L'histoire du jour

Une étape de haute montagne avant les Champs-Elysées ? Cela devait être la grande bagarre. On l'avait espérée en tout cas. Pourtant, il n'en a rien été. Résignés, les leaders et adversaires du maillot jaune ont abdiqué dans l'ascension du dernier col hors-catégorie de ce Tour. On a assisté à une neutralisation dans Joux-Plane. Aucune attaque franche et finalement une promenade de santé (on exagère évidemment) pour Chris Froome.
A ce propos, la santé du Britannique inquiétait vendredi soir après sa chute dans la descente de Domancy. Ce samedi, ces adversaires ont rapidement dû voir qu'il ne craquerait pas à la veille de l'arrivée. Son avance trop importante au général a sûrement eu raison d'eux également et de leurs velléités offensives. C'est dommage. On aurait au moins aimé assister à une lutte pour les accessits.
Tour de France
Général : Bardet reste dauphin de Froome, Quintana sur le podium aussi
23/07/2016 À 15:31
Alors oui, d'un point de vue franco-français, la deuxième place de Romain Bardet est un petit bonbon. Deux ans après celle de Jean-Christophe Péraud, c'est très fort. Surtout quand on voit la différence de budget qui peut exister entre les "tops teams" et l'équipe AG2R-La Mondiale. Ce samedi, il n'y a rien eu à reprocher à l'Auvergnat. Ce n'était pas à lui de prendre les initiatives. Il n'avait pas à dégoupiller, comme il l'a fait vendredi. Mais derrière lui, personne n'a tenté. Cet attentisme est une déception, avouons-le. Je ne sais pas vous, mais moi, je reste sur ma faim…

On a aimé

La leçon de courage de Pierre Rolland, premier attaquant du jour. Après sa violente sortie de piste vendredi, le leader de Cannondale, peu épargné pendant trois semaines, a passé à nouveau la journée à l'avant de la course. Encore une fois, il n'a pas eu la réussite de viser dans le mille. Et sa performance des deux derniers jours n'a pas sauvé un Tour raté. Lui le premier le dit. Juste après l'arrivée, le Français n'a pas cherché d'excuse dans un entretien assez émouvant. Si vous ne l'avez pas entendu, on vous le propose ci-dessous.

Rolland: "Dans les descentes, c'était une catastrophe !"

On n'a pas aimé

Voir Julian Alaphilippe manquer le coche encore une fois. On y a cru pourtant à quelques encablures du sommet de Joux-Plane, à moins de six kilomètres, quand le jeune Français s'est retrouvé seul en tête. Mais à l'instar de ses expériences passées sur ce Tour 2016, Alaphilippe a manqué ce petit rien pour aller au bout. Le voir devant encore une fois en dit tout de même beaucoup sur le potentiel de ce jeune homme. Et dire que c'est son premier Grand Tour. On a hâte de le voir à l'œuvre à Rio.

Alaphilippe : "Honnêtement, je ne pouvais pas faire mieux"

Juste pour savoir

Comment pouvait-on ne pas donner le prix du super-combatif du Tour 2016 à Peter Sagan ? La décision du jury est logique. Tant mieux.
Vincenzo Nibali n'est plus le meilleur descendeur du monde ou a-t-il simplement assuré pour conserver ses chances de titre olympiques dans trois semaines ?
Si, en 2012, Froome n'avait pas dû se ranger derrière son leader Bradley Wiggins, il serait à 4 Tours de France, on est d'accord ?

Trois stats à retenir

1. Ion Izagirre a offert à l'Espagne sa première victoire sur ce Tour. C'est autant que le contingent français mais c'est une de plus que l'Italie…
13'26". Le retard de Fabio Aru sur le groupe des favoris à l'arrivée samedi. Une claque qui a fait sortir l'Italien du Top 10. Sixième samedi matin (à 6'00"), le voilà 13e à 17'38" du maillot jaune.
5h17'14". On voulait rendre hommage à Sam Bennett. Evacué à l'hôpital le soir de la première étape, tout proche de l'abandon en début de Tour, longtemps touché à la main, l'Irlandais, lanterne rouge de cette édition 2016, est allé au bout de son deuxième Tour. Chapeau !
Tour de France
Pour Froome, le troisième sacre est (quasiment) dans la poche
23/07/2016 À 15:14
Tour de France
"28 millimètres !" : Coquard pense toujours à son duel perdu d'un rien face à Kittel en 2016
16/08/2021 À 18:00