L'histoire du jour

Trois banderilles contre Chris Froome. Et encore, on est gentil. Fabio Aru, Alejandro Valverde et Romain Bardet ont timidement tenté leur chance dans les lacets du Grand Colombier et c'est tout. Et c'est trop peu. Ce Tour ne bouge pas. On s'ennuie ferme. La faute à qui ? Sûrement pas à Chris Froome qui est le seul à avoir montré le bout de son nez, dans la descente de Peyresourde, le coup de bordure vers Montpellier et l'attaque tuée dans l'œuf par la moto dans le Ventoux.
Derrière le maillot jaune, on se regarde dans le blanc des yeux. Et on protège sa place dans le top 10. Les magnifiques lacets taillés dans la roche du Grand Colombier ne méritaient pas un tel "spectacle". Une nouvelle fois, une étape de haute montagne a été escamotée. D'accord, la troisième semaine peut effrayer, mais cette guerre de positions est clairement ennuyeuse. Nairo Quintana n'a pas tenté la moindre offensive. Ah si, pardon, il a bougé une fois ! Quand Chris Froome a mimé une attaque dans le final… Un sketch.
Tour de France
Froome n'a pas été inquiété, Pantano en a profité
17/07/2016 À 15:31

Froome a fait semblant d'attaquer et c'est (malheureusement) l'image du jour

Rappelons que le Colombien pointe à trois minutes de Froome au général. Quintana a déjà oublié le Tour 2015 ? Pour s'être réveillé trop tard, le couleur de la Movistar, qui avait compté jusqu'à 3'10" de retard avant les Alpes, était venu mourir à 1'12" du maillot jaune sur les Champs-Elysées. Bis repetita en 2016 ? Paris approche à grand pas et Quintana n'a toujours pas montré quoi que ce soit sur ce Tour. En a-t-il seulement les moyens ? On aimerait bien le savoir…

On a aimé

Le tempérament de guerrier de Julian Alaphilippe. Ce dimanche, le Français était déchaîné. Présent dans l'échappée du jour, il a animé cette 15e étape. Un grand merci à lui pour ça d'ailleurs. Des efforts à tout va, notamment dans les descentes du Colombier, où il s'est jeté à corps perdu. D'abord pour distancer Majka, Pantano et Zakarin. Puis, après son malheureux pépin mécanique, pour revenir sur la tête de course composée du Polonais et du Colombien. Il lui a manqué un brin de réussite pour taper dans le mille. Mais on sait qu'il retentera sa chance d'ici dimanche prochain. On n'a pas peur de le dire : Alaphilippe nous a fait rêver sur cette étape. Et des rêves sur ce Tour, on en manque cruellement.

L'immense déception d'Alaphilippe : "J'ai fait un chrono en fin d'étape pour revenir"

On n'a pas aimé

Doit-on vraiment en rajouter sur l'apathie des adversaires de Chris Froome ?

Juste pour savoir

Jusqu'à maintenant, Warren Barguil était trop près au général pour se lancer dans une offensive au long cours. Ce dimanche, il a pris 13 minutes dans la vue. Largement suffisant pour aller en chercher une dans les Alpes, non ?
N'est-ce pas là que Rafal Majka a laissé filer sa 4e victoire ?
La préfecture de l'Ain va-t-elle sévir ?

Trois stats à retenir

50. Il y avait 54 points à prendre pour le classement de la montagne ce dimanche. Le Polonais Rafal Majka en a glanés 50 pour endosser à nouveau le maillot à pois.
3. Comme le nombre de places gagnées au général par Sébastien Reichenbach ce dimanche. Présent dans l'échappée du jour, le Suisse, nouveau leader de la FDJ, est passé de la 17e (+11'31") à la 14e place (+8'40").
10. Jarlinson Pantano est devenu le 10e Colombien à remporter une étape du Tour, après Nairo Quintana (2013), Mauricio Soler (2007), Santiago Botero (2002 x2, 2000), Felix Cardenas (2001), Chepe Gonzalez (1996), Nelson Rodriguez (1994), Oliverio Rincon (1993), Fabio Parra (1988, 1985) et Lucho Herrera (1985 x 2, 1984). C'est la 15e victoire colombienne sur la Grande Boucle.
Tour de France
"28 millimètres !" : Coquard pense toujours à son duel perdu d'un rien face à Kittel en 2016
16/08/2021 À 18:00
Tour de France
Les Français et le 14 juillet : 63 ans de succès marquants
13/07/2017 À 21:54