Getty Images

Un maillot à pois mais surtout beaucoup de questions pour Bardet

Un maillot à pois mais surtout beaucoup de questions pour Bardet

Le 27/07/2019 à 21:06Mis à jour Le 28/07/2019 à 17:45

TOUR DE FRANCE – Très vite distancé dans la course au podium, Romain Bardet montera malgré tout sur la boite aux Champs-Elysées, succédant à Julian Alaphilippe comme vainqueur du maillot à pois. Une relative satisfaction qui ne fait pas oublier un nouveau Tour de France loin des attentes.

Il y a des 2e places qui vous changent une carrière et des victoires qui vous laissent un arrière-goût amer. Romain Bardet connaît désormais l'un comme l'autre. Attendu au tournant sur le Tour de France depuis sa 2e place en 2016, l'Auvergnat n'a jamais semblé en mesure de répondre aux attentes lors des deux dernières éditions. Pire, cette année, il n'a même pas accroché un top 10 ou une victoire d'étape, comme il avait réussi à le faire en 2015 et 2018.

" Fier de ne pas avoir baissé les bras"

Mais le Français montera bien sur le podium des Champs-Elysées dimanche soir pour recevoir le maillot à pois de meilleur grimpeur. "C'est fou, expliquait-il Ce sera la cinquième fois, en sept participations, que je vais monter sur le podium final à Paris. Je suis vraiment content d'y être avec ce maillot qui est pour moi celui de l'espoir." Mais pas celui de la satisfaction. Venu pour jouer le podium, Bardet s'est rabattu sur le classement de la montagne par défaut plus que par choix. Pas assez fort pour gagner une étape en échappée (2e derrière Quintana à Valloire), incapable de jouer avec les cadors, il ne lui restait plus que ce maillot à pois pour sauver son Tour. Et encore "Sauver, c'est un grand mot", tempérait son équipier Samuel Dumoulin sur le plateau des Rois de la Pédale.

Vidéo - Jacky Durand sur Bardet : "Il remporte le maillot sur une étape"

01:02

Il faut dire que passer du podium du général à celui d'un classement annexe ne peut pas vraiment être vu comme une satisfaction. Sa capacité à rebondir en revanche en est une. "On part avec des ambitions mais quand elles s'effondrent, il faut savoir vite rebondir, c'est une belle école de la vie, expliquait le leader d'AG2R La Mondiale. Cela me fait très plaisir de savoir me réinventer à chaque fois ou presque. Les conditions sont à chaque fois uniques, elles sont rarement ce à quoi je m'attends, excepté peut-être en 2017 où je confirme mon podium. C'est difficile, on passe par tous ces moments. C'est la plus grande course du monde, la plus relevée aussi. Je suis fier de ne pas avoir baissé les bras." Fier mais pas rassuré pour autant.

" Se poser les bonnes questions"

Romain Bardet ne s'en cache d'ailleurs pas. Il sait que ce maillot à pois ne change pas le fait qu'il est passé à côté de son Tour de France. "Cela n'enlève rien aux questions que je dois me poser, avouait-il sans détours. Aujourd'hui (NDLR, ce samedi), je n'ai pas pris de plaisir, je me suis senti un peu impuissant. Je ne suis pas à mon niveau sur ce Tour". Un constat qui, une fois posé, pose une autre question : que fait-il de mal ? "Je pense que Romain est parti sur un schéma qu'il avait construit, qui lui avait permis de monter deux fois sur le podium, explique Dumoulin. A la rigueur, c'est la première fois où il l'a mis en place qu'il a été le mieux, quand il a pris la 2e place en 2016. Ensuite, il a continué sur le même schéma en augmentant sa charge de travail et on peut constater qu'il manque un petit peu de fraîcheur".

Romain Bardet en difficulté lors du Tour de France 2019

Romain Bardet en difficulté lors du Tour de France 2019Getty Images

Clairement prêt à se poser les questions qu'il faut pour retrouver le niveau qui fut le sien, celui d'un candidat crédible à la victoire sur le Tour, Romain Bardet pourrait devoir changer cette méthode qui lui avait souri dans le passé mais le pénalise aujourd'hui. "Je pense que sa méthode est bonne mais, à mon avis, il y a trop efforts accumulés, approfondit le sprinteur de 38 ans qui prendra sa retraite en fin de saison. C'est un coureur qui est actif dès le début de saison contrairement à un Geraint Thomas par exemple, qui a mis en route au Tour de Romandie. Lui avait déjà beaucoup couru. Je pense que l'équipe doit se poser les bonnes questions par rapport à ses charges de travail qui lui enlève de la fraîcheur et de la niaque pour atteindre ses objectifs". C'est à ce prix que Romain Bardet pourrait retrouver le podium du Tour l'année prochaine. Mais cette fois, pour le classement général.

0
0