Avec Philippe Gilbert, Jürgen Van den Broeck sera l'une des attractions de la formation Omega-Pharma Lotto sur ce Tour 2010. Un Hydre à deux têtes en quelque sorte. A 28 ans, le Belge n'est plus un novice. Ce samedi, "VDB" prendra part à son troisième Tour de France, lui qui n'a découvert la Grande Boucle qu'il y a deux ans. En 2009, un an après un prometteur  7e rang sur le Giro, il avait rallié les Champs-Elysées avec une 14e place finale. Un classement conforme aux attentes placées en lui à l'époque. L'an dernier, Van den Broeck a fait encore mieux. Cinquième du Tour 2010, est-il capable de viser plus haut ? Jusqu'à prendre place sur le podium en 2011 ? Pas forcément utopique.
"L'objectif est de rentrer dans le top 5 avec lui. Il a fini 5e l'an dernier, alors on sera un peu déçu s'il ne finit que 10e", estime le manager Marc Sergeant dans les colonnes de Planète Cyclisme. "On espère qu'il va faire mieux, même si ça n'est pas facile au regard de la concurrence". Depuis quelques semaines, la Belgique, pays marqué par la culture des classiques, s'est (re)mise à rêver. Le Tour reste le Tour, non ? Nos voisins d'outre-Quiévrain n'ont plus vu l'un de leurs compatriotes figurer sur le podium de la plus mythique des courses depuis 1981 et un certain Lucien Van Impe. Autrement dit, une éternité. Van den Broeck sera le seul membre de la formation Omega Pharma à jouer le général, et a le profil de digne successeur.
"Je dois être intelligent"
Tour de France
L'adieu de Moncoutié ?
30/06/2011 À 16:04
A l'aise sur les évènements de trois semaines, l'homme n'arrive pas en touriste et a axé sa préparation en vue du Tour. Il a également pris conscience de son potentiel et de sa valeur. Un nouveau palier peut-être franchi en juillet. Son expérience passée devrait lui servir aussi. "L'année dernière, j'ai toujours couru devant. J'ai peut-être perdu un peu d'énergie inutilement certains jours", nous a confié Van den Broeck. "Je dois apprendre à m'économiser à certains moments de la course, à rester dans le peloton plutôt que d'être devant. C'est nécessaire si je veux être présent quand ce sera vraiment important". Le profil de ce Tour 2011 devrait favoriser ce pur grimpeur. La rivalité entre Alberto Contador et Andy Schleck également, selon lui : "Je dois être intelligent. S'ils nous laissent une chance, il faudra la saisir". En 2010, Van den Broeck n'avait pas su le faire à Ax 3 Domaines quand les deux hommes s'étaient longtemps observés : "Je dois retenir la leçon, être plus attentif à ce que font ou ne font pas mes adversaires".
Les huit derniers jours de course s'annoncent décisifs. Le Belge en a conscience et sait qu'il ne devra pas se rater lors du contre-la-montre de Grenoble. L'autocritique est sincère : "Je dois être meilleur dans les chronos. Je dois aussi être plus endurant. L'an dernier, j'étais un peu moins bien en troisième semaine". Notamment dans le Tourmalet où Van den Broeck avait connu quelques déboires. "Cette fois, il faudra que j'évite d'avoir ce jour où on est moins performant. Cette troisième semaine doit me permettre de faire la différence par rapport aux autres. Mais ça se joue aussi à des détails, une crevaison au mauvais moment, une chute..."

2011 Dauphine Jurgen Van den Broeck

Crédit: Reuters

A priori, dès que la pente s'élèvera pour de bon, "VDB" devra se débrouiller tout seul. C'est souvent ce qui arrive quand une formation court plusieurs lièvres à la fois. Les premiers jours de course devraient permettre à Philippe Gilbert et André Greipel de montrer le maillot. Puis ce sera au tour de Van den Broeck de prendre le relais. "C'est une équipe forte et intelligente. Je suis convaincu qu'on peut jouer sur tous les tableaux".
Tour de France
Contador face au doublé
30/06/2011 À 08:02
Tour de France
L'inconnue dans la maison sprint
29/06/2011 À 14:00