Getty Images

Le Tour invite les mêmes pour 2018, Vital-Concept et Coquard encore sur la touche

Le Tour invite les mêmes pour 2018, Vital-Concept et Coquard encore sur la touche
Par AFP

Le 08/01/2018 à 15:28Mis à jour Le 08/01/2018 à 16:51

TOUR DE FRANCE - Les organisateurs de la Grande Boucle ont annoncé avoir invité les quatre mêmes équipes que l'an dernier, à savoir Cofidis, Direct Energie, Fortuneo-Samsic et Wanty. Vital-Concept, l'équipe dirigée par Jérôme Pineau et qui a recruté Bryan Coquard cet hiver, n'a pas été conviée.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Bryan Coquard regardera en juillet le Tour de France à la télévision: sa nouvelle équipe, Vital Concept, n'a pas été retenue pour l'édition 2018 de la Grande Boucle (7-29 juillet), pour laquelle les quatre mêmes équipes que l'année passée ont été invitées. Trois formations françaises, Cofidis, Direct Energie et Fortuneo-Samsic, ont été retenues lundi par les organisateurs, ainsi que la belge Wanty, à côté des dix-huit équipes de première division qualifiées d'office.

"Je regrette pour un coureur comme Bryan Coquard, comme j'ai regretté son absence l'an dernier", a déclaré à l'AFP Christian Prudhomme. "La sélection a été plus compliquée que d'habitude. C'est dû à la richesse du cyclisme français qui compte cinq équipes de deuxième division, alors que nous n'avons en tant qu'organisateurs que quatre places".

Ni Paris-Nice, ni Tour de France, la double peine pour Vital Concept

Autre désillusion pour Jérôme Pineau, le manager de Vital Concept : son équipe n'a pas été retenue pour Paris-Nice (4-11 mars), pour laquelle les organisateurs du Tour ont choisi Delko Marseille à côté de Cofidis, Fortuneo-Samsic et Direct Energie. "On a beaucoup hésité, mais on a privilégié la proximité régionale", a expliqué Christian Prudhomme.

En revanche, la nouvelle formation de Bryan Coquard a été retenue pour le Dauphiné, début juin, avec Cofidis, Fortuneo-Samsic et Wanty. "On va donner sa chance à Vital Concept", a déclaré le directeur du Tour, en soulignant qu'il fallait "regarder l'ensemble des sélections". "On a une sorte d'accord moral avec la Ligue nationale pour faire en sorte que chaque équipe puisse avoir sa chance."

Bryan Coquard (Direct Energie)

Bryan Coquard (Direct Energie)Getty Images

Si la sélection de Fortuneo-Samsic coulait de source dès lors que l'équipe bretonne a recruté Warren Barguil, l'une des stars de la précédente édition, les justifications des autres invitations ont été précisées par le directeur du Tour: "Wanty et Cofidis ont terminé en tête du classement par équipes de la deuxième division l'an dernier. Wanty, invitée pour la première fois, a été de toutes les échappées et a Guillaume Martin, qui a accompli une fin de saison tout à fait remarquable. Cofidis est conscient qu'elle doit se relancer, l'équipe a changé de manager et c'est l'occasion pour Nacer Bouhanni de saisir la nouvelle chance qui se présente à lui".

"On ne peut faire entrer tout le monde"

Quant à Direct Energie, absent par conséquent du Dauphiné (3 au 10 juin), Christian Prudhomme a rappelé que l'équipe vendéenne, qui jouera à domicile au départ du Tour (7 juillet à Noirmoutier), était celle de Lilian Calmejane, "brillant vainqueur de l'étape des Rousses" en juillet dernier, et de son patron Jean-René Bernaudeau.

La semaine passée, Coquard, qui a frôlé le succès d'étape dans le Tour en 2016 (photo-finish derrière Kittel à Limoges), espérait encore : "Ce serait bien que les organisateurs attendent un peu de voir ce que l'on sait faire." Mais le Tour de France a fait un autre choix. Vital Concept, qui aura le Dauphiné et aussi d'autres classiques organisées par ASO (même si les sélections n'ont pas encore été dévoilées) pour s'exprimer, devra attendre son tour. Conformément à la politique des organisateurs qui préfèrent que les nouvelles-nées fassent leurs preuves.

"Nous aimons les projets qui se construisent petit à petit. On l'a vu avec Skil (aujourd'hui Sunweb) et Bora que l'on a aidé à grandir. On le voit avec Fortuneo-Samsic", a relevé le directeur du Tour, en ajoutant que "la densité de la deuxième division, pour les équipes françaises, fait que l'on ne peut faire entrer tout le monde".

0
0