Chris Froome était déjà le leader du Tour de France en arrivant dans les Pyrénées. A l'issue de cette première étape de montagne, il en est l'incontournable patron. Vainqueur en solitaire en haut de la Pierre-Saint-Martin, le Britannique a assommé la concurrence et pris un ascendant considérable sur ses principaux adversaires. Nairo Quintana est celui qui a le "mieux" résisté, mais le Colombien a tout de même concédé plus d'une minute mardi et en compte plus de trois de retard désormais au général. Les autres, tous les autres, ont bu la tasse dans des proportions édifiantes, à l'image d'Alberto Contador et Vincenzo Nibali.
Tour d'Espagne
La liste des engagés de la Vuelta 2022
IL Y A 5 HEURES
Les masques sont donc tombés et il n'y a déjà plus guère de place pour le doute : Chris Froome est dans sa propre catégorie. Retrouvant les élans de 2013, lorsqu'il avait survolé la course, l'homme fort de l'équipe Sky a placé à un peu plus de 6 kilomètres du sommet une terrible accélération rappelant un peu celle du Ventoux il y a deux ans. Personne n'y a résisté. Nairo Quintana a essayé de limiter la casse mais le leader de Movistar a même été débordé dans le dernier kilomètre par Richie Porte, coéquipier et dauphin de Froome dans cette première étape pyrénéenne.

Nibali en déconfiture

Au classement général, Chris Froome dispose désormais de près de trois minutes de marge sur Tejay Van Garderen (BMC) et 3'09" sur Quintana. Alejandro Valverde, quatrième, est déjà à quatre minutes, juste devant Alberto Contador, qui avait lâché prise quelques secondes avant l'offensive d'envergure de Chris Froome. Quant au tenant du titre Vincenzo Nibali, il a passé un sale quart d'heure. L'Italien a été décramponné à la pédale à plus de…. 10 kilomètres du sommet. Le voilà 10e du général à 7 minutes de Froome. Quelle lessive !
Les Français n'ont pas échappé à ce grand ménage. Jean-Christophe Péraud, Thibaut Pinot et Romain Bardet, les trois héros Tricolores du Tour 2014, ont explosé dès les premières pentes. Une débandade collective heureusement sauvée par un autre trio. Pierre Rolland et Tony Gallopin ont fini dans les 10 premiers de l'étape. Gallopin est à présent le premier coureur français dans la hiérarchie, à la 7e place du général, deux rangs devant un épatant Warren Barguil, qui a surmonté en milieu d'étape une chute sévère qui a même laissé un temps craindre un abandon.
Avant cette bataille d'envergure, Pierrick Fédrigo avait rêvé à une victoire d'étape en ce 14 juillet. Flanqué de Kenneth Van Bilsen, le Marmandais de l'équipe Bretagne-Séché a mené la longue échappée du jour. Mais l'ascension finale a condamné les deux hommes. Robert Gesink a pris leur relais dans la montée. Mais le Néerlandais, lui, a été la victime collatérale du démarrage turbo de Chris Froome. Avec cet énorme coup sur la tête, "Froomey" laisse la concurrence exsangue et le suspense en berne. Non, le Tour n'est pas fini. Froome peut encore l'écraser davantage.
Tour de France
Gaudu avait un compte à régler avec Quintana : "Je me suis dit : 'Toi mon coco, je vais te déposer'"
20/07/2022 À 21:59
Tour de France
Classement général : Gaudu s'accroche au Top 5, Bardet s'en rapproche
20/07/2022 À 15:22