AFP

Le retour du patron

Le retour du patron
Par Eurosport

Le 06/07/2011 à 12:35Mis à jour Le 06/07/2011 à 18:25

Sprint royal mercredi au Cap Fréhel, au terme de la 5e étape. Mark Cavendish (HTC High Road) s'est imposé en devançant Philippe Gilbert et Jose Joaquin Rojas. C'est la première victoire de l'Anglais sur ce Tour de France 2011, sa 16e au total sur la Grande Boucle. Thor Hushovd reste en jaune.

Il ne faut jamais énerver Mark Cavendish. Déclassé d'un sprint dont il avait pris la 5e place voilà 48 heurs à Redon, après avoir frotté de trop près Thor Hushovd, l'Anglais a répondu à sa manière mercredi au Cap Fréhel. La seule qu'il connaisse, la seule qui lui convienne: en gagnant. Au terme d'un sprint magnifique, l'homme de l'ile de Man a déboulé après l'ultime virage pour déborder un Philippe Gilbert plus saignant que la veille, Jose Joaquin Rojas (qui perd toutefois son maillot vert au profit de Gilbert après avoir été déclassé du sprint intermédiaire), et le jeune Français Tony Gallopin, épatant 4e. Pour la 16e fois de sa carrière sur le Tour, "Caveman" lève les bras sur le Tour. Il égale déjà Jacques Anquetil et Freddy Maertens, à seulement 26 ans.

Pour la quatrième année consécutive, le meilleur sprinteur de la planète remporte donc au moins une étape sur le Tour. Il a survécu au final sinueux et escarpé, notamment avec cette bosse relativement sévère à quatre kilomètres de l'arrivée. Cavendish a serré les dents. Il est passé. Mais il a ensuite dû se débrouiller tout seul après la flamme rouge pour venir sauter tous ses adversaires. Compte tenu du parcours, il a peu de chances d'égaler son record personnel de six victoires établi l'an dernier, mais la fusée HTC poursuit quand même son invraisemblable moisson de victoires sur les grands tours. Personne n'a pu le contraire sur les bords de la Manche. Pas même les Garmin. Tyler Farrar, vainqueur lundi, était absent de ce sprint. Quant à Thor Hushovd, il s'est contenté d'assurer son maillot jaune, qu'il conserve pour la quatrième journée consécutive.

Voeckler a tout tenté

AFP

Moins de cinq minutes plus tard, une autre chute a entraîné Alberto Contador par terre. Maillot déchiré sur le dos, l'Espagnol est reparti sans la moindre séquelle a priori. Ça commençait à faire beaucoup, mais ce n'était pas fini. Le malheureux Tom Boonen a lui aussi fait les frais de cette hécatombe. On a longtemps cru qu'il allait abandonner. Mais au courage, l'Anversois a fini l'étape, à 13 minutes du vainqueur, dans les délais On le voit, tout le monde n'a pas eu la vie aussi rose que Cavendish mercredi. Mais l'Anglais tenait trop à sa victoire pour la laisser filer. Et s'il a dû se débrouiller seul dans l'emballage final, il doit quand même beaucoup à son équipe, qui a condamné la seconde échappée du jour, 100% française. La première s'était achevée à 45 kilomètres de l'arrivée, victime du rythme infernal du peloton. 13 bornes plus loin, Thomas Voeckler et Jérémy Roy ont tenté leur chance. Avec une minute d'avance à 12 kilomètres du but, ils y ont cru. Mais le peloton n'a rien voulu savoir. Voeckler a été le dernier à rendre les armes, à 2000 mètres à peine de la ligne. Malheureusement pour lui, le patron voulait signer son retour.

0
0