AFP

Tour de France 2013 : Marcel Kittel (Argos-Shimano) remporte une première étape folle

Kittel survit au chaos
Par Eurosport

Le 29/06/2013 à 17:15Mis à jour Le 29/06/2013 à 18:45

Marcel Kittel (Argos-Shimano) a remporté la première étape du Tour de France, à Bastia. Il s’empare ainsi du maillot jaune. Le final a été marqué par plusieurs chutes et un événement hors du commun : le bus de l’équipe Orica est resté bloqué sur la ligne d’arrivée de longues minutes et a menacé l'issue de l'étape.

Jour de premières pour Marcel Kittel. Le jeune Allemand a décroché son premier succès sur le Tour de France et endossé par la même occasion son premier maillot jaune en s'imposant au sprint à Bastia, samedi. Belle revanche pour le colosse de l'équipe Argos, contraint à un abandon prématuré l'an dernier pour ses premiers pas sur la Grande Boucle. Kittel s'est montré le plus fort dans l'emballage final et a devancé Alexander Kristoff (Katusha) et Danny Van Poppel (Vacansoleil). A noter que tous les coureurs ont été classés dans le même temps à l'issue de cette étape.

Le Tour n'est pas près d'oublier son premier passage en Corse. Jusqu'à 10 kilomètres de l'arrivée, l'étape s'est déroulée selon un scenario classique. Cinq coureurs ont formé l'échappée du jour (Cousin, Lemoine, Lobato, Flecha et Boom). Le peloton ne les a jamais laissés prendre les devants au point de leur laisser croire à une issue victorieuse. Juan Jose Lobato (Euskaltel) n'a pas tout perdu puisqu'il va endosser le premier maillot à pois de cette 100e édition. Le peloton a repris l'échappée à 37 kilomètres de l'arrivée.

Le final de l'étape a en revanche été invraisemblable. Le bus de l'équipe Orica-GreenEdge, coincé sous la banderole de la ligne d'arrivée, a semé un vent de panique. La ligne d'arrivée a d'abord été avancée de trois kilomètres avant d'être replacée à son endroit originel une fois le bus dégagé ! Plusieurs chutes ont également perturbé cette fin d'étape. Peter Sagan, Alberto Contador, Philippe Gilbert, Nacer Bouhanni ou Andy Schleck sont notamment tombés. C'est donc un peloton amoindri qui s'est livré au premier sprint (massif, mais moins que prévu). Kittel, lui, était toujours là. Il n'a pas laissé passer l'occasion.

0
0