Panoramic

Tour de France 2015 : Désormais, devant Cancellara, il n'y a plus qu'Hinault

Désormais, devant Cancellara, il n'y a plus qu'Hinault

Le 05/07/2015 à 20:54Mis à jour Le 06/07/2015 à 08:00

TOUR DE FRANCE - Ce dimanche lors de la deuxième étape, Fabian Cancellara a retrouvé le maillot jaune trois ans après l’avoir goûté la dernière fois. Une prise de pouvoir inattendue pour le Suisse, qui continue à marquer l’histoire de la Grande Boucle à 34 ans. Lundi, il le portera pour la 29e fois, et sur un sixième Tour différent.

On ne l’attendait pas. Ou plus. Samedi, on pensait que la chance de Fabian Cancellara était passée. Sa troisième place lors du court contre-la-montre d’Utrech n’avait rien de déshonorant. Mais elle sonnait quand même comme un échec. Une grande déception vu l’écart infime qui l’a séparé de Rohan Dennis (BMC) et d’un sixième succès sur un chrono inaugural du Tour. Six secondes. Mais ce dimanche, le temps a tourné en sa faveur.

Par la météo, la deuxième étape s’annonçait à son avantage. Elle l’a été. Du vent, de la pluie. Du pain béni pour le Flandrien qu’il est. Lui le triple vainqueur du "Ronde" et de Paris-Roubaix, s’est ainsi retrouvé logiquement dans la première bordure quand le chaos s’est invité sur le Tour. "Durant les 25 derniers kilomètres, j'ai juste pensé à rester devant: j'ai suivi les roues des trois sprinters et j'ai tout donné" raconte-t-il.

Il s'était cassé deux vertèbres fin mars

Sur la ligne, malgré des crampes foudroyantes, Spartacus s’est arraché pour devancer Mark Cavendish (Etixx-Quick Step). Une troisième place. Quatre secondes de bonification. Et revoilà le maillot jaune. Trois ans après son dernier. Une délivrance pour celui qui s’était cassé deux vertèbres fin mars lors du GP E3. Cette sale blessure qui l’avait privé des classiques et plongé dans un doute profond : "J’avais perdu la motivation. Ces dernières semaines, j'ai beaucoup travaillé mais les signaux n'étaient pas bons, jusqu'au week-end dernier."

Alors par son âge avancé et les tourments récents traversés, ce maillot jaune qu’il s’apprête à endosser pour la 29e fois lundi aura une saveur particulière. "Je vais sans doute l’apprécier davantage que par le passé" reconnaît-il. Une satisfaction personnelle accompagnée d’une réelle portée historique. Par plusieurs aspects.

  • Il portera le maillot jaune sur un sixième Tour différent. Seul Hinault a fait mieux.

Après 2004, 2007, 2009, 2010, 2012, voici la cuvée 2015. Pour situer la portée de l’exploit, Il faut imaginer que Cancellara va dépasser lundi André Darrigade, Joop Zoetemelk, Miguel Indurain et Jacques Anquetil (5 fois). Qu'il égale Eddy Merckx (6). Et que devant lui, il ne reste plus que Bernard Hinault (8, Lance Armstrong s'était arrêté à 7 mais officiellement, ces statistiques ont été rayées définitivement), le Blaireau ayant réussi à être leader du Tour sur chacune de ses huit participations sur le Tour de France. Ça classe un homme.

  • Son premier maillot jaune date d’il y a onze ans

Cancellara a réussi l’exploit d’endosser le maillot jaune plus d’une décennie après sa première fois. Onze ans se sont écoulés depuis son premier maillot jaune en 2004, grâce à sa victoire au prologue de Liège alors qu'il n’était "qu’un petit garçon". Seul un coureur a fait mieux que lui. Gino Bartali. Vainqueur de deux Tours à cheval sur la Seconde Guerre mondiale (un plus grand exploit encore) en 1938 et 1948, l’Italien avait également porté le jaune en 1937 et 1949.

Aussi, sa prise de pouvoir va lui permettre de conforter deux records qu’il détenait déjà.

  • Record de jours en jaune pour un coureur non-vainqueur du Tour

En 2012, il avait déjà pris la tête de ce classement. Il avait alors relégué René Vietto (26), l’esthète azuréen des années 30, au deuxième rang. Lundi, Cancellara en sera à 29.

  • Record de jours en jaune des coureurs en activité

Oui, bien qu’il n’ait jamais été en mesure de remporter le Tour, personne dans le peloton actuel n’a porté le maillot jaune plus longtemps que lui. Derrière, lui on trouve Thomas Voeckler (20), Vincenzo Nibali (19), Chris Froome (14) et Alberto Contador (11). Mais même avec son Tour 2010 qui lui a été enlevé pour dopage, l’Espagnol figurerait loin du Suisse. Le Madrilène n’en serait qu’à 18 jours en jaune.

Jusqu’où peut-il le garder ?

Dès lundi lors de la troisième étape, son maillot jaune risque d’être en péril. Son avance sur Tony Martin (3’’) et Tom Dumoulin (6’’) est infime. Surtout, les pourcentages du Mur de Huy ne lui seront pas favorables et pourraient permettre à des punchers comme Peter Sagan (+33’’), voire des favoris - Chris Froome est à 48’’ - de lui chiper le pouvoir. Surtout qu’il y aura les bonifications à l’arrivée. Si jamais il parvient à le conserver lundi, il pourrait très bien le garder un bout de temps. Jusqu’à la 10e étape, au pied des Pyrénées.

Son total de jours en jaune culminerait alors à 36. Ce qui le ferait grimper, au classement des porteurs du maillot jaune écrasé par Merckx (96), du 11e au 8e rang, devant notamment Louison Bobet (34). Cancellara n’en est pas là. Il veut d’abord simplement profiter de ce bonheur qui pourrait bien être le dernier. "J'ai dit que ce serait peut-être mon dernier Tour. Et porter ce maillot pour son dernier Tour, je profite encore plus."

Fabian Cancellara n'a pas gagné, mais son sprint à l'arraché vaut de l'or.

Fabian Cancellara n'a pas gagné, mais son sprint à l'arraché vaut de l'or.Imago

0
0