avant-dernier virage. Rivière ne veut pas lâcher Nencini. Il est à la limite. "Personne n'était mieux placé que mieux, raconte Viot. Dans ce virage-là, Rivière a encore freiné dur. Sa roue a chassé, je l'ai vu arriver à toute vitesse dans le petit mur qui bordait la route. Il s'est mis en travers, puis il a escaladé le mur et d'un coup il s'est retrouvé en l'air, catapulté. Mon estomac s'est contracté." Fin du film. Fin de carrière. Le temps s'est arrêté à cet instant précis sur la montre du destin de Roger Rivière. Au terme d'une invraisemblable chute, le Stéphanois s'est retrouvé 20 mètres en contrebas, sur un lit de feuilles séchées, de cailloux et de ronces. Il ne bouge plus. Il git. C'est son coéquipier de l'équipe de France, le bon Rostollan, témoin de la chute, qui donne l'alerte. Il remonte la route à contresens, hébété, tremblant d'avoir assisté à cette terrible scène. Il en a vu d'autres, pourtant, Rostollan. "Roger a tombé! Roger a tombé!", hurle-t-il. Roger ne bouge plus. De multiples fractures lui interdisent le moindre mouvement. Il faudra d'interminables minutes et d'immenses précautions pour le sortir de son tombeau de champion.
Transporté à l'hôpital de Montpellier, le Français apprend rapidement qu'il est hors de danger. Mais il sait aussi qu'il ne remportera jamais le Tour de France. Dire qu'il n'avait que 24 ans. Depuis son lit de souffrance, il donne rendez-vous à ses supporters, qui devenaient de plus en plus nombreux. Mais il ne reviendra jamais, à part pour cachetonner dans quelques critériums, où des organisateurs sans scrupules lui demanderont de faire semblant d'être toujours Roger Rivière, pour quelques billets. La colonne vertébrale en miettes, Rivière, claudiquant, restera en fait invalide à 70%. Il achètera, avant de la revendre, une brasserie à Saint-Etienne, le Vigorelli, du nom du Vélodrome de Milan où il avait battu son record de l'heure, en 1958. Une manière illusoire et désespérée de se raccrocher à sa gloire trop tôt envolée. Roger Rivière s'est éteint en 1976, à 40 ans, emporté par un cancer du larynx. Mais sa vraie vie, celle dont il avait rêvée, et dont il aura à peine eu le temps de jouir, avait cessé 16 années plus tôt en bas d'un col dont il ne connaissait même pas le nom avant de s'y effondrer.
Tour de France
TweeTour : Au champagne ou en supporter de Dennis, Evans était déjà à bloc
04/07/2015 À 16:58
Tour de France
Les coureurs géolocalisés pendant le Tour de France
04/07/2015 À 11:25