Getty Images

"J'ai tellement rêvé de ce scénario…"

"J'ai tellement rêvé de ce scénario…"

Le 08/07/2019 à 18:18Mis à jour Le 08/07/2019 à 22:21

TOUR DE FRANCE - Vainqueur en solitaire à Epernay lundi et nouveau porteur du maillot jaune, Julian Alaphilippe a signé un formidable numéro. Quelques minutes après son festival, le Français de Deceuninck Quick Step avait encore du mal à réaliser la portée de ce qu'il avait accompli dans la Marne.

Les grincheux lui sont tombés dessus. Dès qu'on a appris que Julian Alaphilippe, à l'instar de Romain Bardet, ne participerait pas aux Championnats de France il y a dix jours à La Haye-Fouassière, la levée de boucliers a été immédiate. Mais ce lundi, le talentueux Tricolore a apporté la meilleure des réponses. À Epernay, le Français a fait taire les critiques. De la plus belle des manières et à l'issue d'un formidable numéro.

"J'étais très motivé pour faire une belle étape, le parcours me convenait bien, a commenté le héros du jour à l'arrivée. Si ses compatriotes Thibaut Pinot et Romain Bardet ont crevé tous les deux dans le final de l'étape sans concéder de temps néanmoins, Julian Alaphilippe, la pancarte bien accrochée dans le dos comme on dit, a évité les écueils : "J'ai fait attention à ne pas me faire piéger par les chutes. Tout s'est bien passé heureusement."

C'est à un peu moins de 16 kilomètres de l'arrivée que le Français a secoué le cocotier. Une attaque incisive et décisive dans la dernière difficulté du jour, le Mur de Mutigny (une côte de 3e catégorie de 900m à 12,2% de moyenne). Une offensive dictée par un physique qui lui a envoyé tous les signaux nécessaires pour s'amuser un peu et malmener la concurrence : "J'ai senti que ça n'allait pas trop mal dans les jambes, sur la dernière côte difficile. Mais je ne pensais pas m'isoler aussi loin de l'arrivée, a reconnu Alaphilippe. Quand j'ai vu que j'avais 30 secondes, j'ai tout donné. J'entendais dans l'oreillette que c'était pour la victoire et aussi peut-être le maillot jaune."

Vidéo - Le show Alaphilippe a mis fin à cinq ans de disette bleue : le résumé de la 3e étape

06:42
" Je risque de couiner un peu jeudi"

Vainqueur de onze courses cette année, dont Milan Sanremo, la Flèche Wallonne ou encore les Strade Bianche, Alaphilippe s'offre à Epernay son troisième bouquet sur la Grande Boucle après ceux glanés l'an dernier au Grand-Bornand et à Bagnères-de-Luchon. Mais plus que les chiffres, c'est la manière qu'il faut retenir ce lundi. Dans la Marne, Alaphilippe a livré une sacrée bataille pour résister au peloton des favoris. Sans trop se poser de questions. "Je vais être franc : Je pensais d'abord à l'étape. J'ai tellement rêvé de ce scénario. J'ai mis plein de choses en œuvre pour tenter de le réaliser, a-t-il avoué, ému mais conscient de sa force. Il y avait cette opportunité qui s'offrait, il fallait que je la saisisse. Mais, si ce n'était pas arrivé, cela n'aurait pas été une catastrophe."

Après une coupe de champagne bien méritée et une bonne nuit pour reprendre des forces, il sera déjà l'heure de se tourner vers la suite. Défendre ce maillot doré est-il une priorité pour sa formation ? Le Français ne veut pas se torturer l'esprit et souhaite simplement profiter de ce merveilleux moment : "Je vais continuer de prendre les choses comme j'ai l'habitude de le faire, jour après jour. Demain (mardi), on essayera de faire le sprint pour Elia (Viviani). Après, je pense que les étapes dans les Vosges seront difficiles pour moi, je pense surtout à La Planche des Belles Filles (jeudi). Je risque de couiner un peu. Ce sera du bonus…"

Vidéo - Alaphilippe : "Je risque de couiner un peu dans la Planche des Belles Filles"

02:00
0
0